Identification

Création poétique

Journal des lisières tanka-suite # 17

Ecrit par Alhama Garcia , le Lundi, 20 Octobre 2014. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

le silence du merle

 

je rêve parfois

de rencontrer l’inconnue

fille de clarté

qui longtemps comme épigraphe

sur trois lignes se penchera

 

sauras-tu le lire

ce texte avant la pluie froide

de l’hiver venant

je ne m’envolerai pas

si ta voix ne me libère

Avignon

Ecrit par Thomas Chaline , le Vendredi, 17 Octobre 2014. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

Des vignobles et des pierres

Des châteaux et des rivières

Des champs sortis de guerre

Des vignes en plein désert

 

Des poètes bombardés

N’ayant que des mots pour armée

Se débattant pour la paix

D’une France terrassée

Journal des lisières tanka-suite # 16

Ecrit par Alhama Garcia , le Lundi, 13 Octobre 2014. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

vos écritures sont versatiles

 

du printemps dernier

il ne reste plus de feuilles

le vent et la pluie

les ont toutes emportées

– neuves d’avril pensez-y

 

au matin j’allume

un feu vif avec les restes

des papiers brouillon

ratures et repentirs

ne font que flammes rapides

Coupure d’électricité 1600 × 896, Patrick Tosani, Vendredi, Tapisserie, Gobelins

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) , le Jeudi, 09 Octobre 2014. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

Coupure d’électricité

un fusible a sauté

dans la nuit de ma tête /

de ma tête-à-poèmes

2 heures après minuit ce n’est rien

le train-tram-rail des rêves

qui roule / Le Directeur du Réseau Central

déféré / dans ma tête qui roule

Sous les verrous / à des éclisses mal

resserrées / des

kilomètres

Journal des lisières tanka-suite # 15

Ecrit par Alhama Garcia , le Lundi, 06 Octobre 2014. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

sur le flanc du Tigre

 

l’été est venu

d’un seul coup sans prévenir

il s’installe il crie

se parfume à la cordite

il s’habille en camo sable

 

kyrielle et pléthore

de jours vides et trop longs

dans la nuit des cartes

ah ! si Dieu les oubliait

– grandiose lobotomie !