Identification

Création poétique

Jean et Jean-Pierre Giraudoux : le poème du Père et du Fils (34), par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Samedi, 27 Août 2016. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

Tous les silences

Vous appellent

 

Tous vous désirent

 

Ils sont là

Sous la lune

 

Dispersés

Dans les bosquets

Insondable malice - Aux victimes du 7 janvier 2015, Paris

Ecrit par Martine Biard , le Lundi, 22 Août 2016. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

Because the world is wild

Les anges sont à genoux.

Les dalles de pierre rebasculent

Les corridors du temps

Sur le drame d’un instant

 

So heavy, so heavy,

Lord,

I know you since the youth dew.

Mais dans les coursives du fameux sous-marin

Aucun homme ne se perd plus

Jean et Jean-Pierre Giraudoux : le poème du Père et du Fils (33)

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Vendredi, 19 Août 2016. , dans Création poétique, Ecriture, Ecrits suivis, La Une CED

 

Vous n’imaginez pas de paysage

Sans une fenêtre

 

Pour le faire parler

Du dedans de l’intimité

Aux livres

 

Toute frémissante de tisanes

 

*

Aux noirs océans, par Ismaël Billy

Ecrit par Ismaël Billy , le Jeudi, 18 Août 2016. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

Aux noirs océans, dans la calme mort des eaux assombries des soleils impuissants qui jamais ne profanent,

Dans le grondement indistinct des tempêtes au chapiteau du monde,

Dans la rouge gueule du loup aux yeux jaunes de folie meurtrière,

Aux mâts des vaisseaux noyés sous la glaise et le froid des abîmes liquides,

Sous l’aile brisée et frappée de foudre de l’oiseau brumant de sang la neige immaculée,

Sous l’orage,

Dans la flamme vorace,

A l’irrémissible cruauté des vainqueurs,

Au corps-monde des montagnes suppliciées,

Jean et Jean-Pierre Giraudoux : le poème du Père et du Fils (32)

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Samedi, 09 Juillet 2016. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

 

 

Vous avez rêvé de silences

Portant des guirlandes

 

De jasmin et de camélias

 

*

 

Vous vous êtes rendu

À l’évidence