Identification

Création poétique

In girum imus nocte et consumimur igni

Ecrit par Ismaël Billy , le Vendredi, 24 Octobre 2014. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

 

In girum imus nocte et consumimur igni

Nous tournons en rond dans la nuit et nous sommes dévorés par le feu.

 

Les perdus.

 

Les désamoureux. Les désapprivoisés.

 

Et moi aussi. Tombé des nues automnales à l’océan d’hiver, engelé de toi.

 

Percutant la glace des eaux cruelles pour mourir aux rivages, asphyxié,

sidéré de toi.

Ciel sans nom (1/2)

Ecrit par Jean-Claude de Miras , le Mercredi, 22 Octobre 2014. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

 

 

-I-

 

bientôt je me trouverai bien au-delà

et mon amour connaîtra enfin son aboutissement

et les nouvelles beautés créeront mon invraisemblable biographie

dont je ne peux encore parler parce que je viens de renaître

 

je commence à voir mon antique apparence prétentieuse

alors que béat je reviens à moi

et que j’amorce l’évocation de mes souffrances antérieures

qui se dissolvent dans mes doigts fous qui courent

Journal des lisières tanka-suite # 17

Ecrit par Alhama Garcia , le Lundi, 20 Octobre 2014. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

le silence du merle

 

je rêve parfois

de rencontrer l’inconnue

fille de clarté

qui longtemps comme épigraphe

sur trois lignes se penchera

 

sauras-tu le lire

ce texte avant la pluie froide

de l’hiver venant

je ne m’envolerai pas

si ta voix ne me libère

Avignon

Ecrit par Thomas Chaline , le Vendredi, 17 Octobre 2014. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

Des vignobles et des pierres

Des châteaux et des rivières

Des champs sortis de guerre

Des vignes en plein désert

 

Des poètes bombardés

N’ayant que des mots pour armée

Se débattant pour la paix

D’une France terrassée

Journal des lisières tanka-suite # 16

Ecrit par Alhama Garcia , le Lundi, 13 Octobre 2014. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

vos écritures sont versatiles

 

du printemps dernier

il ne reste plus de feuilles

le vent et la pluie

les ont toutes emportées

– neuves d’avril pensez-y

 

au matin j’allume

un feu vif avec les restes

des papiers brouillon

ratures et repentirs

ne font que flammes rapides