Identification

Création poétique

Michel Houellebecq, par Hans Limon

Ecrit par Hans Limon , le Mardi, 23 Janvier 2018. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

ta tronche de zombie ferait bien débander

plus d’un large troupeau d’ânes dégingandés

mais ton verbe maudit crache tant de beautés

qu’on se laisserait même à demi tripoter

 

ô misère de l’homme en mâle de branlette

priant Schopenhauer en suçant sa houlette

sodomies surtaxées, tourisme textuel

sectes parachevées, concrétions sexuelles

Errance, par Maissa Boutiche

Ecrit par Maissa Boutiche , le Vendredi, 19 Janvier 2018. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

 

 

Mes mots sentent la terre

Où je suis enracinée

Comme un bateau toutes voiles

Dansantes en l’air

Je vogue entre les deux rives

Et je sème mes odes en fleurs

Hommage, par Alain Cuzon

Ecrit par Alain Cuzon , le Lundi, 15 Janvier 2018. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

« Chaque goutte de sève contient la plénitude de l’arbre entier »

Maharishi Mahesh Yogi

 

La nuit, je dors

Emporté par des rêves tourmentés,

Une voile déchirée dans la tempête.

 

La nuit, je dors

Etourdi par des songes mélancoliques,

Dans l’écume des pénombres

Arrachées à l’océan des douleurs intestines.

Jean-Jacques Marimbert : Deux poèmes

Ecrit par Jean-Jacques Marimbert , le Mercredi, 10 Janvier 2018. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

Frisson du mimosa

L’image est parfois diluée dans l’éther de l’extase

De l’absence, en décide le hasard. Ou bien, je ne

Sais, l’autre le rêve le miroir la colère le chagrin

La joie, je ne sais. Parfois, du peintre le repentir,

 

Je ne sais, de l’autre, rêve miroir colère chagrin,

De la joie, se voit plein ciel, le sillon d’un destin

Neuf. Nouveau printemps. Ce matin, un rien aura

Suffi, pour que le merle du quartier s’époumone,

Friedrich Nietzsche, par Hans Limon

Ecrit par Hans Limon , le Mardi, 09 Janvier 2018. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

je suis un noir poète, un généalogiste

promenant cent marteaux sur la brume des pistes

idoles fracassées, sanguinaires créances

tout mon verbe vomit : volonté de puissance !

 

je te le dis, le christianisme a nié le corps

pour noyer l’innocent de péchés, de remords

et l’âme de l’enfant miroitera diaphane

lorsqu’auront déserté les vicieuses soutanes