Identification

Création poétique

Le Marquis de Sade, par Hans Limon

Ecrit par Hans Limon , le Mercredi, 20 Décembre 2017. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

si vous prenez à gauche et à droite et à gauche

au versant des nuées ricoche la bamboche

aux mille cons farcis, soupirant sur les grils

où brûle avec ferveur le suintement des huiles

 

dans ce recoin de stupre on m’a donné licence

de répandre mon foutre en croix de pénitence

foutredieu ! oh ! pardon ! les orgies de Sodome

pâliraient de pudeur devant ces amas d’hommes !

Trois poèmes de Clément G. Second

Ecrit par Clément G. Second , le Lundi, 18 Décembre 2017. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

 

En axe un peu déjeté, le chien à son allure

va pourtant droit et le suit son maître, qui

des deux s’oriente sur l’autre ?

 

Partage d’inflexions

 

Harmonie de cadences

Une nuit de neige, par Imène Bensitouah

Ecrit par Imene Bensitouah , le Lundi, 18 Décembre 2017. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

Il neige depuis la veille

La nature accueille

Son fils l’hiver,

Elle a mis une jolie robe

Telle une colombe,

Couleur d’une blanche laine.

Une odeur lactescente se propage

Dans la colline triomphante

Pas un oiseau qui plane

Le silence règne

Dans les vallées et les montagnes

Les sapins sont tout bouffis d’orgueil

Enfin, ils se débarrassent de leur tenue

Verte éternelle.

Fictions (anthologie) 20, par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Mercredi, 13 Décembre 2017. , dans Création poétique, Ecriture, Ecrits suivis, La Une CED

 

Les volets sont clos

Cernés par les fleurs

 

*

 

Elle dit :

 

« En ce moment

Je pense aux yeux

 

Des filles

Quand elles sont

Au Mont de sa colline oubliée, par Maïssa Boutiche

Ecrit par Maissa Boutiche , le Mardi, 12 Décembre 2017. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

Frémissante comme une fleur sur sa tige

Au Mont de sa colline, oubliée

ses pétales fragiles dans l’étreinte du vent

Ses pensées sommeillent dans les herbes

Ne demandent que peu d’amour, au temps…

 

Trébuchante, son pas se heurte et elle chancelle

Mais n’égare jamais son chemin

Elle se sent si fragile telle une feuille fébrile

D’un passé frivole

Où la brise du vent jouait avec ses mèches rebelles et folles

S’assoit triste, la joue dans la paume de sa main…