Identification

Création poétique

Errance, par Maissa Boutiche

Ecrit par Maissa Boutiche , le Vendredi, 19 Janvier 2018. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

 

 

Mes mots sentent la terre

Où je suis enracinée

Comme un bateau toutes voiles

Dansantes en l’air

Je vogue entre les deux rives

Et je sème mes odes en fleurs

Hommage, par Alain Cuzon

Ecrit par Alain Cuzon , le Lundi, 15 Janvier 2018. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

« Chaque goutte de sève contient la plénitude de l’arbre entier »

Maharishi Mahesh Yogi

 

La nuit, je dors

Emporté par des rêves tourmentés,

Une voile déchirée dans la tempête.

 

La nuit, je dors

Etourdi par des songes mélancoliques,

Dans l’écume des pénombres

Arrachées à l’océan des douleurs intestines.

Jean-Jacques Marimbert : Deux poèmes

Ecrit par Jean-Jacques Marimbert , le Mercredi, 10 Janvier 2018. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

Frisson du mimosa

L’image est parfois diluée dans l’éther de l’extase

De l’absence, en décide le hasard. Ou bien, je ne

Sais, l’autre le rêve le miroir la colère le chagrin

La joie, je ne sais. Parfois, du peintre le repentir,

 

Je ne sais, de l’autre, rêve miroir colère chagrin,

De la joie, se voit plein ciel, le sillon d’un destin

Neuf. Nouveau printemps. Ce matin, un rien aura

Suffi, pour que le merle du quartier s’époumone,

Friedrich Nietzsche, par Hans Limon

Ecrit par Hans Limon , le Mardi, 09 Janvier 2018. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

je suis un noir poète, un généalogiste

promenant cent marteaux sur la brume des pistes

idoles fracassées, sanguinaires créances

tout mon verbe vomit : volonté de puissance !

 

je te le dis, le christianisme a nié le corps

pour noyer l’innocent de péchés, de remords

et l’âme de l’enfant miroitera diaphane

lorsqu’auront déserté les vicieuses soutanes

Le Marquis de Sade, par Hans Limon

Ecrit par Hans Limon , le Mercredi, 20 Décembre 2017. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

si vous prenez à gauche et à droite et à gauche

au versant des nuées ricoche la bamboche

aux mille cons farcis, soupirant sur les grils

où brûle avec ferveur le suintement des huiles

 

dans ce recoin de stupre on m’a donné licence

de répandre mon foutre en croix de pénitence

foutredieu ! oh ! pardon ! les orgies de Sodome

pâliraient de pudeur devant ces amas d’hommes !