Identification

Nouvelles

Le secret de Jeanne, par Francis Denis

Ecrit par Francis Denis , le Vendredi, 26 Août 2016. , dans Nouvelles, Ecriture, La Une CED

 

L’air est chaud.

Il pleut des cordes. Il tombe des hallebardes. Il pleut assaut, à seaux, ou encore à sots…

Par un temps pareil, il n’y a que les sots pour oser pointer le bout de leur nez dehors.

Il paraît que les escargots aiment ça.

Après la pluie ; l’invasion…

Toute une armada de coquilles lentes et curieuses, dressant leurs antennes vers l’inaccessible manne nuageuse qui vient d’irriguer à outrance leur chemin de terre, au risque d’en noyer plus d’un !

Le jardin se remet peu à peu du bouleversement.

Il y a des odeurs fugaces et d’autres plus tenaces, des cris d’insectes encore suspendus aux cathédrales épeires.

Au-delà des apparences, par Marcel Alalof

Ecrit par Marcel Alalof , le Mardi, 23 Août 2016. , dans Nouvelles, Ecriture, La Une CED

 

J’ai rendez-vous avec une jeune femme que je ne connais pas. Elle arrivera, en principe, vers 6:00 du soir. Il est presque l’heure.

Je commence à mettre un peu d’ordre dans le bureau. Je range les Kleenex qui trônent au milieu du meuble, fais disparaître la tasse de café vide, écarte toute trace de ce qui pourrait paraître saugrenu, car il s’agit d’une réunion de travail. Je ne repeins pas les murs, mais j’aimerais bien.

Le réveil sonne. Il est 18:00. Au même moment, le carillon de la porte annonce une visite. Je me lève pour aller ouvrir. Mais, la porte n’était pas fermée.

Entre, non pas une femme, mais la femme, le zéro défaut, ou peu s’en faut. En tout cas je n’en vois pas. Au-delà des traits réguliers, de la stature, émane d’elle une incroyable chaleur. Elle n’est pourtant pas en représentation, mais en retrait, réservée. Je la fais entrer dans mon bureau où la discussion s’instaure.

Akousmate, suis-je ?, par Nadia Agsous

Ecrit par Nadia Agsous , le Mercredi, 17 Août 2016. , dans Nouvelles, Ecriture, La Une CED

 

« Ma petite-fille, demain, tu grandiras ! Belle et instruite tu seras ! Pendant que le temps gravera ses empreintes sur ta peau douce et luisante, tu prendras alors conscience que toi seule es maîtresse de ta destinée. De tes deux mains que j’ai embrassées, caressées, cajolées et bénies, tu te libèreras des chaînes millénaires ! Fière, lucide et rebelle, tu affranchiras ces femmes qui guettent le retour de Shah’Razade qui s’en allée vers des ailleurs cléments. Il y a de cela une éternité !

Kane ya makane !

Je me souviens encore de ce cri animal que le roi Shah’Riyât lança dans son palais lorsqu’au petit matin, il découvrit la disparition de celle qui avait aimanté son corps et humanisé son cœur ».

Ainsi parla ma grand-mère sur son lit de mort. Et avant de rendre l’âme, dans cette chambre imprégnée d’une forte odeur de fatalité, de sa main tremblante, elle me fit signe de m’approcher de son corps à moitié endolori. Et elle murmura à mon oreille :

Crossroads, Chapitre quatrième, par Benjamin Hoffmann

Ecrit par Benjamin Hoffmann , le Samedi, 09 Juillet 2016. , dans Nouvelles, Ecriture, Ecrits suivis, La Une CED

 

VOTEZ pour choisir la direction narrative du prochain épisode !

 

Julien, Français installé à Tokyo, a de plus en plus de difficultés à distinguer la réalité de la réalité virtuelle. Inspiré par Jacques le Fataliste et Person of Interest, par l’affaire Snowden et The Social Network, ce roman en cours d’écriture attend votre participation : avec Crossroads, le récit prend la direction que vous lui donnez.

 

Où l’on perd de vue notre héros un instant

Lecteur, une fois encore, vous me surprenez. Je n’aurais jamais cru que la majorité des suffrages se porterait sur cette voie supplémentaire, ouverte dans le seul but de vous prouver que les règles de notre jeu sont toujours susceptibles d’évoluer. C’est pourtant celle-ci que vous avez choisi d’emprunter et, une fois n’est pas coutume, vos préférences rejoignent les miennes : j’espérais secrètement que vous choisiriez la voie 3.

Voulfe 4 & 5 (Fin), par Joëlle Petillot

Ecrit par Joelle Petillot , le Mardi, 05 Juillet 2016. , dans Nouvelles, Ecriture, Ecrits suivis, La Une CED

 

- 4 -


Victoire arriva au concert légèrement en avance, décidée à ne pas en perdre une miette et fin prête pour l’inconfort des chaises ecclésiastiques, tant il est vrai que le prix de l’illumination se mesure dans toutes les églises du monde à l’intensité d’un mal de fesses carabiné.

Elle s’assit et ouvrit le programme remis par une dame maussade en chemisier à jabot moisi.

Couperin, Bach, Rameau. Et le Tic-Toc Choc en finale.

Elle jeta un œil distrait à la photo de l’artiste, dont le gentil sourire flouté lui parut charmant, autant qu’on pût l’augurer d’un noir et blanc reproduit avec une mauvaise photocopieuse.