Identification

Ecrits suivis

Le complexe de l’écrivain (5), par Eric Dubois

Ecrit par Eric Dubois , le Mardi, 16 Janvier 2018. , dans Ecrits suivis, Ecriture, La Une CED

 

J’ai posté la lettre. Et j’ai attendu. Frédéric Beigbeder m’a répondu. On a pris rendez-vous au Bonaparte.

Voici notre entretien. Autour d’un crème pour moi et pour Frédéric, un cocktail (j’ai oublié le nom) dont il raffole.

– Bonjour Frédéric !

– Bonjour.

– Comment allez-vous ?

– Je vais bien. Et vous ?

Un long silence.

Fictions (anthologie) 20, par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Mercredi, 13 Décembre 2017. , dans Ecrits suivis, Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

Les volets sont clos

Cernés par les fleurs

 

*

 

Elle dit :

 

« En ce moment

Je pense aux yeux

 

Des filles

Quand elles sont

Le Journal de MCDem (1), par Murielle Compère-Demarcy

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) , le Jeudi, 30 Novembre 2017. , dans Ecrits suivis, Les Chroniques, La Une CED

 

Lundi 6 novembre

 

Fossiles dans la caillasse ce matin, reste minéralisé d'un trilobite : des traces, toujours des traces fouillées d'un passé éteint, qui remontent à la mémoire... Survie des corps mous par leur coquille -empreintes rupestres- vidés de leur masse viscérale ; survie de l'Ère primaire, à des millions d'années. Des centaines de millions d'années. Tu es moins qu'une poussière, une micropoussière, 1/1000ème de micropoussière.

 

*

*  *

Fictions (anthologie) - 19, par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Mercredi, 29 Novembre 2017. , dans Ecrits suivis, Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

Le matin

L’homme qui souffre

Lave son passé au savon

(Quelques cicatrices)

 

Il se pèse

Et maquille son humeur

Avec des compliments

(Puis il écoute)

 

*

Le complexe de l’écrivain (4), par Eric Dubois

Ecrit par Eric Dubois , le Lundi, 27 Novembre 2017. , dans Ecrits suivis, Ecriture, La Une CED

 

Un poète est un pigeon malade. Un poète qui voudrait écrire un roman et qui n’y arrive pas. Je suis ce poète, je me reconnais dans ce pauvre volatile dont les teintes imitent les gris nuancés de la ville. Plus tard, dans la soirée, avide d’une réalité mercantile que j’abhorre, je demande à Laure les coordonnées de l’attachée de presse de Machin Chose. J’ai conscience que, n’ayant pas écrit de roman, il va m’être difficile de lui envoyer un tapuscrit.

– Et si je lui envoie un florilège de mes poèmes ?

– La maison d’édition publie des poètes déjà connus.

– Ok. Alors je vais écrire un roman.

– Et va voir Frédéric Beigbeder, il te conseillera.

– Je vais le déranger !

– Non. Ecris-lui.