Identification

Ecrits suivis

L’homme qui entendait des voix (2), par Eric Dubois

Ecrit par Eric Dubois , le Vendredi, 24 Mars 2017. , dans Ecrits suivis, Ecriture, Nouvelles, La Une CED

 

– Et alors, X ?

Par cette interrogation, Mr Loiseau essaya de comprendre la dernière phrase. Cela faisait quelques années qu’il l’écoutait, qu’il savait comment l’écouter, sensible aux nuances, aux silences, et à la lente parole dévoilée. Il regarda Mr Loiseau dans les yeux, en soutenant à la fois le regard et les questions du psychologue.

Il voyait le spectacle du monde à distance comme pour s’en prémunir. Julien écrivait parfois aussi. C’était à celui qui pouvait imposer des mots sortis de la léthargie cannabique. Julien grattouillait de la guitare, faisait des études universitaires mais passait le plus clair de ses nuits à sillonner les bars, les pubs et les clubs, pour ne pas vieillir précocement, disait-il. Il avait l’impression d’avoir aussi son âge. Cinq ans, plus âgé, il lui semble qu’il prolongeait une adolescence qui n’avait pas été cicatrisée. Il avait donc son monde, aussi, sa vie, au dehors. Cela n’avait rien à voir avec la vie professionnelle ni avec la vie familiale.

Un butin de guerre (4, 5 & 6. Fin) Tawfiq Belfadel

Ecrit par Tawfiq Belfadel , le Samedi, 28 Janvier 2017. , dans Ecrits suivis, Ecriture, La Une CED

 

4. Il trouve sa femme assise sur une chaise, inquiète comme un dieu mythique défié par un Prométhée. Voulant savoir ce qui l’angoisse, le maire ne trouve pas vite les mots pour dire « qu’y-a-t-il ? ». Quelques instants après, il y parvient : elle lui annonce que la mère de leur femme de ménage, une veuve, a été assassinée après avoir été mutilée, ajoutant que les causes et les circonstances en sont inconnues. « Tous les âges, tous les sexes, toutes les peaux, les plus claires comme les plus basanées, sont menacés par cette guerre » se dit le maire. Il croit que ces évènements qui ébranlent la ville sont les séquelles de la colonisation qui ont changé de visage. Sa femme est en revanche persuadée qu’il s’agit bel et bien des signes tangibles de l’apocalypse, que Dieu pliera bientôt les cieux, ensevelira les montagnes, et dessèchera les mers.

Elle se lève et lui demande de venir déjeuner. Il lui dit qu’il n’a pas faim. La peur a tué son appétit. Elle le foudroie, vit en lui à présent et se nourrit de son corps comme un fœtus dans le ventre d’une femme enceinte, risquant de le manger en commençant par ses parties génitales. Son visage est livide malgré les soins qu’il fait chaque jour pour paraître beau et élégant, et pouvoir donc trahir son âge. Deux boules, l’une dans sa gorge sèche et l’autre dans son estomac, l’étouffent.

Fictions (anthologie) 9, par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Vendredi, 13 Janvier 2017. , dans Ecrits suivis, Ecriture, La Une CED

 

Dans un court instant

Une mouche traversera la pièce

En hurlant

 

*

 

Mourant de soif

Sur le rebord de ma fontaine

 

Un voleur patiente

Avec le vieux marronnier de la rue

Crossroads, Chapitre septième, par Benjamin Hoffmann

Ecrit par Benjamin Hoffmann , le Mercredi, 11 Janvier 2017. , dans Ecrits suivis, Ecriture, La Une CED

 

VOTEZ pour choisir la direction narrative du prochain épisode !

Julien, Français installé à Tokyo, a de plus en plus de difficultés à distinguer la réalité de la réalité virtuelle. Inspiré par Jacques le Fataliste et Person of Interest, par l’affaire Snowden et The Social Network, ce roman en cours d’écriture attend votre participation : avec Crossroads, le récit prend la direction que vous lui donnez.

 

Où le héros s’éclipse pendant que l’auteur disserte

Lecteur, ce sont les fêtes de fin d’année et je suis pourtant enclin à des réflexions mélancoliques. Je me faisais récemment cette remarque qu’un roman commence à peu près comme une vie humaine où tout semble possible et ouvert. Les premières lignes s’écrivent, l’aventure débute à peine : le monde est vaste, il n’est pas limité. Et puis, chaque pas en avant réduit en définitive l’espace qu’il est loisible de parcourir. Car toutes les possibilités que je fais advenir non seulement annulent des possibilités alternatives mais prédéterminent mes décisions futures.

Fictions (anthologie) 8, par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Mercredi, 04 Janvier 2017. , dans Ecrits suivis, Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

On embrasse le cheveu

Sur la couette

 

Et on frôle

La moiteur du linceul

Avec l’annulaire

 

Une île et ses divinités estivales

Partie nue du continent

 

*