Identification

Ecrits suivis

Hommage à Baudelaire XIII (2) - Les Aventures de… Edgar et Charles (2), par Alain Cuzon

Ecrit par Alain Cuzon , le Mercredi, 26 Avril 2017. , dans Ecrits suivis, Ecriture, Nouvelles, La Une CED

 

Edgar et Charles

Andy Cosquer, ancien marin, ancien bagnard également, est arrivé à Baltimore pour se faire oublier après s’être évadé de Cayenne, l’enfer tropical des exilés de France. De son vrai nom Auguste Cosquérant, il n’a gardé que les signes invisibles, pensant mémoriser des souvenirs refoulés au plus profond d’un passé, sans doute terrible et peu reluisant.

Andy coule désormais des jours heureux sur la baie de Chesapeake, avec son petit bateau qui le conduit à la pêche chaque jour, puis au port de Baltimore pour y vendre son butin. Il le bichonne son petit voilier, le peint et le repeint constamment aux couleurs de son pays natal, comme un témoin indélébile de sa présence aux Amériques ; Andy est serviable et fidèle, toujours disponible et peu bavard, un véritable aide de camp.

Hommage à Baudelaire XIII - Les Aventures de… Edgar et Charles (1), par Alain Cuzon

, le Jeudi, 20 Avril 2017. , dans Ecrits suivis, Ecriture, La Une CED

Joséphine

Nouvelle Romanesque, par Alain Cuzon

A tous les historiens, conteurs d’histoires, et autres humanistes.

« Qu’est-ce que l’histoire, sinon une fable sur laquelle tout le monde est d’accord ! »

N. Bonaparte

Jefferson

L’histoire des Etats Unis d’Amérique, depuis l’union des treize états au XIXème siècle, est captivante non seulement parce qu’il s’agit d’une jeune nation, mais surtout et avant toute chose pour ses imbrications politique, économique et sociale dans les monarchies du vieux continent. M. Thomas Jefferson, le troisième président, concrétise par sa signature l’objet d’un travail colossal qui dure depuis plusieurs années. Il offre ainsi l’avenir que l’on connaît, à ces millions d’expatriés de tous horizons, réunis en un seul pays, dont la destinée sera si proche de celle de leurs créateurs. La déclaration d’indépendance dont il s’agit a été ratifiée en 1776 à l’ombre des chênes rouges de l’îlet Jefferson, dans la baie de Chesapeake, menant à Baltimore.

Pourquoi il pleut des chats et des chiens, suite et fin, par Nadia Agsous

Ecrit par Nadia Agsous , le Mardi, 18 Avril 2017. , dans Ecrits suivis, Ecriture, Nouvelles, La Une CED

 

Lorsque l’imam de la mosquée jouxtant notre maison entendit parler de mes questions, il m’envoya un message par le biais de sa femme et m’invita à aller le retrouver à la mosquée. Je fus très étonné par cette demande. Si ce n’est ma mère qui m’encouragea à aller le voir, je n’aurais jamais répondu à sa requête. Ce qu’il me dit me laissa sans voix.

- «Dis donc, fiston, c'est toi le petit garçon qui cherche à savoir pourquoi il pleut constamment sur notre ville ? Lorsqu'on m'a parlé d'un enfant qui pose des questions sur la pluie qui ravage notre ville, je me suis dit, en voilà un qui pose les bonnes questions ! Je suis ravi que tu sois venu me voir. Je ne sais comment te remercier mais t'inquiète, Dieu te le revaudra, mon fils. Il te réservera une place dans son vaste paradis. Ecoute-moi bien ya wlidi et grave bien mes paroles dans ta petite tête. Le diable est fatigué de pisser dans les oreilles des infidèles qui demeurent sourds et indifférents à l'appel de la prière de l'aube. Tous les matins, je le vois lever les bras au ciel en guise d'impuissance ; je l'entends crier, exploser et se métamorphoser en bombe assassine. Sais-tu, petit, que Salat Al Fajr est une obligation ?

L’homme qui entendait des voix (4 et Fin), par Eric Dubois

Ecrit par Eric Dubois , le Mercredi, 12 Avril 2017. , dans Ecrits suivis, Ecriture, La Une CED

 

En 1992, en plein été, X a fait un coma éthylique, hospitalisé une nuit à l’Hôpital Henri Mondor de Créteil. Il a vu ou cru voir la lumière au bout du tunnel, comme on dit dans certains témoignages. Le lendemain matin, le médecin lui a dit qu’il aurait pu y passer et qu’heureusement il avait un cœur solide.

Ça a commencé comment ces voix ?

Il n’en veut plus à son passé, à ses tortionnaires.

 

Ça a commencé comment ces voix ?

L’homme qui entendait des voix (3), par Eric Dubois

Ecrit par Eric Dubois , le Samedi, 01 Avril 2017. , dans Ecrits suivis, Ecriture, Nouvelles, La Une CED

 

Il ne sait comment tout a commencé.

Ça a commencé comment ces voix ?

Il est celui dont on se moque, de la Maternelle au Lycée et du Service Militaire à l’Entreprise. Son comportement doit être à l’origine de ces agissements : retrait, timidité, maladresse, étrangeté peut-être. Certaines personnes doivent sentir qu’il est gentil, pacifique et qu’il ne cherche pas les conflits et donc la violence, le passage à l’acte. Il ne sait pas se défendre physiquement. Il ne sait pas non plus anticiper l’agression, s’en prémunir. La violence le paralyse. Les couteaux symboliques entrent profondément dans les blessures originelles. Son corps se souvient. Plus encore c’est sans doute le ricanement de la moquerie qui le touche. Il a longtemps été peu sûr de lui enfermé dans un mal-être qui le poussait à dire et à faire n’importe quoi, exauçant mille fois les souhaits de ses bourreaux. Enfant, ce sont les coups de ses « camarades » qui pleuvaient sur son corps, les coups de poing, les coups de coude. Jeune adolescent, les croche-pieds. Plus tard, les quolibets, les rires ou un bizutage qui confortait son rôle de clown permanent.