Identification

Nouvelles

La jouer solo, par Marcel Alalof

Ecrit par Marcel Alalof , le Mercredi, 24 Janvier 2018. , dans Nouvelles, Ecriture, La Une CED

 

Lorsque la bouteille de champagne déborde sur la table, je me dis que ça ne m’était pas arrivé depuis que j’étais enfant. Toujours la question du temps qui passe. Et l’âge ! Son premier signe chez l’adulte « en bonne santé », les douleurs articulaires. Je me suis fait opérer de mes stigmates aux deux mains : un succès, mais je suis astigmate. Le seul souvenir de ma période d’introversion où j’écrivais la nuit, trois fois par an : l’alcool ; boire à gorge déployée et ne jamais être saoûl. Dire en titubant : « Je ne suis pas saoûl ». La saoûlitude tue la solitude. Au début, être seul avec soi-même c’est être mal accompagné. Et puis, après, une fois qu’on sait, c’est être quelqu’un ou avoir quelqu’une. On est saoûl quand on croit, au milieu des concessions, que tout va bien. En fait, tout va trop vite, on n’a pas le temps de faire le point ou l’appoint. On n’a pas le temps de penser, ou s’arrêter à ce qu’on pense, parce qu’il y a urgence. Partager à tout prix ; et le jardin secret ?

Boire du vin quand on est triste et de la bière pour le devenir. A l’aéroport de Tahiti on entend l’ivrogne dans les toilettes hurler : « Papeete ! ». Cet alcool qui brise les barrières fait venir l’esprit. Mais tous les gens saoûls ont le même humour qui me donne des hauts-le-cœur et me révulse.

Finalement en enfer !, par Nasser

Ecrit par Nasser , le Lundi, 22 Janvier 2018. , dans Nouvelles, Ecriture, La Une CED

 

Arrivé en enfer, il se rendit vite compte qu’il n’était pas tout seul. Et que la compagnie n’allait pas lui manquer. Les gens avaient plutôt tendance à s’éviter. Mais il ne tarda pas à retrouver d’anciens camarades de classe : « Ah, tiens, quelle surprise, alors… ». Il croisa, de nouveau, de vieux amis bien : « Sans blague, si je m’attendais… ». Sa famille y était, presque au complet : « Et moi qui croyais appartenir à une descendance d’extraction… ». Il reconnut quelques voisins qu’il pensait irréprochables : « Ah, vous aussi, ma foi… ». Il croisa aussi énormément de collègues de travail, alors, à ses yeux, insoupçonnables, directeurs, secrétaires, chefs de service ! Naïf, il croyait que cette foule de connaissances avaient le cœur pur, persuadé qu’ils étaient tout à fait impeccables (1). Par ailleurs, il fallait, dans les plus brefs délais, parer au manque de nouveaux brasiers. Les arrivées massives, pour le moins imprévues, de religieux, toutes confessions confondues, rendaient obsolètes les prévisions établies. Les connaissant, il ne s’agissait pas réellement d’une surprise, mais les statistiques étaient toutefois bousculées. Sur Terre, on leur aurait donné le Bon Dieu sans confession.

L’écrivain et l’albatros, par Tawfiq Belfadel

Ecrit par Tawfiq Belfadel , le Lundi, 08 Janvier 2018. , dans Nouvelles, Ecriture, La Une CED

 

Il fait beau. Des oiseaux solitaires font sentinelle sur des arbres sans feuillage, lançant des cris maladroits. Au loin, un grand champ où essaiment les déchets de la ville. De temps en temps, un sac en plastique s’envole en imitant les mouettes. La fin du monde sera un sac en plastique. Le soleil est luisant rendant l’automne une prolongation d’été ; l’écosystème est dégradé et la Terre commence à vieillir. Elle est atteinte d’un cancer qui s’appelle l’homme. La montagne, géante, est couronnée par des nuages timides.

Je suis accroupi face au lac. La mer n’est pas loin d’ici, juste à quelques pas.

J’ai rompu mes rencontres avec la mer. Depuis mon enfance, j’allais la contempler pendant des heures ; c’était mon miroir. Je lui racontais des pans de ma vie et elle me reflétait en échange les abîmes de mon âme que l’ontologie était impuissante à découvrir. Un jour, elle a cessé de m’écouter parce que ma catharsis était surchargée de traumatismes et de mélancolies. Mon spleen dépassait sa lumière. Ce jour-là, j’ai noué ma relation avec le lac.

Le mystère parfois nous effraie, par Marc Ossorguine

Ecrit par Marc Ossorguine , le Vendredi, 22 Décembre 2017. , dans Nouvelles, Ecriture, La Une CED

 

Il sort de la maison. Il ou elle ? A vrai dire ce n’est pas si évident. Dans cette ombre entre chien et loup, tous les chats sont gris et toutes les silhouettes sont floues, incertaines. La démarche semble plutôt féminine. La carrure, masculine. A moins que ce soit les vêtements qui la transforment. Ce que l’on devine des cheveux pourraient être l’un ou l’autre. De toute façon, les femmes aux cheveux courts sont aussi fréquentes que les hommes aux cheveux longs, non ? Alors, homme ou femme, on ne peut vraiment se décider.

Une silhouette sort de la maison. Quelle maison ? Une maison. Une parmi d’autres. Pas très différentes de celles qui sont en amont ou en aval dans la même rue. Assez semblable à celles qui sont de l’autre côté de la rue. Et même de celles qui sont dans les autres rues.

A quoi ressemblent ces maisons ? Difficile à dire, dans le clair obscur qui s’est installé on ne distingue en fait que des ombres de maisons. Des masses indistinctes que l’on a peine à séparer les unes des autres. Des blocs d’obscurité claire vaguement rythmés sur le ciel.

Où s’en vont nos peurs ?, par Nadia Agsous

Ecrit par Nadia Agsous , le Mardi, 19 Décembre 2017. , dans Nouvelles, Ecriture, La Une CED

 

Il était plus de quatorze heures lorsque nous franchîmes le seuil du portail de la Qobââ. Discrètement, ma mère glissa deux billets dans les mains du gardien du lieu qui nous accueillit chaleureusement. Il héla un petit garçon et lui ordonna de nous accompagner. Nous descendîmes les escaliers en silence ; à peine si nous ne formions pas une procession de sacrifiés qui se dirigeait vers le poteau des fusillés. Notre guide interrompt notre descente, tourne à gauche et nous conduit vers un patio qui mène vers une fontaine en marbre bleue sur laquelle est écrit en lettres dorées El Bayt el’atiq’.

Cette maison antique avait deux portes qui faisaient face à la fontaine. Mon guide m’escorte vers celle de gauche ; il ouvre la porte et m’invite à pénétrer dans la pièce, puis il disparaît de ma vue. Saisie d’une tristesse obscure, ma peur se recroqueville sur son ombre transie de froid. Un mastaba en bois couvert de soie s’offre à mes fesses. Une main brusque et maladroite me vêtit d’un burnous blanc. Je m’assois sur le mastaba. Une mouche grosse comme un noyau d’abricot suce le sang de ma tête. Une voix féminine dit promptement :