Identification

Les Livres

Rouge sang-dragon, Colette Prévost (2ème critique)

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Mardi, 21 Novembre 2017. , dans Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie, Editions Les Vanneaux

Rouge sang-dragon, avril 2017, 80 pages, 15 € . Ecrivain(s): Colette Prévost Edition: Editions Les Vanneaux

 

Dire « le tremblé de la lumière / l’épaisseur vivante de l’espace », c’est ce à quoi s’emploie Colette Prévost.

Qui cite Henry Bouillier et son introduction à l’édition critique des Stèles de Victor Segalen, en ouverture de Rouge sang-dragon : « On voudrait pouvoir définir avec rigueur les rapports entre les combinaisons de volumes, de couleurs, de son, et l’ébranlement affectif qu’elles provoquent dans le cœur de celui qui les contemple et qui les entend ».

Et Colette Prévost d’ajouter : « Cet “ébranlement affectif” m’a frappée lorsque j’ai vu les tableaux de Max Mitau, plasticien bordelais, qui puise son œuvre à pleines mains dans les pigments purs. Ses tableaux m’ont forcée à l’arrêt debout, face à leurs faces comme l’exprimait Victor Segalen à propos de ses Stèles. Dans l’œuvre de Mitau la lumière traverse le minéral, coloré ou ténébreux, comme l’œil de la stèle de bois qui ornait certaines stèles percées d’un trou rond par où l’œil assuré du ciel lointain vient viser l’arrivant. Je me suis sentie transpercée, à nu. Mitau, forgeron ou alchimiste, je ne sais… le pigment sang-dragon, exsudat de l’arbre sang-dragon, l’étrange dragonnier de l’île de Socotra au large du Yémen, donne ce rouge puissant, alchimique, ou celui de l’atelier-forge… ».

Sharko, Franck Thilliez

Ecrit par Jean-Jacques Bretou , le Mardi, 21 Novembre 2017. , dans Les Livres, Critiques, Polars, La Une Livres, Roman

Sharko, Fleuve noir, mai 2017, 574 pages, 21,90 € . Ecrivain(s): Franck Thilliez

 

Sharko fait partie de ces gros romans, façon américaine, très prisés du public et que l’on voit souvent entre les mains des voyageurs de transports en commun lorsqu’ils font autre chose que consulter leur smartphone et autres tablettes. La couverture avec rabats est particulièrement soignée pour attirer l’œil d’un potentiel lecteur : lettres dorées grand corps imprimées en creux, photo de l’auteur en plan taille. Le livre est une véritable publicité en lui-même, seul inconvénient de ce genre de publication mais qui ne semble pas en être un pour l’acheteur : le poids qui demande un certain entraînement physique ! L’acquéreur de ce livre-ci, avant de s’approprier l’ouvrage, a pu s’interroger aussi sur le titre, pourquoi Sharko ? Á une lettre près, on peut lire Sarko mais toute confusion serait mal venue, quant à Sharko, si l’on s’intéresse un tant soit peu aux comics, c’est une série animée française pour enfants, Zig et Sharko, où Sharko est un… requin (Hep ! shark signifie requin en anglais).

Spinoza par ses amis, Jarig Jellesz, Lodewijk Meyer

Ecrit par Gilles Banderier , le Lundi, 20 Novembre 2017. , dans Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres, Rivages poche

Spinoza par ses amis, Jarig Jellesz, Lodewijk Meyer, septembre 2017, trad. latin, préfacé et annoté par Maxime Rovere, 224 pages, 8,90 €

Qui a pratiqué Spinoza dans les traductions françaises jusqu’à présent les plus répandues (celle de Charles Appuhn chez Garnier-Flammarion et celle dans la Bibliothèque de la Pléiade) connaît les noms de Louis Meyer et de Jarig Jelles, qu’on retrouve ici sous leur authentique forme néerlandaise : Lodewijk Meyer et Jarig Jellesz. Ils faisaient partie du premier « cercle », pour reprendre le titre de Meinsma, rassemblé autour de Spinoza qui, comme Kant, était célibataire et n’avait pas d’enfants (circonstance particulière pour Spinoza : il avait été mis au ban de sa communauté). Comme Kant, Spinoza vivait entouré d’amis. Meyer et Jellesz ne sont pas en eux-mêmes des personnages insignifiants : celui-ci composa une Profession de foi chrétienne et universelle (parue à titre posthume) et celui-là laissa une œuvre estimable de lexicographe. Néanmoins, ils doivent avant tout à Spinoza de n’être pas tout à fait oubliés. Ils firent le nécessaire pour que, quelques mois après la mort du philosophe, ses Opera posthuma fussent publiées de manière anonyme. Dans ce volume, on ne trouvait pas que des fonds de tiroirs. Il y avait notamment l’Éthique, le Traité politique et une partie des lettres. Jellesz et Meyer firent précéder les textes jusque-là inédits (et pour certains inachevés) d’une préface constituant un élément majeur de la première réception du penseur, car ils connaissaient Spinoza et son œuvre comme peu de gens purent jamais se flatter de les connaître.

Écosystème, Rachel Vanier

Ecrit par Cathy Garcia , le Lundi, 20 Novembre 2017. , dans Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, éditions intervalles

Écosystème, juin 2017, 288 pages, 18 € . Ecrivain(s): Rachel Vanier Edition: éditions intervalles

 

« On apprend qu’écrire CEO est devenu tout aussi ringard qu’écrire PDG sur sa carte de visite, qu’il est de bon ton de signer ses courriels Product Design Hero ou Coding Ninja, et qu’il ne faut plus dire la Silicon Valley, mais juste La Vallée ».

Écosystème est une sorte de docu-fiction sur l’univers des start-up d’abord en France et puis surtout à San Francisco, au plus près de la sacro-sainte Vallée, sorte d’Olympe où ne sont reçus que les élus, le must pour une start-up ambitieuse étant de ce faire racheter par Google, Facebook ou un autre de ces géants fondateurs d’empires virtuels.

Marianne, jeune femme entrepreneure, et Lucas, parfait prototype du geek développeur, sont deux amis d’enfance qui passaient déjà alors leur temps à démonter et remonter des ordinateurs. Devenus de jeunes adultes, ils se sont donc lancés dans la très moderne aventure du business des produits high-tech, ou plutôt Marianne s’est lancée et Lucas l’a suivie quasi aveuglément comme toujours et ils ont fondé leur propre start-up, à savoir : créer une application, un produit, le lancer sur la toile et espérer grâce à son succès de lever des fonds les plus colossaux possibles.

Les jouets rouges, Jacques Cauda

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) , le Lundi, 20 Novembre 2017. , dans Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie, Arts

Les jouets rouges, éd. Contre-Ciel, 2016, 37 pages, 12 € . Ecrivain(s): Jacques Cauda

 

L’œuvre peinte serait-elle objet créé dans ce purgatoire ab et ad vitam aeternam au cœur duquel nous sommes jetés pour avoir commis le crime de l’amour ? Drôle de question, étrange idée ! Quoique, complices, nous le sommes bien, dixit un certain Charles Baudelaire, dont la citation extrait de Mon cœur mis à nu paraît en exergue des Jouets rouges : « Ce qu’il y a d’ennuyeux dans l’amour, c’est que c’est un crime où l’on ne / peut pas se passer d’un complice ». L’œuvre peinte aborde la bouche d’Eros jusque dans ses éclats de salive et sève saisies, face surfigurée, dans le précipice effroyable de l’étreinte amoureuse.

« J’ai toujours un conseil sur moi : “Mon pote, ne t’embarrasse pas des choses qui appartiennent aux yeux en les faisant passer par les oreilles, car tu seras dépassé et de loin par l’œuvre du Peintre !” Conseil de Léonard de Vinci à l’Écrivain que je suis. C’est pour ça que j’ai choisi la peinture. Pour les tenir par les hanches et jouir d’un coup, brutal, un bâillement d’effroi, en faisant s’évanouir dans leur bouche l’existence de Dieu ».