Identification

Les Livres

Lettre à René Char sur les incompatibilités de l’écrivain, Georges Bataille (par Jean-Paul Gavard-Perret)

Ecrit par Jean-Paul Gavard-Perret , le Lundi, 04 Novembre 2019. , dans Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres, Poésie, Correspondance, Fata Morgana

Lettre à René Char sur les incompatibilités de l’écrivain, Georges Bataille, septembre 2019, 48 pages, 12 € Edition: Fata Morgana

 

Cette lettre permet de comprendre la relation qui n’allait pas forcément d’elle-même entre Bataille et Char. D’un côté l’obscur des profondeurs, de l’autre une certaine clarté du paysage et de ceux qui l’habitent. D’un côté l’existentialisme et l’absurde, de l’autre les remugles messianismes du surréalisme « historique ».

Certes les deux se réclamaient de ce dernier mais selon une version dissidente plus juste que celle de Breton embrigadé dans certaines ruses et cécités. Ce dernier espérait beaucoup en Char mais n’attendait rien de Bataille. Les deux derniers éprouvent une sympathie mutuelle au nom à la fois d’une perception analogue des contradictions les plus vives qui régissent le monde et l’univers, et par ailleurs d’une douloureuse conscience de l’irrémédiable.

Jours, Marwan Hoss (par Didier Ayres)

Ecrit par Didier Ayres , le Lundi, 04 Novembre 2019. , dans Les Livres, Les Chroniques, La Une CED, Arfuyen

Jours, Marwan Hoss, éditions Arfuyen, septembre 2019, 246 pages, 18 €

 

Poème-action

C’est avec un intérêt de qualité que j’ai découvert la poésie de Marwan Hoss, au travers de sa dernière publication chez Arfuyen. De fait, Jours fut pour moi un ouvrage de découverte. Cela m’a permis de connaître un auteur – comme on connaît une personne par la certitude d’une amitié, juste en voyant le visage d’autrui, de l’aubain, du prochain – et au-delà, ce que recouvre le poème en sa force performative. Que cela soit à la vie ou à la mort que les poèmes s’adonnent ici, ils sont toujours action.

Ainsi, du premier poème de cette anthologie – laquelle couvre tout le parcours littéraire de l’auteur et de l’homme de l’art qu’est Marwan Hoss –, premier texte donc qui évoque l’enfance, jusqu’au dernier, lequel constitue un texte en surplomb de l’œuvre achevée, le recueil est cohérent. Il passe des origines, par l’univers de la maladie, ou encore par le sentiment de l’exil, des liens avec sa famille, toujours attaché à une spiritualité. Tout cela fait de cet écrivain un témoin actif de sa propre expression, croyant visiblement que l’on peut « habiter le monde en poète », agir depuis le poème vers la vie, et en cela contenir la vie dans le poème.

Le temps de la haine, Rosa Montero (par Sylvie Ferrando)

Ecrit par Sylvie Ferrando , le Jeudi, 31 Octobre 2019. , dans Les Livres, Critiques, Science-fiction, La Une Livres, Roman, Espagne, Métailié

Le temps de la haine, septembre 2019, trad. espagnol Myriam Chirousse, 368 pages, 22 € . Ecrivain(s): Rosa Montero Edition: Métailié

 

Troisième tome de la trilogie qui met en scène la réplicante (ou cyborg) Bruna Husky, après Des larmes sous la pluie et Le poids du cœur, ce roman de science-fiction semble appartenir à la lignée du film de Ridley Scott, Blade Runner (1982), inspiré du roman Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? (1966) de Philip K. Dick.

Quelques problèmes sociétaux de notre XXIe siècle sont transposés sur la planète Terre de 2110, elle-même entourée d’autres planètes où la vie est possible, comme Cosmos ou Cérès : les inégalités sociales, la concurrence humains-réplicants, ces derniers parfois accusés de voler « leur travail aux humains », la pollution galopante, la lutte contre la privatisation de la production-consommation d’air sain et d’eau potable, la violence des mouvements terroristes…

Ozu-san, Jacques Sicard (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Mercredi, 30 Octobre 2019. , dans Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres, Z4 éditions

Ozu-san, septembre 2019, 107 pages, 11,50 € . Ecrivain(s): Jacques Sicard Edition: Z4 éditions

 

 

Ciné-lyrisme

Jacques Sicard intitule son essai, en partie consacré à Yasujirō Ozu (Tokyo, 1903-1963), Ozu-san san étant le plus neutre des suffixes honorifiques japonais, utilisé par exemple pour nommer les montagnes, les volcans, tel le Mont Fuji ou Fuji-san. Jacques Sicard est un critique de cinéma qui aborde les œuvres filmiques « en poète », en référence et en hommage à Pier Paolo Pasolini, par une écriture « ciné-lyrique », dont les textes se lisent comme des tableaux-poèmes, mouvants, fluctuant selon l’instant filmique. L’auteur fait arrêt sur image, décrypte la gestuelle des acteurs, le continuum des plans-séquences, les mouvements de caméra, etc., rapproche symboliquement plusieurs typologies du cinéma mondial, créant ainsi une exégèse lyrique du cinéma.

Projet Grèce, Lisiane Durand (par Marie du Crest)

Ecrit par Marie du Crest , le Mercredi, 30 Octobre 2019. , dans Les Livres, Les Chroniques, La Une CED, Théâtre, Espaces 34

Projet Grèce, Lisiane Durand, Editions espaces 34, septembre 2019, 90 pages, 15 €

 

J’aime les Grecs. J’aime La Grèce. Son continent et ses archipels. La Grèce est notre mère patrie, celle du théâtre, de la philosophie et de la poésie européenne. La Grèce antique et contemporaine.

Jacques Lacarrière en personne avait découvert la terre grecque d’abord en étudiant « classique » mais il y revint toujours en amoureux des vivants.

Je passai l’été 2015 entre la Grèce et la Turquie, témoin des itinéraires clandestins et dangereux des familles syriennes chassées de chez elles par la guerre, tentant de gagner les premières îles grecques, portes de l’Europe. Lisiane Durand, jeune diplômée de l’Ensatt, ouvre son texte Projet Grèce justement sur la période comprise entre le 15 juin et le 15 juillet 2015. La Grèce connaît alors une crise financière, économique et politique sans précédent. Le pays est montré du doigt par les instances européennes et mondiales comme le FMI. L’Allemagne devient la bête noire des Grecs : le pays puissant qui veut l’abattre.