Identification

Les Livres

Corps habitable, Michel Bourçon (par Philippe Leuckx)

Ecrit par Philippe Leuckx , le Vendredi, 02 Décembre 2022. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Poésie

Corps habitable, Michel Bourçon, Sinope Editions, octobre 2022, 104 pages, 7 €

 

Michel Bourçon vient de publier son 41ème recueil de poèmes. En tant que lecteur admiratif de sa poésie, c’est mon quatorzième livre de Bourçon.

« immobile derrière les vitres

on guette le mot

qui en amènerait d’autres

dans ce présent hanté par les souvenirs

avec ce peu de lumière

caressant le peu qui demeure

au cœur de ce moment où tout se fond

parmi le neutre »

(…) (p.43)

Les Poésies d’A. O. Barnabooth, Valery Larbaud (par Patrick Abraham)

Ecrit par Patrick Abraham , le Vendredi, 02 Décembre 2022. , dans Les Livres, Les Chroniques, La Une CED, Poésie

Valery Larbaud, Les Poésies de A.O Barnabooth, Poésie / Gallimard, 1966, 123 pages, 6, 80 euros.

 

« (…) grands dieux neurasthéniques

Et farouches, est-ce vous qui me dictez ces accents,

Ou n’est-ce qu’une illusion, quelque chose

De moi-même purement – un borborygme ? » (V. L. Ma muse)

 

1913. Année faste pour la littérature française. Publication d’Alcools d’Apollinaire, de la Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France de Cendrars et des Œuvres complètes d’A.O. Barnabooth de Larbaud (La Nouvelle Revue Française). Les Poèmes par un riche amateur avaient d’abord paru en 1908 (éd. A. Messein). La réédition de 1913 est, selon l’expression consacrée, « revue et corrigée ».

Les œuvres éternelles suivi de La rose céleste, Thibault Biscarrat (par Philippe Chauché)

Ecrit par Philippe Chauché , le Jeudi, 01 Décembre 2022. , dans Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie

Les œuvres éternelles suivi de La rose céleste, Thibault Biscarrat, éditions Ars Poetica, septembre 2022, 60 pages, 10 € . Ecrivain(s): Thibault Biscarrat 

« Les voix, les versets me sont choses familières. J’attends au pied de la montagne pour qu’il m’indique Sa royauté. Alors le verbe se fera écriture, encre indispensable » (Thibault Biscarrat, Les œuvres éternelles).

« Voyez l’or, plus vous le faites fondre, plus il s’affine. Quand il est purifié à 24 carats, il ne se réduit plus à quelque chaleur qu’on le soumette, car il n’a plus d’alliage impur qui se puisse consumer. Ainsi en va-t-il de l’âme qui se purifie au feu divin » (Paul Claudel, Journal, Janvier 1924).

Une revue littéraire, comme La Cause bien nommée, sert aussi parfois à accompagner, livre à livre, souffle à souffle, l’itinéraire littéraire d’un romancier ou d’un poète. Les livres sont là, et les recensions suivent mot à mot cette aventure romanesque, poétique, et profondément inspirante pour le lecteur. Elles suivent et accompagnent l’écrivain dans son évolution, ses transformations, ses admirations, ses saisissements littéraires. C’est le cas de celles consacrées à Thibault Biscarrat depuis son premier opus, Dolmancé, puis L’homme des grands départs, ou encore Chant Continu et L’Initié.

Bob le bobo, Mélina Schoenborn, Sandra Dumais (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Jeudi, 01 Décembre 2022. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Jeunesse, Gallimard Jeunesse

Bob le bobo, Mélina Schoenborn, Sandra Dumais, Gallimard Jeunesse, juin 2022 (format 160 x 206 mm), 32 pages, 5,50 € Edition: Gallimard Jeunesse

 

Petit mal sans gravité

Bob le bobo est le titre d’un joli livre et d’un petit mal sans gravité, le bobo, utilisé dans le langage familier et enfantin. Ce livre jeunesse est concocté par Mélina Schoenborn, finaliste du Prix François-Houdé 2020, qui vit au Canada, après des études d’Arts visuels à l’Université de Montréal, et par Sandra Dumais, illustratrice, née à Toronto.

Bob le bobo peut être lu à haute voix, afin de partager les aventures et mésaventures de ce bonhomme tout rond, tout rouge, qui n’est pas particulièrement aimé. Aussi Bob doit chercher longtemps un coin d’épiderme où se réfugier. Sa présence signifie un hématome, une blessure, une légère coupure. Pourtant, c’est chez un petit garçon tombé de vélo, qu’il est le mieux accueilli, dorloté, bien au propre, lavé ! Le gentil Bob colore un coin de coude, de genou, et suit en permanence le petit garçon qui est tombé et qui l’adopte facilement. Mais le bobo devient peu à peu inoffensif, se réduit derrière les pansements, jusqu’à disparaître. Bob doit alors guetter le prochain bobo !

Au-dessous du volcan, Malcolm Lowry (par Patryck Froissart)

Ecrit par Patryck Froissart , le Mercredi, 30 Novembre 2022. , dans Les Livres, Critiques, La Une Livres, Iles britanniques, Roman, Folio (Gallimard), En Vitrine, Cette semaine

Au-dessous du volcan, Malcolm Lowry, 594 pages, 10,60 € Edition: Folio (Gallimard)

 

Il serait pour le moins présomptueux, et probablement ridicule, de prétendre apprendre quoi que ce soit aux « initiés » à l’occasion de la réédition en Poche chez Gallimard de cette œuvre monumentale, magistralement traduite de l’anglais par Stephen Spriel avec la collaboration de Clarisse Francillon et de l’auteur lui-même. Cette présentation ne s’adresse donc qu’aux lecteurs de notre magazine qui n’auraient pas eu encore l’inappréciable loisir de vivre l’expérience inoubliable que constitue cette journée à passer « au-dessous du volcan ».

L’exercice est d’ailleurs rendu particulièrement ingrat par le fait que le texte de la présente édition est encadré par une préface lumineuse de Maurice Nadeau et, en postface, par une analyse précise et érudite de Max-Pol Fouchet. Si on y ajoute cette autre préface rédigée en 1948 par Malcolm Lowry lui-même, il ne reste guère d’espace critique à un modeste rédacteur de chroniques littéraires, qui se trouvera contraint, au milieu de quelques modestes commentaires personnels, de reprendre entre guillemets convenus et convenables quelques particules élémentaires des décryptages brillamment opérés par Nadeau et Fouchet, et une phrase ou deux de la présentation de l’ouvrage par l’auteur.