Identification

Les Livres

Le peintre dévorant la femme, Kamel Daoud (par Tawfiq Belfadel)

Ecrit par Tawfiq Belfadel , le Vendredi, 18 Janvier 2019. , dans Les Livres, Critiques, La Une Livres, Récits, Arts, Stock, Cette semaine

Le peintre dévorant la femme, octobre 2018, 140 pages, 17 € . Ecrivain(s): Kamel Daoud Edition: Stock

 

Kamel Daoud : robinsonnade au Musée Picasso

Ce livre est le fruit d’une nuit que Kamel Daoud a passée au Musée Picasso à Paris. Pour lui, c’est une nuit sacrée. « Si j’ai accepté, c’est pour une unique raison : l’érotisme est une clef dans ma vision du monde et de ma culture ».

Le livre est constitué de plusieurs chapitres titrés, centrés tous sur Picasso, mais qui expliquent aussi la relation de l’Homme au monde à travers des thèmes philosophiques comme le corps, le nu, l’amour, l’altérité…

L’auteur commence par décrire Paris. Pour lui, ce n’est pas seulement une géographie et une topographie, mais une philosophie. « Paris est le Paradis, el Firdaous, pour celui qui vient du sud du monde : mais il y perd son corps, son droit de jouissance, son sexe et sa chaleur à cause de ses soupçons ou de ses différences et pauvretés ».

Une jeunesse en fuite, Arnaud Le Guern (par Philippe Chauché)

Ecrit par Philippe Chauché , le Jeudi, 17 Janvier 2019. , dans Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Les éditions du Rocher, Cette semaine

Une jeunesse en fuite, janvier 2019, 232 pages, 17,90 € . Ecrivain(s): Arnaud Le Guern Edition: Les éditions du Rocher

 

« J’ai vécu quinze ans fin de la terre, j’y reviens chaque année, en juillet, pour une poignée de jours. Maison de famille, entre Brest et le Conquet, où habitent mes parents. La commune se nomme Plougonvelin. Je préfère le nom de la plage sur laquelle donnent les terrasses de la villa : le Trez-Hir. Mon snobisme. Là-bas, j’ai vue sur l’océan et la campagne dans le dos. Repos du guerrier urbain après trop de derniers verres. Je suis cerné par les paysages de mon enfance. Horizon balnéaire et verdure aux fesses ».

Une jeunesse en fuite est le roman de cette jeunesse balnéaire bretonne, qui s’éternise et s’étire, comme si elle sortait d’une douce sieste face à l’océan. Une jeunesse en fuite est aussi le roman mélancolique d’une chanson d’été de Niagara, Christophe, Vanessa Paradis, ou des Guns N’Roses. Une jeunesse pétillante, amusée, joyeuse, qui flirte avec la vie et ses courbes délicieuses, où rien n’a plus d’importance qu’une certaine nonchalance affective et élective. L’écrivain narrateur possède l’insouciance des personnages des films de Vadim ou des livres de Beigbeder, il lit Charles Bukowski, France Football, l’Idiot International, et Jacques Laurent qu’il préfère lorsqu’il signe Cecil Saint-Laurent.

Un bâtard en Terre promise, Ami Bouganim (par Zoé Tisset)

Ecrit par Zoe Tisset , le Jeudi, 17 Janvier 2019. , dans Les Livres, Critiques, La Une Livres, Bassin méditerranéen, Roman, Israël

Un bâtard en Terre promise, Editions La Chambre d’Echos, février 2018, 173 pages, 16 € . Ecrivain(s): Ami Bouganim

 

C’est l’histoire d’un exil voulu espéré, ce couple mère et fils quitte Casablanca dans les années soixante pour rejoindre Israël. Ils font partie de la diaspora juive marocaine, le fils est un bâtard judéo-berbère : « Une partie en moi haïssait l’autre en moi. Le juif, l’arabe ; l’arabe, le juif. Je n’ai pas connu la haine de soi. Mais une double haine de soi ». C’est la voix du fils qui s’épelle dans ce livre, douloureusement, car jamais il ne trouvera la paix et la joie. « Je n’ai pas la patience de vivre. Ce n’est pas absurde, c’est incongru ».

On assiste peu à peu à une sorte de désincarnation du narrateur qui perd toute relation avec ce monde étranger qui le renie et l’ignore. Sa seule source « d’être » est de se retrouver sur une terrasse comme s’il était encore à Casablanca. Là-bas, il était promu pour faire des études, il aurait eu une bourse, ici, en Israël, on l’a retoqué à des travaux de champs. On lui refuse la possibilité de devenir médecin. « C’était la même personne que le boursier de l’Alliance, endurcie par les corvées agricoles et galvanisée par trois ans de service militaire, qu’on recalait. Sans raison ; sans excuse ».  Sa mère, volontaire pour ce voyage vers la terre promise, n’osera jamais se révolter ou même critiquer ouvertement le pays d’accueil.

Erratiques, Angèle Casanova (par Marilyne Bertoncini)

Ecrit par Marilyne Bertoncini , le Jeudi, 17 Janvier 2019. , dans Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie

Erratiques, éd. Pourquoi viens-tu si tard, septembre 2018, trad. espagnol Miguel-Angel Real, ill. Michel Martin, 48 pages, 10 € . Ecrivain(s): Angèle Casanova

 

Nataraja est l’épithète du dieu qui créa l’univers de sa danse cosmique, symbole de renouvellement périodique du monde, en un rythme infini de dissolutions et de naissances, inextricablement nécessaires et liées. Nataraja pourrait – ainsi que le rappelle la préface du livre – être le sous-titre d’Erratiques, qui porte le nom attribué aux comètes, étoiles dont le déplacement ne semble soumis à aucune règle – titre judicieux pour ce recueil de photos et poèmes sur le travail de la danse, publié aux éditions « Pourquoi viens-tu si tard ? ».

En effet, les mots d’Angèle Casanova, répondant aux photos de Philippe Martin, illustrent ce double aspect de la danse, « noyau planétaire » depuis l’aube des temps, où les corps en fusion/fission des danseurs ne font plus qu’un, et ne se lisent plus que dans leur ombre irradiée sur un mur, comme sur la pellicule qui en garde la trace fragile. Mouvements arrêtés dans le trouble de l’espace où les lignes fluctuent, où les costumes semblent pétales renversés, et des corps, ombres brouillées, subsistent à peine des taches de couleur impressionnant l’œil par leur passage…

Chers fanatiques Trois réflexions, Amos Oz (par Gilles Banderier)

Ecrit par Gilles Banderier , le Mercredi, 16 Janvier 2019. , dans Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres, Gallimard, Cette semaine

Chers fanatiques Trois réflexions, octobre 2018, trad. hébreu Sylvie Cohen, 118 pages, 10,50 € . Ecrivain(s): Amos Oz Edition: Gallimard

 

Le nouveau livre d’Amos Oz, Chers fanatiques (dont le titre français, qui ne colle pas à l’original hébreu, évoque malencontreusement le Chers Djihadistes de Philippe Muray) est un recueil de trois articles très différents.

Le premier aborde la question du fanatisme en général et du fanatisme religieux en particulier. Tout se passe comme si une sorte de surmoi mystérieux interdisait à Amos Oz (et à nombre d’intellectuels) d’envisager le fanatisme islamique en tant que tel, dans sa spécificité, son impiété et son caractère intrinsèque (quand l’islam n’a-t-il pas été violent ?), sans lui chercher aussitôt des correspondants parfois boiteux dans la Bible hébraïque ou l’histoire de l’Église. Oz place sur le même plan des choses dissemblables, voire des phénomènes qui n’existent pas. On n’a jamais assisté, en Europe, à des pogroms prenant des « migrants » pour victimes. Les « profanations » de mosquées, quand elles se produisent, demeurent des exceptions et se limitent à des plaisanteries de bas aloi (une tranche de jambon dans la boite aux lettres). En France du moins, la décence ordinaire et des siècles de civilisation ont fait que, même après les massacres du RER, de Charlie-Hebdo, de l’Hyper-Cacher ou du Bataclan, aucun musulman n’a été molesté par esprit de vengeance.