Identification

Actes Sud

A toi, Claudia Piñeiro

Ecrit par Marc Ossorguine , le Mercredi, 02 Décembre 2015. , dans Actes Sud, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Amérique Latine, Roman

A toi, avril 2015, trad. espagnol (Argentine) par Romain Magras (Tuya, 2005), 176 pages, 18 € . Ecrivain(s): Claudia Piñeiro Edition: Actes Sud

 

Il suffira d’un petit mot griffonné avec un bâton de rouge à lèvre qui dit « à toi » pour qu’Inès découvre que son mari Ernesto a une aventure extra-conjugale. Une aventure qui ne doit pas être la première et qu’elle s’efforce de trouver bien compréhensible, excusable même, car il ne l’a pas quittée pour autant. Tant que les apparences sont sauves et qu’il n’y a pas de drame spectaculaire… L’autre, c’est apparemment la secrétaire de son mari. Poussée par une irrésistible curiosité, Inès va cependant suivre celui-ci sur l’un de ses rendez-vous nocturnes… pour assister au meurtre accidentel de sa rivale !

Dans une famille exemplaire de la bourgeoisie aisée de Buenos Aires, il va falloir cacher les choses. Disparition des preuves, à commencer par le corps, fabrication des alibis… heureusement qu’Inès est là pour sauver ce couple et cette famille si convenable. Une épouse et mère « modèle » dont on découvre petit à petit le peu d’estime dans laquelle sa fille et son époux la tiennent. Un couple bien convenable qui est aussi passablement égoïste et centré sur lui-même. Un couple qui semble plutôt bien désuni malgré les apparences et qui ne voit rien de ce qui arrive à leur fille, Laura dite Lali. Lali qui se retrouve bien seule pour faire face à ce qui lui arrive et qui va radicalement transformer sa vie.

L’imposteur, Javier Cercas

Ecrit par Marie-Josée Desvignes , le Samedi, 31 Octobre 2015. , dans Actes Sud, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Espagne

L’imposteur, trad. de l'espagnol Aleksandar Grujicic, Elisabeth Beyer, septembre 2015, 400 pages, 23,50 € . Ecrivain(s): Javier Cercas Edition: Actes Sud

 

« Je ne voulais pas écrire ce livre ». C’est par cet incipit en forme d’aveu (ou de défense) que s’ouvre L’imposteur, un récit biographique étonnamment réel et fictif à la fois. L’auteur-narrateur va, en effet, nous raconter l’histoire d’Enric Marco, personnage encore vivant, « grand imposteur et grand maudit », pseudo-survivant des camps nazis, icône nationaliste antifasciste, symbole de l’anarcho-syndicalisme, à la tête de plusieurs organisations. Pour être bien sûr que nous ne soyons pas, avec cette histoire réelle truffée de mensonges, dans un véritable roman, Javier Cercas va nous parler d’abord de comment il a résisté à l’envie d’écrire cette biographie d’un menteur et non pas un roman. Ce livre est donc le roman d’une biographie fictive. C’est qu’au-delà du mensonge de l’homme qu’était Enric Marco, il y a l’illusion de la réalité que contient toute tentative d’écrire sur.

Beaucoup de questions sont posées au lecteur, par Cercas qui se les pose sans cesse à lui-même : a-t-il tort d’essayer de comprendre le mal extrême ?, si on considère que Marco a réellement menti sur sa présence en tant que victime du nazisme dans les camps de la mort. A-t-il raison de vouloir comprendre quelqu’un comme Enric Marco quand il trompe le monde avec le mal extrême ?

Otages intimes, Jeanne Benameur

Ecrit par Marc Ossorguine , le Mercredi, 19 Août 2015. , dans Actes Sud, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, La rentrée littéraire

Otages intimes, août 2015, 208 pages, 18,80 € . Ecrivain(s): Jeanne Benameur Edition: Actes Sud

 

Après le magnifique quintette que constituait Profanes, Jeanne Benameur nous propose une nouvelle partition, un trio rassemblé autour du piano d’Irène, auxquelles quelques voix isolées viennent apporter leur contrepoint. Le récit de ce nouvel opus, Orages intimes, est aussi l’accompagnement d’une transformation, d’un retour et d’une possible renaissance.

Etienne est ce qu’on appelle un correspondant de guerre, un photographe de guerre plus précisément, un de ces hommes qui a choisi d’aller voir pour montrer, armé de son regard et de son Leica. Sur ce qu’on nomme parfois le théâtre des opérations, pour ne pas avoir su courir – ou pour avoir su suspendre la course pour un regard direct, sans l’écran de l’objectif et du viseur – il a été pris. Pris et fait otage. Transformé en simple objet de négociation et d’échange. Le prix, pour lui, aura été un enfermement, une réclusion à durée indéterminée. Un confinement sur quelques mètres carrés de silence et de bruits inquiétants qui savent effacer l’humain de lui-même, le réduire à une marchandise « en souffrance ». En attente d’on ne sait quoi.

Boussole, Mathias Enard

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Mardi, 18 Août 2015. , dans Actes Sud, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, La rentrée littéraire

Boussole, août 2015, 384 p., 21,50 € . Ecrivain(s): Mathias Enard Edition: Actes Sud

 

L’amour, l’Orient et la mélancolie

C’est un livre érudit et passionné de très grande envergure que nous offre Mathias Enard, cet écrivain amoureux de l’Orient qui a étudié le persan et l’arabe, et aime jeter des ponts entre les hommes et les cultures en s’insérant dans une vision ample et mouvante du monde qui n’oblitère pas le passé. Boussole, son dernier roman regardant vers l’Est comme les précédents – et notamment vers ces pays chargés d’histoire, vers ces lieux actuellement dévastés où sévissent des égorgeurs amnésiques –, est un livre généreux à la passion contagieuse, un livre dense et foisonnant, envoûtant, et particulièrement bienvenu en cette période de crispation et de repli sur soi. L’auteur y rafraîchit en effet les mémoires en explorant les rapports complexes de l’Europe et de l’Orient au cours des deux derniers siècles, s’attachant plus particulièrement à ce courant orientaliste qui prit son essor au XIXème dans le domaine littéraire – où il s’associa au romantisme – et artistique. Un mouvement qui poussa sur les routes d’Orient de nombreux créateurs, mais aussi des savants et des archéologues, des aventuriers et de fascinantes voyageuses… Car ce sont bien leurs récits et leurs œuvres qui contribuèrent, directement ou indirectement, à forger nos représentations, à construire notre imaginaire oriental qui est « une vision de l’autre ».

Le Principe, Jérôme Ferrari (2ème article)

Ecrit par Isabelle Siryani , le Samedi, 04 Juillet 2015. , dans Actes Sud, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Le Principe, mars 2015, 176 pages, 16,50 € . Ecrivain(s): Jérôme Ferrari Edition: Actes Sud

 

La puissance de l’écriture de Jérôme Ferrari réside dans la précision de ses sources, son lyrisme délicat identifiable aux premières phrases et son questionnement métaphysique vecteur d’émotions contradictoires fortes chez un lecteur vite enivré. Branché sur notre esprit et sur notre âme, il creuse dans leurs profondeurs en puisant dans l’Histoire et celle de ses témoins. Après Où j’ai laissé mon âme, récit sur la guerre d’Algérie, puis Le sermon sur la chute de Rome qui lui valut le prix Goncourt, l’auteur choisit comme décor pour ce nouveau roman l’Allemagne nazie, nous plongeant ainsi dans les travers d’une Histoire abjecte, peuplée d’hommes vils, confrontés sans cesse à leur propre barbarie. Une barbarie absurde qui semble germer puis éclore indéfiniment, inexorablement, comme une maladie incurable et chronique. Plus rien n’est beau, plus rien n’est doux, plus rien ne compte, plus rien n’est logique et plus rien n’est brillant ; l’humanité dans ses péchés les plus sombres est démasquée. Dans Le Principe, la Science n’est pas épargnée. Au contraire, mise au service du Mal, elle se cendre, en devient sale et meurtrière.