Identification

Articles taggés avec: Robin Vincent

Sous Ponce Pilate, Gabriel Robin

Ecrit par Vincent Robin , le Mardi, 08 Novembre 2016. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Livres décortiqués, Histoire, Editions de Fallois

Sous Ponce Pilate, février 2016, 400 pages, 22 € . Ecrivain(s): Gabriel Robin Edition: Editions de Fallois

 

« Soudain un cri s’élève. Jésus est là dans le temple, sous le portique de Salomon, debout au milieu d’une foule qu’il est en train d’enseigner… » (p.252). Transposé dans le contexte actuel, en mettant alors de côté le nom du personnage qui l’occupe, ce tableau suggéré à son rapporteur fasciné répondrait tout autant à la célébration d’un champion de maintenant, déjà vivement adulé mais attendu avec une avidité fiévreuse par ses supporters au lieu final de sa consécration. Ainsi souvent dans le traitement littéraire, grâce aux transports enthousiastes et aux pouvoirs amplificateurs de l’écriture, le petit peut-il apparaître grand (Swift et Gulliver nous le racontent particulièrement), le laid virtuellement beau (Quasimodo et Victor Hugo le suggèrent avec force), l’insignifiant essentiel ou sublime, l’éphémère éternel… Qu’en sont les réalités pourtant, en marge du regard strict des esprits subjugués, dans leur vérité crue ou intrinsèque et face au froid diagnostic de l’historicité ? Subjectivité et objectivité sont naturellement les marques dialectiques réunies tout au sommet de ce questionnement. Pour la question de Jésus et de la vision que nous en avons, qu’en est-il alors de sa vie, si éphémère s’agissant de son passage terrestre et si longue à travers quelque culte engendré après lui sous son nom.

Louis XI ou le joueur inquiet, Amable Sablon du Corail

Ecrit par Vincent Robin , le Mercredi, 17 Août 2016. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Histoire, Belin

Louis XI ou le joueur inquiet, 600 pages, 26 € . Ecrivain(s): Amable Sablon du Corail Edition: Belin

 

Parmi les biographies historiques récemment publiées, celle du roi de France et Valois Louis XI, densément retranscrite (600 pages) sous la plume du « chartiste » et « conservateur en chef du patrimoine aux Archives de France », Amable Sablon du Corail, restera probablement aux yeux des spécialistes un produit majeur versé au compte des études sur la structuration monarchique. On ne saurait effectivement trop entrevoir que ce travail ordonné et minutieux, remarquable d’abord pour le tableau coloré qu’il dresse d’un souverain charismatique mais également pour sa profonde immersion dans le siècle de clôture du moyen âge européen, imposera son brio et sa reconnaissance entre tous les documents de référence sur le sujet. Un essentiel souci de comparaison renverra bien entendu les amoureux du cas spécifique au dernier plus éminent traité parent, à savoir le très éminent travail de restitution réalisé il y a près de cinquante ans par l’historien américain Paul Murray Kendall – disparu pourtant deux seules années après la publication de son magistral Louis XI, révélé sous le trait original et saillant d’« universelle araigne ».

Verdun 1916, Antoine Prost, Gerd Krumeich

Ecrit par Vincent Robin , le Jeudi, 05 Mai 2016. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Histoire

Verdun 1916, Tallandier, novembre 2015, 320 pages, 20,90 € . Ecrivain(s): Antoine Prost, Gerd Krumeich

 

L’un est Français, l’autre d’origine germanique. Antoine Prost et Gerd Krumeich proposent leur livre « écrit à quatre mains » sous le titre Verdun 1916. Parmi la foison des éditions passées ou récentes visant la Première guerre mondiale, et plus spécialement la très retentissante bataille lorraine déclenchée le 21 février 1916 (d’une durée de 10 mois comptant 300.000 morts), assurément ce retour d’analyse sur l’un des épisodes les plus sanglants du conflit (quoi qu’on en discute maintenant) doit-il être salué pour son traitement original et pour les questions que font surgir l’entretien du souvenir au temps actuel.

Plutôt que d’énumérer encore par le détail les péripéties locales (tandis que cela reste parfois incontournable) de ce singulier fait d’armes du milieu de guerre, les auteurs élèvent ici sensiblement nos regards sur les raisons véritables des combats engagés dans le contexte rencontré. Leur éclairage s’effectue à la lueur des tournures du conflit à large échelle, également sous le feu rayonnant et quelquefois passionnel des écrits divers publiés à sa suite. Aussi bien, cette vision croisée de deux héritiers de nations autrefois ennemies mais depuis longtemps réconciliées intervient-elle effectivement de façon assez inédite.

Histoire du monde 1, Les âges anciens, John M. Roberts et Odd Arne Westad

Ecrit par Vincent Robin , le Lundi, 04 Avril 2016. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Histoire, Perrin

Histoire du monde 1, Les âges anciens, janvier 2016, trad. anglais Jacques Bersani, 460 pages, 22 € . Ecrivain(s): J.M. Roberts et O.A. Westad Edition: Perrin

 

« Ce qui a engendré le monde où nous vivons aujourd’hui ». Dans l’introduction générale de ce livre, le Norvégien Odd Arne Westad précise l’optique recherchée par son confrère John Roberts lorsque, à partir de la fin du XXe siècle et jusqu’au soir de sa vie (il décéda en 2007), l’historien anglais s’était attelé à la réalisation de son Histoire du Monde. Précédemment rééditée en anglais (2012) mais maintenant traduite en langue française par Jacques Bersani, l’œuvre complète se décompose en trois tomes, au traitement global sensiblement remanié par le Norvégien.

Assignés chacun à des moments délimités de l’histoire universelle des hommes et des sociétés diversement apparues de leur fait, les trois volumes se consacrent à des périodes de longueurs inégalement proportionnées. Une palette colorée de styles de vie et de modes sociaux nés aux antipodes de la Terre se prête ainsi successivement à l’étude du rapporteur (cette diversité sera sa profonde originalité).

Union Sacrée… Voie Sacrée… Verdun !, par Vincent Robin

Ecrit par Vincent Robin , le Samedi, 19 Mars 2016. , dans La Une CED, Les Chroniques

 

Au bout de la route… : massacrés gisant partout dans une fétide gangue de terre fangeuse à jamais délavée par les brouillards. Des cadavres sont agglutinés là, prostrés et figés, enfouis en unités disparates et confuses dans des substrats de glaises ténébreuses. Sous les couches spongieuses de ce terreau partout chamboulé et recouvert de répétitifs leurres sédimentaires, s’entassent ou s’entrecroisent parmi les éclats d’acier indestructibles leurs restes humains entrechoqués, disloqués, éparpillés. Les têtes ne sont plus que des morceaux de crânes démolis, les bras et les jambes, des tibias et des fémurs aux délirantes fractures. Les chairs ne collent plus à eux. En cet état, leur nation, leurs proches ni même leur mère n’auraient pu les reconnaître.

Comme révulsée par leurs enfouissements indus dans sa matière putride et après cent ans encore, la terre indocile continue de les rejeter vers la lumière. Ne serait-ce pas d’ailleurs plutôt leur irréductible attirance vers les souffles de l’air libre qui les pousse obstinément à s’en extraire ? Ils refusent de dormir et leurs insomnies bruyantes perturbent notre sommeil. Pourquoi refusent-ils de se taire malgré tous nos efforts d’apaisement ?