Identification

Articles taggés avec: Genon Arnaud

Mon dîner chez les cannibales et autres chroniques sur le monde d’aujourd’hui. Journal philosophique, Ruwen Ogien

Ecrit par Arnaud Genon , le Samedi, 16 Avril 2016. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Essais, Grasset

Mon dîner chez les cannibales et autres chroniques sur le monde d’aujourd’hui. Journal philosophique, mars 2016, 320 pages, 19 € . Ecrivain(s): Ruwen Ogien Edition: Grasset

 

L’éthique minimale de Ruwen Ogien


Les philosophes sont de plus en plus sollicités – dans la presse, sur les plateaux de télévision, à la radio – pour commenter le monde, le donner à penser, parfois à comprendre. Parmi eux, se distingue Ruwen Ogien qui échappe aux « tendances catastrophistes qui sont devenues dominantes au sein de la philosophie académique et non académique ». Pour autant, il ne succombe en aucun cas aux autres maux des esprits d’aujourd’hui : « l’optimisme béat ». Son journal philosophique, en fait, un recueil d’articles publiés dans divers médias, se penche sur les questions d’actualité qui ont été au cœur des récents débats publics : droits de l’Homme, religion, liberté d’offenser, grossesse pour autrui ou homophobie sont, entre autres nombreux sujets éthiques et politiques, ici abordés.

Un humour impossible, Christine Anglot

Ecrit par Arnaud Genon , le Lundi, 21 Mars 2016. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres

Un humour impossible, Christine Anglot, Onlit éditions, mars 2016, 64 pages, 8 € (978-2-87560-072-1)

 

Parodie de parodie…

Un amour impossible (1), le dernier roman de Christine Angot, avait, comme la majorité de ses textes précédents, divisé la critique. D’un côté, ceux qui trouvent qu’il est haïssable d’exposer ainsi le « moi », qu’il est condamnable d’écrire l’intime, que le « je » ne peut se réduire qu’à lui-même et qu’il est donc vain de le penser, de le déplier, de tenter de le saisir dans sa complexité, sa relation aux autres, dans le regard qu’il porte sur autrui. Le « je » ne serait par définition qu’une manifestation du narcissisme et du nombrilisme de quiconque en fait l’usage en son nom propre… De l’autre, ceux qui croient en la vertu du « je », en sa capacité à se dépasser, à raconter des histoires qui vont au-delà du « moi » car, selon la formule de Montaigne, « Chaque homme porte la forme entière de l’humaine condition ». Ils pensent que le « je » est par nature le ressort de toute création, qu’il est courageux de l’exposer, d’autant plus quand il ne cherche pas à se complaire dans l’image qu’il renvoie de lui-même. « Ah ! insensé, qui crois que je ne suis pas toi ! (2) ». On pourrait dire qu’il y a dans la présentation de ce débat une once de caricature… On comprendra, à la lecture de Un humour impossible, que l’on n’est pas à une caricature près…

Mon bel orage, Héloïse Combes

Ecrit par Arnaud Genon , le Vendredi, 11 Décembre 2015. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Roman

Mon bel orage, éd. de la Rémanence, coll. Regards, octobre 2015, 104 pages, 14 € . Ecrivain(s): Héloïse Combes

 

Lella a quatorze ans, elle est en troisième. Avec ses amis, Margot, les jumeaux Jules et Julien, elle mène la vie de beaucoup d’adolescents désabusés, entre cigarettes et verres de vin, cours soporifiques et ennui chronique. Rien ne semble devoir arriver en ce mois de novembre… Les jours se ressemblent, lugubres, pluvieux. Mais lors d’un cours de dessin, la collégienne plonge dans le regard de son professeur, Marius Gracq, cet enseignant qu’elle avait vu tant de fois, cet adulte parmi les autres adultes de l’établissement. Un quinquagénaire banal. De ce regard naît d’abord un trouble, puis une passion interdite.

Ils se retrouvent alors régulièrement dans l’atelier de la salle du professeur. Lui peint des paysages « zébrés de grands traits noirs façon Bernard Buffet ». Elle le regarde, l’observe. Ils parlent peu, ils sont ensemble, c’est tout, ils boivent du vin, fument des cigarettes : « Peu de paroles. Son corps assis près du mien, si près que j’entendais son souffle, le glouglou des gorgées de vin traversant son gosier, mon souffle à moi comme suspendu, mon gosier étranglé à chaque gorgée ». Elle attend plus, mais lui s’y refuse. Il lui offre quelques échappées, des balades dans la campagne lors desquelles il évoque sa passion pour la Renaissance italienne. Elle l’écoute et s’éveille à elle-même.

Temps couvert… Pas de vent, Odile Gapillout

Ecrit par Arnaud Genon , le Lundi, 02 Novembre 2015. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Roman

Temps couvert… Pas de vent, Ed. de la Rémanence, coll. Traces, décembre 2014, 170 pages, 16 € . Ecrivain(s): Odile Gapillout

 

Comment rendre-compte d’une vie ? Que dire d’une enfance, d’un passé enfoui ? Odile Gapillout, dans Temps couvert… Pas de vent, fait le choix de ne rapporter que des bribes, des souvenirs épars, des fragments. Pas de continuum, de récit totalisant qui nous restituerait – ou prétendrait le faire – dans l’entièreté de notre être.

Son livre, c’est un album photo sans images, ce sont des images devenues mots, revenues à la surface. Ce sont des moments de vie, des épiphanies, mais aussi des moments plus graves et douloureux. La narratrice les saisit, les conserve, les embaume en autant de petits mausolées qu’il y a de chapitres.

La narratrice, c’est Lucile. Ce n’est pas Odile, pas tout à fait du moins. La quatrième de couverture nous signale pourtant qu’Odile Gapillout est la fille de Robert, qui est aussi le père de la narratrice. On apprend par ailleurs dans le texte que la grand-mère de Lucile s’appelle, tout comme l’auteur, Gapillout. Pourquoi ce jeu avec l’identité ? Pour garder une distance semble-t-il, la juste distance pour se raconter, pour rendre à ces instants leur authenticité. Pour dire que le temps a passé. Que nous ne sommes peut-être plus les mêmes.

Ton père pour la vie, Antoine Silber

Ecrit par Arnaud Genon , le Mardi, 13 Octobre 2015. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Arléa, Roman

Ton père pour la vie, août 2015, 152 pages, 18 € . Ecrivain(s): Antoine Silber Edition: Arléa

 

Au nom du père

On gardait du premier livre d’Antoine Silber un souvenir ému. Dans Le silence de ma mère, qui paraît ces jours-ci en édition de poche (1), l’écrivain avait brossé le portrait tendre de cet être mystérieux et fragile qu’était sa mère. Après nous avoir emmenés sur l’île de Patmos qui lui est chère (2), il offre dans son troisième livre un magnifique et bouleversant récit autofictionnel qu’il consacre cette fois-ci à son père.

Ton père pour la vie, c’est un peu le livre que chacun d’entre nous voudrait écrire sur son propre père, pour peu qu’on l’ait aimé. C’est un livre sur Michel Chrestien – Jacques Silberfeld de son vrai nom –, le père du narrateur-auteur, mais aussi le roman des amours filial et paternel réunis, de ce qui se joue au cœur de cette relation, de ce qu’elle implique dans la construction de soi. C’est un roman sur la famille, sur les racines, qu’elles soient géographiques ou religieuses. Sur ce qu’il reste de l’histoire des autres dans notre propre histoire.