Identification

Articles taggés avec: Ayres Didier

Le soi, le monde, l’être, la vie à propos de Intelligence du corps, d’Ingrid Auriol

Ecrit par Didier Ayres , le Jeudi, 17 Septembre 2015. , dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

 

Intelligence du corps, Ingrid Auriol, éd. du Cerf, coll. La Nuit surveillée, 2013, 288 pages, 25 €

 

[…] le penseur accomplirait dans les mots et avec les idées une manière de « danse spirituelle », une danse de contemplatif qui, sans remuer le moindre orteil, adopterait le pas de l’interrogation et soutiendrait l’effort et l’exercice appropriés.

 

C’est de cette manière, comme un lecteur contemplatif, que j’ai lu ce livre intéressant où Ingrid Auriol s’essaye à l’élaboration d’une phénoménologie ontologique du corps. L’auteure, en faisant de fréquentes citations à Heidegger, souligne ce que le philosophe allemand a apporté au champ de la pensée et pour ce qui concerne ce livre, une réflexion sur le corps. Cependant, j’ai procédé – comme je l’ai fait pour ma lecture de Heidegger justement – comme un poète, et non comme un scientifique.

Un poète qui édite des poètes : à propos des éditions Le Phare du Cousseix

Ecrit par Didier Ayres , le Lundi, 31 Août 2015. , dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

 

A la porte, Jean-Claude Leroy, 2014

Llanover-Blaenavon, Ludovic Degroote, 2014

Le Récit est une voix timide, Marie-Paule Blein, 2015

L’Art d’être tigre, Ana Luisa Amaral, 2015

 

Connaître personnellement l’éditeur qui se cache derrière la maison d’éditions Le Phare du Cousseix, installé en Creuse, facilite et en même temps rend difficile la relation à moitié exhaustive que je me propose de faire lire ici. Car même si Julien Bosc connaît depuis plusieurs décennies ce pays limousin, et que son travail de poète le précède, je n’ai pu le rencontrer qu’au détour de la lecture de son travail d’éditeur, et je lui en suis reconnaissant pour la vraie confiance qu’il a su installer entre nous au sujet de ses livres. D’où cette difficulté de ne pas trahir mon sentiment objectif.

A propos de Dans l’œil du dragon, Jean-Claude Walter

Ecrit par Didier Ayres , le Mardi, 25 Août 2015. , dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

Dans l’œil du dragon, Jean-Claude Walter, Arfuyen, juin 2015, 128 pages, 13 €

Enfance, pays, poésie

Je voudrais remercier avant toute chose Gérard Pfister de m’avoir fait connaître la littérature de Jean-Claude Walter, car j’ai aimé me retrouver dans les textes de la maturité d’un écrivain qui réfléchit depuis très longtemps à ce qui doit rester, doit se quintessencier. Donc cet âge de l’écrivain qui se resserre sur des phénomènes simples, sur des thèmes comme l’enfance, le pays – sans doute l’Alsace – ou la poésie. Cette simplicité n’est pas à mon sens un handicap, mais une forme de vérité sur les choses, et l’intérêt pour ces thèmes très restreints, simplicité apparente bien sûr car les sujets sont difficiles, n’a pas cessé de me captiver tout au long de ces courts textes de prose que réunit l’ouvrage.

Mais citons :

Je chante un lieu réel et imaginaire qui allume ses lumières, l’espérance, et notre liberté. Avec le concours de quelques porte-parole… L’abeille bleue et son nectar. Le vieux bourrin complice. Les chuchotis des sapins. Le soleil pisteur… L’école première et ses « leçons de choses », la lèvre inaccessible de la maîtresse… La carrière de granit d’où extraire tous ces mots. La requête de ce qui bouge, fulmine, et nous enivre de sa beauté… Comète du silence. Sainte chimère.

Soleil patient, Gabrielle Althen

Ecrit par Didier Ayres , le Lundi, 17 Août 2015. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Arfuyen, Poésie

Soleil patient, juin 2015, 142 pages, 14 € . Ecrivain(s): Gabrielle Althen Edition: Arfuyen

 

La quête d’un pays

J’aborde la rédaction de ces lignes avec émotion, car Gabrielle Althen est une proche et je connais ainsi sa sensibilité et sa manière, pour finir, particulière, de vivre en écrivant. C’est d’ailleurs le cœur de ce nouveau livre, vivre en écriture, séjourner dans l’univers en écrivain. Je n’insisterai pas sur les propos de Heidegger analysant la poésie d’Hölderlin, pour ne garder que la réalité de cette locution : « habiter le monde en poète », c’est vivre le monde pour le ramener à la poésie, et inversement, poétiser le monde extérieur par la faculté un peu magique du poème.

La poésie de Gabrielle est une quête. Quête du vide ? Effacement ? Théologie négative ? Telles sont les questions qui m’ont tout de suite saisi à la lecture du premier recueil du livre : Trouver manque. Et même si l’on sait – et surtout le sachant – que cette locution vient de la mère de notre poétesse, l’intrigue demeure, et ce rapprochement entre l’action de trouver, qui est transitive, et celle du manque, entre la possession et l’absence donc si l’on peut résumer hâtivement, interroge sur le monde et sur ce qui l’évide, donc interroge le langage et sa possession, sa maîtrise aléatoire du réel.

A propos de "Presque l’oubli", Jean Maison

Ecrit par Didier Ayres , le Mercredi, 08 Juillet 2015. , dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

Presque l’oubli, Jean Maison, éd. Ad Solem, juin 2015, 80 p., 19 €

 

 

Une poésie du labeur


Le dernier livre de Jean Maison est constitué de trois parties égales par le style. L’ouvrage s’ouvre sur la partie la plus « animée » de l’œuvre, poèmes courts, voire très courts, qui saisissent une brindille, un brin, un tout petit quelque chose, le « presque rien » de la philosophie.

On y voit des ouvriers au labeur de la cueillette, des paveurs loués, sorte d’aubains de la campagne, qui flambent à la lueur des torches, les corvées inhérentes au travail des champs, des manœuvres confrontés aux questions de l’âme, parfois, de simples soldats/paysans et maçons/ [qui] marchent à la journée.