Identification

Articles taggés avec: del Dingo Fabrice

L’Orient mystérieux et autres fadaises, François Reynaert

Ecrit par Fabrice del Dingo , le Mardi, 12 Novembre 2013. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Essais, Histoire, Fayard

L’Orient mystérieux et autres fadaises, octobre 2013, 430 pages, 23 € . Ecrivain(s): François Reynaert Edition: Fayard

 

Ottoman en emporte le vent

(ou Asie mineure et fa dièse)

 

François Reynaert doit aimer les fadaises. Il nous avait déjà enchantés avec Nos ancêtres les Gaulois et autres fadaises, le voilà qui réitère avec ce nouvel opus.

Résumer 2500 ans d’histoire en 400 pages n’est pas une mince affaire mais il possède l’art de simplifier ce qui paraît complexe. Il montre comment l’empire arabe connut son apogée et comment il déclina parce que l’islam, après avoir montré une grande ouverture d’esprit à l’égard des autres cultures, se sclérosa et se replia sur lui-même, notamment sous l’action néfaste de religieux tatillons qui, par exemple, mirent 200 ans pour accepter l’invention de l’imprimerie.

Happé par Sempé, Christophe Carlier

Ecrit par Fabrice del Dingo , le Vendredi, 25 Octobre 2013. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Arts, Serge Safran éditeur

Happé par Sempé, septembre 2013, 73 pages, 7 € . Ecrivain(s): Christophe Carlier Edition: Serge Safran éditeur

 

Happé birthday !


Comment naissent les livres ? Selon Christophe Carlier, c’est fort simple : il suffit de rater son train. Se retrouver sur le quai d’une gare, avec son billet dans une main et sa valise dans l’autre, fait irrésistiblement penser à Sempé. Il suffit d’ajouter au malheureux candidat au voyage deux ou trois accessoires, de dessiner quelques passagers plus chanceux qui s’éloignent en lui tirant la langue puis une dame proprette qui se marre à l’autre bout du quai et le tour est joué.

Happé par Sempé est un court opus en hommage au dessinateur Sempé qui a « mis en scène ces moments où l’absurdité nous sourit au lieu de nous détruire ».

180 jours, Isabelle Sorente

Ecrit par Fabrice del Dingo , le Jeudi, 12 Septembre 2013. , dans La Une Livres, La rentrée littéraire, Les Livres, Recensions, Roman, Jean-Claude Lattès

180 jours, 4 septembre 2013, 460 pages, 20 € . Ecrivain(s): Isabelle Sorente Edition: Jean-Claude Lattès

 

A l’ombre des jeunes truies en pleurs


Autant ne pas utiliser de vaines périphrases : disons d’emblée que 180 jours est un roman magistral.

Il est construit de main de maître et, de la scène de tachycardie nocturne qui l’ouvre jusqu’à son dénouement, il tient le lecteur en haleine.

Martin, le narrateur, est un quadragénaire a priori normal (il a dû voter Hollande) mais on découvre au fil du récit qu’il a vécu une enfance et une adolescence torturées. De longues années de souffre-douleur ont engendré des troubles du sommeil mais il vit une belle histoire d’amour avec Elsa, une journaliste épatante « celle que la rédaction dépêchait auprès des gens intelligents pour leur faire cracher le morceau ». Mais, hélas, « l’optimisme n’est pas une maladie sexuellement transmissible. Puisque Elsa souriait dans son sommeil et que je sursautais ».

La voix impitoyable, Lilian Auzas

Ecrit par Fabrice del Dingo , le Mardi, 27 Août 2013. , dans La Une Livres, La rentrée littéraire, Les Livres, Recensions, Roman, Léo Scheer

La voix impitoyable, 28 août 2013, 129 pages, 17 € . Ecrivain(s): Lilian Auzas Edition: Léo Scheer

 

La voix impitoyable : impitoyable


La voix impitoyable, c’est celle de la propagande nazie. « Je me suis laissé séduire par cette voix (…) Je hurlais, je criais, je jubilais. J’étais atteinte de frénésie, j’étais grisée » confesse Hanja.

En 1979, Gautier, jeune photographe qui vit à Paris, a fait la connaissance de sa voisine Hanja Sauber, une dame âgée « femme à la fois douce aimable et ouverte d’esprit » qui a longtemps vécu à Berlin, ville à laquelle Gautier a consacré un album. Ils se lient. Gautier « avait aimé Hanja comme sa propre mère ».

Peu de temps après la mort de celle-ci, un quadragénaire un peu raide sonne chez Gautier : c’était le psychanalyste d’Hanja et il vient lui parler d’elle et lui remettre une cassette enregistrée lors de ses séances de psy, ainsi qu’une lettre qu’elle a laissée à l’intention du jeune homme.

Barbara Gould

Ecrit par Fabrice del Dingo , le Mardi, 02 Juillet 2013. , dans Nouvelles, La Une CED, Ecriture

 

 

Tous les chemins et tous les modes de transport mènent à Venise. On peut s’y rendre en avion, en train, en bateau, à moto ou en auto-stop, et y aller seul, en couple, avec des amis ou en voyage organisé. Cependant, lorsqu’on est un adepte des plaisanteries douteuses, il n’est pas recommandé de s’adjoindre la compagnie d’une esthéticienne, même charmante.

J’étais entré dans le magasin de cosmétiques situé au 27 de la rue de *** (je ne le situe pas avec précision, on ne sait jamais) qui est à proximité de la Comédie française afin d’acheter du fond de teint et du blush pour ma nièce, une jeune fille qui sortait de l’adolescence à pas de loup. Elle n’avait pas son pareil dans le maniement du peigne, de la barrette, du babyliss et de tous ces ustensiles indispensables quand on s’adonne à la capilliculture mais l’éclat de son teint la préoccupait.