Identification

Articles taggés avec: Slama Ahmed

Loin d’eux, Laurent Mauvignier

Ecrit par Ahmed Slama , le Lundi, 15 Septembre 2014. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Roman, Les éditions de Minuit

Loin d’eux, suivi de Le poids des silences par Michèle Gazier, collection de poche « double » n°20, 128 pages, 6,10 € . Ecrivain(s): Laurent Mauvignier Edition: Les éditions de Minuit

 

Le silence qui bruit…

Un fait-divers, ç’aurait pu être un simple fait-divers, comme on en retrouve, tous les jours, dans la presse, sur internet. Un fait omnibus (1) raconté pour faire frissonner dans les chaumières. Loin d’eux est loin, oui loin de tout cela. « Il faut peindre bien le médiocre » dit Flaubert, Mauvignier s’exécute, relatant ce drame, un suicide, avec le style pour seule fin, usant du monologue intérieur, flux, ininterrompu, de pensées, qui nous plonge dans les tréfonds du suicidé et de sa famille. Des flux poignants et mélodiques ; des monologues puissants, vrais.

Ce premier roman de Mauvignier « n’est » qu’une succession de phrases, plus ou moins longues. Chaque personnage tisse la sienne, nous fait entendre une musique, un rythme qui lui est propre, chaque personnage y déroule son être et sa vie. Une polyphonie à cinq voix, chacune séparée d’un espace, comme pour marquer l’incompréhension, la distance qui sourd de ces voix. Et, à travers cette coulée de pensées, il faut percevoir le silence, les silences recouverts d’une boue logorrhéique…

Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ?, Pierre Bayard

Ecrit par Ahmed Slama , le Vendredi, 29 Août 2014. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Essais, Les éditions de Minuit

Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ?, 198 p. 15,20 € . Ecrivain(s): Pierre Bayard Edition: Les éditions de Minuit

 

 

Les livres de Pierre Bayard ne sont pas de simples livres théoriques, ce sont des hybrides, semblables au « Si par une nuit d’hiver voyageur » d’un certain Italo, des « fictions-théoriques », dira Pierre Bayard lors d’une interview (1), qui disposent chacune d’un narrateur spécifique, celui du livre qui nous occupe. Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ? écorne un tabou : la non-lecture et pour celui-ci la lecture même n’est qu’une non-lecture (pourquoi ?). Dans le même temps que nous ouvrons un livre, ne refermons-nous pas le reste des livres existants ? La lecture n’annule-t-elle pas l’ensemble des œuvres restantes, à l’image de cette flaque de lumière, au théâtre, qui met en exergue un comédien mais plonge le reste de la scène dans le néant.