Identification

Articles taggés avec: Olivier Verdun

Le feu d’Orphée, Conte poétique, Patryck Froissart

Ecrit par Olivier Verdun , le Vendredi, 02 Mars 2018. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Contes, Ipagination

Le feu d’Orphée, Conte poétique, septembre 2016, 365 pages, 17,50 € . Ecrivain(s): Patryck Froissart Edition: Ipagination

 

Publié dans la collection Poésie des Editions iPagination, jeune maison dont le catalogue s’enrichit régulièrement d’œuvres d’une riche diversité, cet ouvrage de Patryck Froissart sous-titré Conte poétique est indéniablement, par sa structure, sa composition, son inspiration et sa vaste mise en réseau intertextuel et interculturel, aussi original que peut sembler a priori banalement littéraire sa thématique centrée sur la passion contrariée et la relation triangulaire constituée classiquement par la femme aimée et par l’amant et son rival.

L’ouvrage comprend 42 contes, soit autant de variations sur le thème, chacun se décomposant de façon quasiment systématique en une pièce en vers proches de la prosodie classique, un morceau en vers libres, et un récit en prose poétique.

Issa Asgarally, docteur en linguistique de l’Université Paris V-René Descartes (Sorbonne), analyse ainsi cette structure originale dans la longue préface qu’il a consacrée à cette œuvre :

Regarde tout est beau !, Nicola Davies et Mark Hearld

Ecrit par Olivier Verdun , le Jeudi, 29 Août 2013. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Jeunesse, Casterman

Regarde tout est beau ! Les saisons de la nature, mars 2013, 108 pages, 18 € . Ecrivain(s): Nicola Davies et Mark Hearld Edition: Casterman

 

Littérature jeunesse (à partir de 8 ans) – Livre coup de cœur

 

En ces temps de dérèglement climatique un peu âpres, Nicola Davies et Mark Hearld, respectivement auteur et illustrateur, revisitent, dans une débauche de motifs flamboyants d’inspiration vintage, le thème classique des quatre saisons.

A la fois documentaire et bloc-notes poétique, ce petit bijou des éditions Casterman, paru en mars 2013, nous convie à un somptueux goûter où les pages se dévorent sur d’interminables tartines de mots qui fleurent bon les confitures d’antan et dont on pourrait croire qu’elles sortent tout droit d’un livre de recettes de grand-mère.

Maître des brumes, Tomi Ungerer

Ecrit par Olivier Verdun , le Mercredi, 12 Juin 2013. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Jeunesse, Iles britanniques, L'école des loisirs

Maître des Brumes, traduit de l’anglais par Florence Seyvos, mars 2013, 48 pages, 13,70 € . Ecrivain(s): Tomi Ungerer Edition: L'école des loisirs

 

À plus de quatre-vingt-un ans, Tomi Ungerer, dont le talent protéiforme n’a pas pris une ride, signe, avec Maître des brumes, son dernier album, traduit de l’anglais par Florence Seyvos et publié par L’Ecole des loisirs.

La dédicace nous indique que ce conte est d’abord un hommage à l’Irlande, le pays de sa femme, où l’auteur vit depuis quelques années et dont l’âpre beauté, faite de grisaille, de confins écorchés, est parfaitement rendue par son inimitable coup de crayon : « Ce livre est dédié à l’Irlande et à tous les gens qui nous ont accueillis à cœur ouvert ». Un pays où la tourbe fait les meilleurs whiskeys, où la Guinness coule à flot, où la musique et la bonne humeur vont bon train, si l’on en juge à l’avant-dernière page qui croque sur le vif une scène habituelle de pub de village. Le dessinateur s’est plu, en effet, à multiplier les scènes de genre en restant au plus près de ce qui constitue les travaux et les jours des gens de peu : récolte de la tourbe que l’on débite en briquettes pour le feu, gardiennage des moutons sous l’œil bienveillant d’un dolmen, filage et ravaudage des filets dans l’humble chaumière familiale…

Coppélia, Claude Clément et Daniela Cytryn

Ecrit par Olivier Verdun , le Mardi, 29 Janvier 2013. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Seuil Jeunesse, Jeunesse

Coppélia, octobre 2012, 40 pages, 18 € . Ecrivain(s): Claude Clément et Daniela Cytryn Edition: Seuil Jeunesse

 

 

Cet album de très belle facture, écrit par Claude Clément et illustré par Daniela Cytryn, prouve une fois de plus la vitalité de la littérature jeunesse en France. Le lecteur est plongé dans un bain de couleurs chatoyantes, mordorées, onctueuses, qui tapissent généreusement la page grand format (26*38 cm) et qui puisent leur inspiration dans le folklore d’Europe centrale.

L’histoire est inspirée d’un ballet célèbre dans le monde entier (lui-même tiré d’un conte d’Hoffmann),

« dansé par de nombreuses petites filles d’hier et d’aujourd’hui, qui conte avec gaîté l’amour vrai au-delà des illusions » (quatrième de couverture).

Franz et Swanilda s’aiment et font des projets de mariage lorsque arrive à bord d’une roulotte un étrange savant du nom de Coppélius.

Ondine, Benjamin Lacombe

Ecrit par Olivier Verdun , le Mercredi, 23 Janvier 2013. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Jeunesse, Albin Michel

Ondine, Albin Michel Jeunesse, 2012, 40 p., 19 € . Ecrivain(s): Benjamin Lacombe Edition: Albin Michel

Avec Ondine, son avant-dernier album, Benjamin Lacombe prouve une fois de plus son immense talent d’illustrateur. Un album somptueux comme rincé au lavis, qui rend hommage à quelques grands maîtres – Hokusaï, Waterhouse, Millais, Rosseti. Benjamin Lacombe réinterprète le mythe d’Ondine, inspiré par les textes de Friedrich de La Motte-Fouqué et la pièce de Jean Giraudoux, et revient avec ce conte à ses amours préraphaélites.

L’histoire nous entraîne dans un monde obscur qui a pour toile de fond la « terrible Forêt-Noire ». Un monde peuplé par les esprits des eaux (les ondins) dont la douce Ondine fait partie. Née sans conscience et sans remords, recueillie par une famille de paysans pauvres mais aimants, Ondine aspire à posséder une âme. Elle doit pour cela se faire aimer d’un homme.

Un  soir, sous une pluie battante, le chevalier Hans de Ringstetten, qui s’était égaré en pleine forêt, trouve refuge chez Ulrich et Eugénie, les parents adoptifs d’Ondine. Ondine était d’une « beauté si délicate que ses traits fins se noyaient dans l’éclat de sa peau. Ses longs cheveux roux flamboyaient sur ses épaules en d’élégantes ondulations ». Comment ne pas tomber sous son charme ? Après s’être promis l’un à l’autre, Hans et Ondine scellent leur engagement d’un premier baiser au cours d’une cérémonie. Une nouvelle vie les attend dans le château de Ringstetten.