Identification

Articles taggés avec: Marc Michiels (Le mot et la chose)

Œuvres, Kenzaburô Ôé

Ecrit par Marc Michiels (Le Mot et la Chose) , le Mercredi, 01 Février 2017.

Œuvres, coll. Quarto, septembre 2016, traduit du japonais, 1344 pages, 65 ill., 31 € . Ecrivain(s): Kenzaburô Ôé Edition: Gallimard

 

« Le style fondamental de mon écriture a été de partir de mes problèmes personnels et de les relier avec la société, l’état, et le monde ».

Pourquoi lire les écrits de Kenzaburô Ôé ? Sans doute car ils expriment le mieux la complexité, l’ambiguïté et la richesse d’une voix insolite de cette âme japonaise, traumatisée, mais réussissant malgré tout à transformer sa propre souffrance en l’expression d’une condition humaine, en cherchant à adoucir ses souffrances dans le champ de la littérature, au regard d’un monde absurde aux côtés des plus fous, ces « nettoyeurs » du réel et aux côtés de cette névrose paranoïaque de libération du Japon alors que les bourreaux ont changé de nature, mais que les forces de l’occupation des esprits sont les mêmes ! Pour en finir avec le nucléaire et l’atome, « symbole de la soumission de l’homme à la violence ». Pour que nous accompagnions peut-être l’homme jusqu’à ses racines, l’arbre de la vie, des mémoires, nature fertile, nature de tous les possibles et de toutes les beautés, comme une guérison tranquille, comme une fleuraison. Comme pour continuer à penser, panser les vivants, pour que naisse une pensée blanche face à la suie de la destruction.

Entretien avec Aki Kuroda : illustrer « Hamlet », Editions Gallimard

Ecrit par Marc Michiels (Le Mot et la Chose) , le Lundi, 02 Janvier 2017. , dans La Une CED, Les Chroniques

 

« J’aime beaucoup la nature… Ce n’est pas contre nature, la culture n’est pas contre nature ».

 

Après Un amour de Swann orné par Pierre Alechinsky, les éditions Gallimard donnent carte blanche à l’artiste japonais Aki Kuroda, qui a choisi d’investir l’univers en mots de William Shakespeare par l’image… un univers qu’il connaît bien. Le Mot & la Chose, par la voix de Marc Michiels, s’est entretenu en privé avec l’artiste Aki Kuroda, qui nous conte comment illustrer « son » Hamlet !

Au regard de cette édition dans la collection Blanche, Giovanna Citi-Hebey et Anne Lagarrigue qui animent la collection présentent un ouvrage magnifiquement réalisé aux collectionneurs, amateurs d’art, bibliophiles ou tout simplement aux lecteurs amoureux des beaux livres – une édition à tirage limité, numérotée et signée à 99 exemplaires de tête, dans un emboîtage en plexiglas sérigraphié.

Judas, Amos Oz

Ecrit par Marc Michiels (Le Mot et la Chose) , le Mardi, 13 Décembre 2016. , dans La Une Livres, Israël, Les Livres, Critiques, Livres décortiqués, Roman, Gallimard

Judas, août 2016, trad. hébreu Sylvie Cohen, 352 pages, 21 € . Ecrivain(s): Amos Oz Edition: Gallimard

« Les rêves ne mentent pas…

Le monde est vide.

Les dernières lueurs du soir caressent le sommet des collines.

Cette lumière n’est rien différente de celle que nous avons vue hier et avant-hier.

De même que la brise venue de la mer est exactement semblable à celle qui soufflait la veille au soir.

Le monde entier est vide…

Et il faut toujours laisser les morts ensevelir leurs morts »

 

Le Judas d’Amos Oz est comme rempli d’une nostalgie profonde, entre la frontière des soirs, liberté trempée jusqu’à l’os par la pluie et des no man’s land, reflets du couchant, envoûtant comme un parfum au sommet des collines arides.

Au pays de la fille électrique, Marc Graciano

Ecrit par Marc Michiels (Le Mot et la Chose) , le Mardi, 29 Novembre 2016. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, Editions José Corti

Au pays de la fille électrique, août 2016, 160 pages, 19 € . Ecrivain(s): Marc Graciano Edition: Editions José Corti

 

Dans son nouveau roman, paru aux éditions José Corti, tout l’art envoûtant de Marc Graciano réside dans cette façon singulière qu’il a d’épouser l’épaisseur du visible par la grâce de la description. Existence muette de l’inconfort, rivière de l’élaboration du vivant qui cherche la rédemption par la quête des origines et des métamorphoses. Au pays de la fille électrique est un conte magique, charge électrique intense qui vous laissera inerte entre la vie et le monde du mal séparés par les lumières incandescentes, les entrelacs du rêve et de la réalité où l’ambiguïté de la tragédie contribue au caractère dérangeant et insoutenable de la narration.

Berceau de la vie, lieu et lien « placentasmique » du renouveau, mais pas dans le même corps ! Pas dans la même tête, mais dans un monde qui sans cesse a besoin d’un nouvel être telle une bûche dans une cheminée. Pour que le feu brûle, pour que la flamme des désirs crépite par une couleur sang dans le couloir de la mort, dans la cheminée de l’immortalité. Marc Graciano nous parle du « viol-rance » de la violence, violence immémoriale de l’humanité, révélée par le théâtre macabre des bêtes assoiffées de haine envers les femmes ; comme pour mieux se libérer de leurs semences maudites.

Arts et traditions de Sumba, Véronique Paccou-Martellière, Thomas H. Hinterseer

Ecrit par Marc Michiels (Le Mot et la Chose) , le Jeudi, 03 Novembre 2016. , dans La Une CED, Les Chroniques

 

Interrogé en 1965 sur les découvertes des hommes qu’il faudrait léguer à nos successeurs, Lévi-Strauss dit ceci : « Je mettrai dans votre coffre des documents relatifs aux dernières sociétés primitives en voie de disparition, des exemplaires d’espèces végétal et animal proches d’être anéanties par l’homme, des échantillons d’air et d’eau non encore pollués par des déchets industriels, des notices et illustrations sur des sites bientôt saccagés par des installations civiles ou militaires. (…) Mieux vaut donc laisser quelques témoignages que, par notre malfaisance et celle de nos continuateurs, ils n’auront plus le droit de connaître : la pureté des éléments, la diversité des êtres, la grâce de la nature, et la décence des hommes ».

L’ouvrage de Véronique Paccou-Martellière et Thomas H. Hinterseer sur les « Arts et traditions de Sumba » (éditions Le Livre d’Art) évoque un regard, un monde spirituel et matériel, sur une culture qui fut très longtemps ignorée. Entre croyances, traditions et coutumes des Sumbanais, les auteurs, à travers des centaines d’objets sacrés et utilitaires, collectés durant ces vingt dernières années, nous présentent les témoins de cette complexité́ culturelle. Témoignages multiples d’une des 922 îles habitées de l’Indonésie et qui conserve encore de nos jours une partie de ces mystères.