Identification

Articles taggés avec: Daniel Leduc

L’homme qui parlait aux oiseaux (Nouvelle inédite)

Ecrit par Daniel Leduc , le Mardi, 14 Octobre 2014. , dans Nouvelles, La Une CED, Ecriture

 

Le vieux Wardell est assis sur la souche d’un chêne qu’il n’a pas connu. Pourtant, sur ce flanc du Plateau, il en connait des chênes. Cela fait plus de quarante ans qu’il vit ici, plus de quarante années où les mêmes nuages apparents surplombent la forêt, où la même fougue, la même lenteur agitent les ramures.

Et là comme chaque jour, comme une éternité peut-être, il parle aux oiseaux.

Les oiseaux, il ne les nomme pas. Seulement leur chant les désigne comme ceci, comme cela, ou comme autre chose.

D’abord sa vue, usée par la lumière, ne lui permet plus d’identifier les formes ; et puis les oiseaux, il n’a jamais su les reconnaître. Seulement les aimer.

Dès l’enfance, près de Montgomery, en Alabama, il sifflait comme un merle, disait son vieux père. Sa mère renchérissait en l’appelant Tilut’, deux des sons qui sortent de la gorge du passereau.

Ciels d’hypnose*

Ecrit par Daniel Leduc , le Jeudi, 22 Mai 2014. , dans La Une CED, Ecriture, Création poétique

 

 

 

 

1


Tu t’appuies sur le tronc d’un chêne –

ton écorce

recouvre-t-elle

la nuit ?

À la lisière de l’aube

les lumières de la ville se confondent

avec le miroitement du ciel.

Antonin Artaud ou La déchirure des sens

Ecrit par Daniel Leduc , le Mercredi, 19 Février 2014. , dans La Une CED, Ecriture, Création poétique

 

1

 

Derrière les fortifications de la douleur,

l’œil transi

l’œil dégainé

observe.

Derrière ou derrière encore,

la main creuse

un appel

sur le papier imberbe et chauve

aride.

Sous la coupole spleenétique du ciel (60 et dernier)

Ecrit par Daniel Leduc , le Mercredi, 24 Octobre 2012. , dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis, Création poétique

 

 

 

 

 

Le scientifique déduit. S’approche du terme. Qui articule.

Frémit une vérité dans sa conscience possible.

Et l’équation est un poème, proche du sens.

L’Homme cherchera, non ce qu’il cherche, mais ce qui le traverse. Ce qui le. Compulse.

Plus il est un sillon, plus il creuse.

C’est en plongeant

qu’il trouvera le gué.

 

*****

Sous la coupole spleenétique du ciel (59)

Ecrit par Daniel Leduc , le Mercredi, 17 Octobre 2012. , dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis, Création poétique

 

Sa géographie s’inscrivait sur sa peau : rides, crevasses et autres pustules. Non qu’elle fût malade ; mais l’âge l’avait contrainte ; et l’enveloppe régulière de son corps de jeune fille s’était transformée en une mappemonde, que le temps avait sillonnée.

Elle n’écoutait plus alors, son miroir ; n’entendait plus les regards, des passants ; ne goûtait que la fluide âcreté du brouillard, lorsque l’aube persistait à paraître.

Et sa joie se manifestait à l’ombre des livres /

où tourner la page

permettait /

de tout

recommencer.

*****