Identification

Articles taggés avec: Caminade Emmanuelle

Riviera, Mathilde Janin

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Mardi, 29 Avril 2014. , dans La Une Livres, Actes Sud, Les Livres, Critiques, Les Ecrivains, Roman

Riviera, août 2013, 224 pages, 19 € . Ecrivain(s): Mathilde Janin Edition: Actes Sud

 

Partant de la mort d’un chanteur dont les journalistes écriront la légende, Mathilde Janin se lance dans une ambitieuse histoire du rock plus ou moins inventée, offrant un premier roman étonnamment riche et complexe.

Sous la menace d’une pandémie causée par le virus Ebola, Philippe Arnaud, sa sœur Frédérique, compositrice, et son épouse et productrice Nadia Batashvili, une immigrée juive d’Europe de l’Est, ont fui New-York pour Paris – occasion pour le frère et la sœur de retrouver leurs racines et pour Nadia de pouvoir retourner dans l’île de son enfance au milieu de la Mer noire. Deux ans plus tard, en juin 1992, le chanteur étant mort à Berlin, sa veuve Nadia tente difficilement de prendre un avion pour y rejoindre Frédérique afin de rapatrier le corps. L’auteure retrace alors le passé américain de ses trois héros, leur passion pour la musique rock et la relation violente et sulfureuse du couple, évoquant aussi leur enfance lointaine. Et elle fait ainsi revivre le monde new-yorkais des années 1980, celui d’une jeunesse noctambule s’adonnant à la jouissance de l’instant, avide de musique et de sexe, d’alcool et de drogues diverses.

L’Enfer, Dante (Edition bilingue)

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Mercredi, 16 Avril 2014. , dans La Une Livres, La Table Ronde - La Petite Vermillon, Les Livres, Critiques, Italie, Poésie

L’Enfer, La Table Ronde (La petite vermillon) mars 2014, édition bilingue, traduction de William Cliff, 405 p. 8,70 € . Ecrivain(s): Dante Alighieri Edition: La Table Ronde - La Petite Vermillon

 

La parution en collection de poche et en version bilingue d’une nouvelle traduction de L’Enfer de Dante par le poète belge William Cliff pourrait être l’occasion d’affronter cette fameuse Comédie – poème s’inscrivant dans un genre populaire et écrit en langue vulgaire et non en latin – que Boccace qualifia de « divine ». D’affronter au moins sa première partie qui, bien que la plus connue et la plus facile d’accès, n’est pas forcément tant lue. L’occasion aussi pour ceux qui maîtrisent plus ou moins bien l’italien d’oser l’aborder dans sa langue originale, dans ce dialecte toscan médiéval qui fonda l’idiome moderne de la péninsule.

La Comédie est un long poème en tercets d’hendécasyllabes à rimes enlacées, composé de trois cantiques eux-mêmes divisés en trente-trois chants, à l’exception du premier qui en compte un supplémentaire, portant à cent leur nombre total. Un nombre figurant l’unité et confirmant la portée Trinitaire de cette symbolique numérique structurelle et rythmique.

Walter, Hélène Sturm

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Mardi, 08 Avril 2014. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Joelle Losfeld, Roman

Walter, mars 2014, 160 pages, 15,90 € . Ecrivain(s): Hélène Sturm Edition: Joelle Losfeld

 

Dans ce roman doublement initiatique comportant quatre grandes étapes, Hélène Sturm nous invite à « faire un bout de chemin » avec son héros éponyme, gamin sensible et peu bavard auquel les mots ne viennent avec simplicité que « sur la pente du sommeil ». A bientôt quatorze ans, ce grand lecteur vivant seul avec sa mère qui ne lui interdit aucun livre décide qu’il est temps de « jeter sa gourme ». Il a grande « envie de passer aux actes », ne sachant « comment commencer », et après moult angoisses et hésitations, moult préliminaires, il va « avec la fougue de la jeunesse » finir par se jeter « à l’encre » :

« Au nom de quoi serait-ce une obligation de brouillonner avant d’écrire ? De tâter l’eau du bout du pied avant de s’y jeter ? De devoir manger tout le gâteau avant d’avoir le droit à la cerise ? »

Mais tout le monde n’est pas Rimbaud pour pouvoir écrire l’océan sans avoir vu la mer !

En panne d’inspiration, incapable de continuer sa pièce de théâtre au-delà de la deuxième scène, Walter se lancera l’année suivante dans la rédaction d’un carnet d’aphorismes que, tombé sous le charme de Sacha et « débordé par le réel », il abandonnera en cours :

Baleine, Paul Gadenne

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Vendredi, 04 Avril 2014. , dans La Une Livres, Actes Sud, Les Livres, Critiques, Roman

Baleine, mars 2014, 34 pages, 10 € . Ecrivain(s): Paul Gadenne Edition: Actes Sud

 

Publié en 1949 dans la revue Empédocle par Albert Camus, Baleine fait partie du fonds Actes Sud depuis 1982 et vient d’être réédité fort opportunément dans la collection Les inépuisables.

Cette courte nouvelle de Paul Gadenne atteignant en tout point la perfection mérite en effet sans conteste de traverser le temps, et sa lecture ne peut qu’inciter le lecteur à découvrir – ou redécouvrir – l’œuvre essentiellement romanesque d’un grand écrivain malheureusement méconnu.

Baleine, c’est l’irruption du miracle dans le monde en décomposition de l’immédiat après-guerre marqué par l’horreur du « cataclysme européen » dans un monde privé d’espoir. Une histoire de foi et de rencontre avec l’autre, avec l’Autre. Une histoire d’Amour. Une révélation.

Un petit « cercle d’endormis » devise mollement, avachi dans les coussins d’un café enfumé et mal éclairé, « captif des velours et des soies », quand soudain une nouvelle rapportée par la gazette du coin secoue un instant cette torpeur : le cadavre d’une baleine blanche s’est échoué dans les sables à quelques kilomètres de là !

L’envers du monde, Thomas B. Reverdy

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Jeudi, 03 Avril 2014. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, Points

L’envers du monde, mars 2014, 242 p. 6,70 € . Ecrivain(s): Thomas B. Reverdy Edition: Points

L’envers du monde commence comme un roman policier. A New York, un jour d’été caniculaire de 2003, on découvre le cadavre d’un inconnu dans un trou de pompage du gigantesque chantier de Ground Zero, le site des attentats du 11 septembre : un ouvrier arabe, si on en croit le badge qu’il porte sur son gilet orange, et sans doute un assassinat… L’inspecteur O’Molley mène son enquête. Une enquête qui au travers des héros va s’affirmer comme la quête identitaire d’un pays déboussolé, changé.

Thomas B. Reverdy recourt à la puissance symbolique de cette déflagration du 11 septembre qui a entamé cette image triomphante de l’Amérique reflétée par les hautes tours vitrées de Manhattan, une image grossie donnant la mesure quantitative et abstraite d’une nation dont la vérité n’avait rien à voir avec cette réalité qu’elle exhibait au monde et à elle-même. Vérité révélée par la disparition brutale des tours jumelles, qui naîtra de cette béance souterraine qu’on s’emploie à bétonner pour reconstruire une « tour de la liberté ». Avec une grande habileté, il répercute cette déflagration sur les héros-clé articulant son roman : Pete, l’ancien policier ayant participé aux secours qui fait visiter le site aux touristes, Candice, la serveuse dont le compagnon a disparu deux ans auparavant dans l’attentat, et Simon, un écrivain français venu de Paris pour écrire un livre sur le sujet. Trois héros à qui l’auteur offre à chacun une partie, le narrateur extérieur leur cédant brièvement la parole en leur sein.