Identification

Articles taggés avec: Ben Rheinaue

Je n’fais qu’passer (3 et fin)

Ecrit par Ben Rheinaue , le Vendredi, 07 Février 2014. , dans Nouvelles, La Une CED, Ecriture

 

III

 

La lumière bleue réapparaît. Je suis face à cette mer sombre, les pieds léchés par les vagues fraîches. A quelques mètres de moi, les amants tripoteurs ont cessé de se tripoter, et regardent maintenant ce passant nocturne s'immerger progressivement dans cette mer d'hiver.

La lumière bleue, je poursuis cette lumière bleue qui brille au fond de ces eaux glaciales. Mes genoux, mes cuisses, ma taille. Mon ventre se fige en un bloc. Le bruit de la ville me paraît de plus en plus loin. Ma tête.

Ma tête sous l'eau, ma tête dans un désert de glace, ma tête dans une mer de givre, ma tête en Sibérie, ma tête en Antarctique ! Ma tête dans chaque recoin froid de ce monde rond. Le prisme de mes pensées cristallisé en un seul songe. La lumière bleue, il n'y a plus que la lumière bleue.

Je n’fais qu’passer (2)

Ecrit par Ben Rheinaue , le Vendredi, 31 Janvier 2014. , dans Nouvelles, La Une CED, Ecriture

 

II

La ville. Sortie de gare. Elle vomit des centaines de passagers sur le pavé humide, la gare. La pluie n'a pas cessé. Elle ruisselle toujours sur nos têtes. J'avance sur la chaussée glissante.

Je passe devant les fenêtres éclairées des immeubles, devant les feux rouges, verts ou oranges, devant les publicités trop lumineuses, les enseignes des sex shops ou des hôtels bon marché, devant les néons des épiciers, ceux des kébabs, des pizzas, des vendeurs de pâtes; je passe devant les croix vertes des pharmacies, devant les losanges rouges des tabacs, je passe devant des visages ronds, des visages carrés, des visages bleus.

Je passe devant les phares blancs des voitures grises. Ils se reflètent sur la route comme des nuées fantomatiques traversées par mille barreaux de pluie. Le bruit des klaxons qui pouettent, celui des essuie-glaces qui grincent contre les vitres.

Je n’fais qu’passer (1)

Ecrit par Ben Rheinaue , le Lundi, 27 Janvier 2014. , dans Nouvelles, La Une CED, Ecriture

 

I

Une plaque d'égout. Qui glisse. Un arrêt de bus égoutté. Une voiture, deux voitures. Une poubelle qui n'a plus faim. Trois tickets de tram mâchés, des chaussures trempées. Des immeubles dégoulinant à gauche et à droite; des arbres, des panneaux publicitaires, un stop. Des bandes blanches. Qui glissent. Une voiture, deux voitures trois voitures ; une poubelle qui n'a plus faim.

Une agence immobilière une boulangerie, une laverie ; serrurier, vidéo club, fleuriste, taxidermiste aguerri, la mer au loin qui s'agite, sous le ciel gris. Un vieux parapluie, avec un vieux monsieur en-dessous, puis une mamie qui le suit, avec son caddie. Des plaques d'égouts. Qui glissent. Les vieux qui glissent. Des gens qui accourent, le bruit des sirènes. Les lumières des sirènes, qui se cognent contre les murs. Un camion rouge, qui arrive, se charge, puis repart. Pimpon pimpon, et puis mes pieds redémarrent.