Identification

Articles taggés avec: Belfadel Tawfiq

Alaa El-Aswany et le « crime » de la littérature (par Tawfiq Belfadel)

Ecrit par Tawfiq Belfadel , le Vendredi, 31 Mai 2019. , dans La Une CED, Les Chroniques

 

Depuis des lustres on entend parler de la condamnation des journalistes dans plusieurs coins du monde. Le motif commun est de porter atteinte à l’Etat. Les cas les plus récents sont les deux écrivains-journalistes turcs, Asli Erdogan et Ahmet Altan, condamnés à la prison par le pouvoir d’Erdogan.

En Algérie, il y a juste quelques années, le journaliste Mohamed Tamalt a été emprisonné par le pouvoir de Bouteflika à cause de ses publications sur Facebook, prises pour offense au Président. Après une longue grève de la faim, sa santé se dégrade et il décède dans le silence absolu du pouvoir aveugle. Les exemples sont copieux. Et il y aura toujours des journalistes qui paieront leur passion pour l’information en prison, victimes de dictatures masquées ou à visage découvert.

Aujourd’hui, poursuivre en justice un écrivain à cause d’une fiction est une absurdité qui est devenue la norme dans certains pays. Le motif est pareil pour les journalistes même s’il s’agit de fiction : atteinte à l’Etat.

Les Porteurs d’eau, Atiq Rahimi (par Tawfiq Belfadel)

Ecrit par Tawfiq Belfadel , le Mercredi, 22 Mai 2019. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Roman, P.O.L

Les Porteurs d’eau, janvier 2019, 288 pages, 19 € . Ecrivain(s): Atiq Rahimi Edition: P.O.L

 

Vivre c’est errer

Après un roman inspiré par Crime et châtiment de Dostoïevski (1), Atiq Rahimi publie son nouveau roman Les Porteurs d’eau. Divisé en 30 chapitres, le roman raconte deux récits différents l’un de l’autre, mais reliés par un fait commun : la destruction des Bouddhas de Bâmiyân par les Talibans en 2001, en Afghanistan. Le pays était noyé dans une troisième phase de guerre civile.

Le premier récit est celui de Tamim, un Afghan exilé à Paris. Agé de 45 ans, il change de nom suite à sa naturalisation : il devient Tom. Le jour de la destruction des Bouddhas, Tom décide de changer de vie et choisit un autre exil : il quitte Paris en laissant sa femme et son enfant, pour s’installer définitivement avec son amante à Amsterdam, une ville où ne viennent « que les hommes perdus afin de se retrouver » (p.191). En route, sa mémoire le taraude de pensées et de questions sans réponses : ses origines, ses parents et ses ancêtres, Kaboul, ses vérités et ses mensonges.

La Bibliothèque enchantée, Mohammad Rabie (par Tawfiq Belfadel)

Ecrit par Tawfiq Belfadel , le Lundi, 13 Mai 2019. , dans Sindbad, Actes Sud, La Une Livres, Critiques, Les Livres, Pays arabes, Roman

La Bibliothèque enchantée, janvier 2019, trad. arabe (Egypte) Stéphanie Dujols, 176 pages, 19 € . Ecrivain(s): Mohammad Rabie Edition: Sindbad, Actes Sud

 

Éloge de la traduction

Le titre du roman La Bibliothèque enchantée fait allusion à un récit philosophique ou de science-fiction. Non. Le roman emmène le lecteur au Caire en compagnie de Chaher. Ce jeune fonctionnaire du ministère des « Biens de mainmorte » est chargé d’une mission : faire un rapport sur une bibliothèque que l’Etat veut démolir pour passer une ligne de métro.

Mise à la marge, vieille, la bibliothèque Kawkab Anbar est construite en simple immeuble avec des étages et des appartements ; les livres sont entassés dans les pièces sans inventaire ou indexation.

Les fidèles de cette bibliothèque ne sont pas nombreux. Aucun jeune, hormis Chaher. Il y a le traducteur Ali, Jean le copiste qui photographie les livres, et le vieux cryptologue Sayyid qui connaît la bibliothèque comme sa poche…

Arabe, Hadia Decharriere (par Tawfiq Belfadel)

Ecrit par Tawfiq Belfadel , le Mardi, 07 Mai 2019. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Roman, Jean-Claude Lattès

Arabe, février 2019, 168 pages, 17 € . Ecrivain(s): Hadia Decharriere Edition: Jean-Claude Lattès

 

À la recherche du passé perdu

Après Grande section, Hadia Decharriere publie son nouveau roman, Arabe. Le roman relate l’histoire de Maya, une jeune Française qui travaille comme habilleuse. « Maya aime écouter l’habit et observer l’attitude qu’emprunte l’esprit selon l’étoffe qui pare le corps » (p.52).

Un certain matin, Maya se réveille en parlant parfaitement la langue arabe, une langue qu’elle n’a jamais connue ou apprise. Son mari et ses parents, son entourage, sont étonnés devant cette métamorphose. « Une langue que personne ne lui a transmise, ni son père ni sa mère, une langue dont elle ignore tout de l’histoire, une grande inconnue qu’elle a pourtant immédiatement reconnue, malgré elle, comme un reflexe qui, pour exister, se passe de volonté et de raison » (pp.22-23).

Maya commence alors sa quête pour identifier le secret de cette langue. En parlant arabe, tout ce qui a relation avec cette langue attire son attention : la gastronomie, les prénoms, et notamment la situation des femmes bafouées dans le monde dit arabe.

Une prière à la mer, Khaled Hosseini (par Tawfiq Belfadel)

Ecrit par Tawfiq Belfadel , le Lundi, 29 Avril 2019. , dans La Une Livres, Critiques, Arts, Les Livres, Albin Michel, Récits

Une prière à la mer, septembre 2018, ill. Dam Williams, 48 pages, 12 € . Ecrivain(s): Khaled Hosseini Edition: Albin Michel

 

Hommage aux migrants morts en mer

Un père syrien quitte son pays à bord d’une barque, portant son enfant Marwan dans les bras. Le père soliloque. D’une part, il évoque les beaux souvenirs de Homs : la ferme, les souks et ruelles animés, les gens chaleureux de différentes religions… La ville était un paradis.

« Si seulement tu avais de Homs le même souvenir que moi, Marwan. Dans les rues animées de la vieille ville, il y avait une mosquée pour nous autres musulmans, une église pour nos voisins chrétiens, ainsi qu’un vaste souk ou nous nous mêlions tous afin de marchander des pendentifs en or, des produits frais et des robes de mariée ».

D’autre part, il évoque les images noires dues le la guerre : les bombardements, les décombres, le sang… La ville devient un enfer. Ainsi, le père choisit la mer pour fuir la guerre et trouver un foyer ailleurs.