Identification

Articles taggés avec: Bazy Didier

Que faire des cons ? Pour ne pas en rester un soi-même, Maxime Rovere (par Didier Bazy)

Ecrit par Didier Bazy , le Lundi, 01 Avril 2019. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Essais, Flammarion

Que faire des cons ? Pour ne pas en rester un soi-même, janvier 2019, 200 pages, 12 € . Ecrivain(s): Maxime Rovere Edition: Flammarion

 

Le sujet est si universel que l’aborder oblige à s’impliquer. Maxime Rovere prend la question avec les faits. Chacun est le con de quelqu’un – a minima. Faut faire avec. Mais comment s’en sortir sans juger ? Le philosophe sonde les rapports pas les personnes. Le philosophe marche dans les pas des géants. Spinoza-Nietzsche-Deleuze. Une trinité très concrète.

Maxime Rovere, authentique Guéroult-Goldschmidt de Spinoza, après nous avoir éblouis avec Le Clan Spinoza et transmis un Spinoza en situation, porte ici notre attention sur la connerie.

On est attiré par le sous-titre en italiques. Un bréviaire, un manuel de casuiste, pour m’éviter d’être trop con, de passer un tout petit peu moins pour un gros con ou un petit con. Une nécessité vitale : aurais-je des chances – après avoir goûté la thériaque roverienne – d’aller mieux ? C’est pas gagné. C’est pas la faute au philosophe mais bien plutôt au critique crasse qui s’auto-victimise connement.

Un loup pour l’homme, Brigitte Giraud (par Didier Bazy)

Ecrit par Didier Bazy , le Vendredi, 29 Mars 2019. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, Flammarion

Un loup pour l’homme, 250 pages, 19 € . Ecrivain(s): Brigitte Giraud Edition: Flammarion

 

Un livre d’une vie. C’est l’auteure qui le dit. On la croit. Parce qu’il n’y a pas de raison de croire le contraire. On espère quand même que Brigitte Giraud a d’autres vies. Y a pas de raison qu’il n’y ait pas d’autres livres. Des livres à venir. Car il n’y a que deux sortes de grands livres. Les livres à venir et les livres à relire. Le reste, massif, ne relève-t-il pas de l’éphémère écume du présent ?

Guerre d’Algérie. « La » guerre d’Algérie… Du dedans. Un certain dedans. Y a eu quand même Tombeau pour cinq cent mille soldats, et Eden, Eden, Eden, de Pierre Guyotat, triple paradis interdit de 1970 à 1981, triplement préfacé par Sollers le très connu, Barthes le non moins connu et Leiris – à connaître.

Y a quand même eu aussi La Question de Alleg chez Minuit. C’est dire que l’art est parfois « dans le coup ». Et souvent en avance. Mais bon. Tout le monde ne suit pas. Chacun ses petits soucis.

Econome et efficace, Brigitte Giraud touche. C’est là sa marque de fabrique. Discrète, à la juste conjonction de Calaferte et de Despentes, la parcimonieuse des mots génère – lapalissade ou truisme – a minima – un débordement de sens.

Les Paradoxes de la postérité, Benjamin Hoffmann (par Didier Bazy)

Ecrit par Didier Bazy , le Jeudi, 07 Février 2019. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Essais, Les éditions de Minuit

Les Paradoxes de la postérité, janvier 2019, 243 pages, 29 € . Ecrivain(s): Benjamin Hoffmann Edition: Les éditions de Minuit


De qui se souvient-on ? De ses proches, de ceux que l’on a croisés. Dans le meilleur des cas. Pour le meilleur ou pour le pire. Chacun ses panthéons. Chacun ses enfers. Parfois les uns croisent les autres, en compensation ou contamination.

Plus précisément, que reste-t-il (de nos amours) des êtres morts que l’on a connus ? Chacun ses réponses.

Encore plus précisément : que reste-il de nos lectures et de nos non-lectures ?

Encore plus plus précisément : de quelle œuvre passée, de quel auteur (mort) se souvient-on ?

Encore plus plus plus précisément : qu’est-ce qui fait que telle œuvre, tel titre, tel auteur, telle autrice passe à la postérité ? et de quelle postérité s’agit-il ?

#Jenaipasportéplainte, Marie-Hélène Branciard (Par Didier Bazy)

Ecrit par Didier Bazy , le Vendredi, 23 Novembre 2018. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, Polars

#Jenaipasportéplainte, Editions du Poutan, 2017, 260 pages, 17,50 € . Ecrivain(s): Marie-Hélène Branciard

 

Ce polar engagé, préfacé par Marie Van Moere et justement salué par Maud Tabachnik, trace des lignes qui se conjuguent dans un réseau où l’on peut croiser Après Dolorès de Sarah Schulman, King Kong Théorie de Virginie Despentes et d’autres de cette veine. On appelle ça « le polar lesbien ». Mais qu’importe comment et pourquoi quelques critiques rapides expédient un genre dans une case. Car l’intérêt de JNAPPP déborde les catégories qui enferment ce qui pourtant ne demande qu’à sortir.

Ce polar est d’un genre discret et majeur. Discret parce qu’organisé en séries de discontinuités qui s’interpellent. Majeur comme un grand roman populaire. Il permet de traverser mille problématiques. Ici, le genre est maîtrisé à un point de limite tel que de grandes questions d’aujourd’hui (violence, homophobie…) sont abordées avec la crudité des faits juridico-policiers. Ainsi, le style trash et pudique. Ainsi, la virtuosité des registres d’écriture : le poème, le journal, la narration, les expressions hashtag et les communications arobase. Ainsi, des personnages authentiquement campés, réels, vrais, sensibles et touchants, si tant est que les cons authentiques (peu sensibles et peu touchants) aussi campent dans leur forteresse de méchancetés…

Un savoir gai, William Marx

Ecrit par Didier Bazy , le Vendredi, 16 Novembre 2018. , dans La Une Livres, Cette semaine, Les Livres, Critiques, Essais, Les éditions de Minuit

Un savoir gai, janvier 2018, 170 pages, 15 € . Ecrivain(s): William Marx Edition: Les éditions de Minuit

Honneur 2018 de la Cause Littéraire

Plus qu’un témoignage, moins qu’un traité. Plus qu’un essai, moins qu’un exercice d’admiration – et sans doute, le contraire – Un savoir gai de William Marx n’est pas Le gai savoir de quoi que ce soit. C’est parce qu’il échappe aux codes majeurs de toutes les majorités que ce livre est très important. L’apparence de l’abécédaire ne s’offre que pour rire : il s’agit plutôt d’une composition sérielleoù l’authenticité de plans de vie est conjuguée sans théorie, où les clins d’œil complices s’ajustent aux plus belles références (de Platon à Jean Genet). Et le découpage en 33 blocs n’est qu’un clin d’œil à Dante, comme le titreà Nietzsche.

Un gai savoir procède sous règne de la liberté. Rares sont les ouvrages irrigués par une vraie liberté de l’esprit. Rares sont les vies traversées par de vraies libertés de mouvement. Excellents sont les vrais philosophes, brillants et discrets. Sublimes sont les artistes qui rendent un peu plus visible ce qui était invisible dans l’aveuglement majoritaire.

William Marx est un subtil philosophe-artiste au sens le plus nietzschéen du terme. Nourri de philologie, il goûte aussi les plaisirs (et les tristesses) de la vie. D’où – peut-être – la convocation de soi. Autant se tutoyer en public – avec une infinie pudeur et l’humour joyeux quasi permanent.