Identification

Les Livres

La France d'Alphonse Boudard, Pierre Gillieth

, le Mardi, 13 Décembre 2011. , dans Les Livres, Recensions, Essais, La Une Livres, Biographie

La France d’Alphonse Boudard, (Avant-propos de Michel Déon de l’Académie française), Editions Xenia (Coll. La France de), 139 p, 14 € . Ecrivain(s): Pierre Gillieth

 

Alphonse Boudard est peut-être quelque peu oublié. Cependant que les amateurs de style et de faconde continuent à le révérer.

Un style épris d’argot, travaillé et à nouveau travaillé, jusqu’à être sans doute réinventé, à la manière de Céline, dont Alphonse Boudard était en effet grand admirateur et qu’il avait rencontré à plusieurs occasions par l’intermédiaire d’Albert Paraz, qui fut son ami, son compagnon en tubardise, celui qui, ayant repéré son talent, l’aida autant qu’il le lança dans le monde des lettres. Mourir d’Enfance fut primé par l’Académie française.

Décoré de la Croix de guerre avec étoile d’argent pour son comportement héroïque à la bataille de Colmar, Alphonse Boudard connut toutefois la prison, où il fit régulièrement du séjour, condamné pour fausse monnaie et fausses cartes de restriction, braquage et « refourgue de photos et films cochons ». Il fréquenta la truanderie, les « potes à la sauce scoumoune » dont il tira de truculents portraits, tout en rétablissant la vérité, crue et sordide, loin de la légende, façon polar ou Série noire, qui les nimbe.

Ablutions, Patrick deWitt

Ecrit par Didier Bazy , le Lundi, 12 Décembre 2011. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Récits, Actes Sud

Ablutions, notes pour un roman, 2010, 197 p. Trad. (anglais canada) Philippe Aronson . Ecrivain(s): Patrick DeWitt Edition: Actes Sud

Commencer sa vie par des petits boulots est souvent un des grands chemins pour entrer en littérature. Les vérités concrètement vécues aiguisent la plume de ceux qui ont la chance de sentir couler un sang d’encre dans les veines. Le bon éditeur extrait du fond de la terre le mineur. Quel meilleur observatoire de l’humanité que le métier de barman à Los Angeles ? Le narrateur se tutoie et s’impose des injonctions. Tu feras ci, tu feras ça. Parler de. Parler, dire son fait, leur fait. Parler des habitués. De la femme fantôme. De bidule. De machin. De ta femme. De la femme saoule. Toute la construction est là alors qu’on la croyait à venir. Car les notes, ces dérives reptiliennes, fuient les aphorismes et les formules. Gary DeWitt raconte ses souvenirs de pêche par le menu. Il a laissé filé le bouchon et les poissons ont mordu. Grand seigneur, DeWitt a le génie de les rendre à leur milieu. Mieux : le prédateur, en un mimétisme distancié, fait partie de ses propres proies. Le Whisky est le ruisseau, la rivière, le fleuve, la mer. Il faut nager. « Si jamais tu te faisais attaquer par un requin, tu pourrais ensuite nager dans l’océan sans la moindre crainte… » (p. 26). Et DeWitt nage avec majesté et discrétion. Il s’est coulé dans le moule.

L’écume des nuits est de la cocaïne pure. « Et tu palpites comme un poisson hors de l’eau ». Il remonte toujours à la surface. Instinct de survie ?

La petite, Michèle Halberstadt

Ecrit par Sophie Adriansen , le Lundi, 12 Décembre 2011. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Albin Michel

La petite, août 2011 150 p. 12,90 euros . Ecrivain(s): Michèle Halberstadt Edition: Albin Michel

La quatrième de couverture de ce court roman intrigue : « J’ai 12 ans et ce soir je serai morte. » Et puis, dès la première page, on est happé par l’écriture de Michèle Halberstadt, douce et féroce à la fois, qui nous plonge dans la spirale du silence et du désamour dont peut souffrir une enfant à la veille de l’adolescence, avec ici pour décor la France des années 60.

Comment en vient-on à envisager la mort à l’âge où tout est possible ? Comment arrive-t-on à préférer disparaître quand la vie n’est que promesses ? Tout se joue à rien, un rien à peine palpable, un rien tu, un secret dont la douleur prend une dimension inversement proportionnelle aux années de celle qui le possède.


« A quoi bon vivre quand on craint à ce point d’être soi-même ?

J’avais peur de tout. Des baisers des garçons, du jugement de ma tante, du rire de ma sœur, du regard de ma mère.

Il n’y avait qu’avec mon grand-père que je n’avais peur de rien.

Ce soir-là, en éteignant la lumière, j’ai pensé pour la première fois qu’il serait doux de le rejoindre. » (page 92)

La mort de près, Maurice Genevoix

Ecrit par Guy Donikian , le Dimanche, 11 Décembre 2011. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Récits, La Table Ronde - La Petite Vermillon

La mort de près, La table ronde, "la petite vermillon", 141 p. 7 € . Ecrivain(s): Maurice Genevoix Edition: La Table Ronde - La Petite Vermillon

 

« Une longue existence, lorsqu’elle approche de son terme, propose des perspectives plus spacieuses et plus simples, en quelque sorte désencombrées. »


C’est en ces termes que Maurice Genevoix, clôt son récit. Un récit qui paraît en 1972, alors que l’auteur est déjà âgé, et qu’il sent sa fin proche. Si « Ceux de 14 » était le récit cathartique du jeune normalien où le rythme du récit est lié au besoin de témoigner de l’horreur, « La mort de près » apparaît comme apaisé, débarrassé des scories de l’émotion, désencombrées dit-il. Et plus loin : « ce qui a compté s’affirme, s’impose, avec une évidence qui devient vite impérative, car la conviction l’accompagne que cet acquis ne nous appartient pas ». L’essentiel, voilà ce dont veut témoigner Genevoix. Foin des apitoiements, l’heure pour lui n’est plus à la plainte, à la dénonciation ou à l’expression de son indignation. Il s’agit plutôt de dire par le menu la souffrance, les blessures, la mort, à l’aide de descriptions minutieuses, l’écrit est plus méthodique, plus précis, au service de l’essentiel, de ce qui devra servir à la postérité.

Les Griffes du Passé, Walter Mosley

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Dimanche, 11 Décembre 2011. , dans Les Livres, Recensions, Polars, La Une Livres, USA, Editions Jacqueline Chambon

Les Griffes du passé (Known to evil). Nov. 2011. Trad. De l’anglais (USA) Oristelle Bonis. 355 p. 23 € . Ecrivain(s): Walter Mosley Edition: Editions Jacqueline Chambon

Walter Mosley est l’un des derniers dinosaures du roman noir américain. Il est tout droit sorti de l’univers irremplacé de l’âge d’or, celui de Raymond Chandler, de Davis Goodis, de Chester Himes. Son monde est pétri de la même pâte : la Ville, partout dévorante, létale, asphyxiée et pourtant d’une beauté écrasante. Les personnages de Mosley, depuis 20 ans et près de 20 livres, sont happés par la Ville comme des papillons par la lumière : ils s’y grillent les ailes mais n’en partiraient pour rien au monde. Le monde de Mosley est noir (dans tous les sens du terme, Walter Mosley, comme Chester Himes, est Afro-Américain) et mégapolitain.

Avec Les Griffes du Passé, on lit la deuxième enquête du nouveau héros de Mosley, Leonid McGill. Détective privé bien sûr (je vous l’ai dit, grand classique !), noir, désabusé, mais qui ne pourra jamais se défaire d’une croyance originelle en l’humanité. Malgré. Malgré tout. Et le « Tout » ce n’est pas rien !

A la recherche d’une jeune femme introuvable, Leonid va nous emmener dans un voyage improbable à travers un New York –évidemment – fascinant. Et pourtant tout a commencé par un coup de fil qui semblait annoncer une affaire des plus simples :