Identification

Les Livres

Une balade dans la nuit, Georges Pelecanos

Ecrit par Yan Lespoux , le Samedi, 02 Mars 2013. , dans Les Livres, Recensions, Polars, La Une Livres, USA, Roman, Calmann-Lévy

Une balade dans la nuit (The Cut, 2011), trad. (USA) Elsa Maggion, Calmann-Lévy, Robert Pépin présente, février 2013, 269 p. 19,90 € . Ecrivain(s): George Pelecanos Edition: Calmann-Lévy

 

Spero Lucas, ancien marine reconverti dans l’investigation privée, est contacté par Anwan Hawkins, trafiquant de marijuana qui, depuis sa prison, voit sa nouvelle filière d’approvisionnement court-circuitée et ses colis disparaître.

Comme souvent chez Pelecanos, l’intrigue tient en quelques mots. Essentiellement parce qu’elle n’est que prétexte à raconter non pas une histoire, mais une ville, Washington, toujours, et un personnage. C’est ce qui a fait le charme très particulier de cet auteur mais aussi, plus récemment, sa faiblesse, avec une grande tendance dans ses derniers romans à se montrer répétitif et à verser dans un sentimentalisme un peu artificiel et lassant.

C’est donc avec une certaine appréhension que l’on abordait ce nouveau roman, en même temps qu’avec l’espoir de retrouver le Pelecanos qui nous avait emballé avec les enquêtes de Nick Stefanos, de Dereck Strange, de Terry Quinn ou la vie de Dimitri Karras.

Lily et Po, Lauren Oliver

Ecrit par Cathy Garcia , le Samedi, 02 Mars 2013. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman, Jeunesse, Hachette Romans

Lily et Po, trad. (USA) Alice Delarbre, novembre 2012, tomes 1, 2, 3 (chacun 160 pages, les deux premiers reprennent les deux premiers chapitres du tome suivant), 9,90 € par tome . Ecrivain(s): Lauren Oliver Edition: Hachette Romans

 

Trois livres jolis comme tout pour une seule histoire. Une belle histoire, celle de Lily et Po, tissée autour d’un sujet grave : la perte d’un proche, et pire encore, l’assassinat d’un proche pour le plus vil des motifs : la cupidité. Ici c’est le papa de Lily qui est empoisonné par Augusta, sa deuxième femme. La « parfaite » incarnation de la marâtre affublée de sa propre fille idiote, et la pauvre petite Lily, à la mort de son père, se retrouvera recluse au grenier.

C’est là que Po et Baluchon vont faire leur apparition. Po n’est pas un garçon, il n’est pas une fille non plus et Baluchon n’est pas un chat, ni un chien, mais il pourrait être l’un ou l’autre. Po et Baluchon viennent de l’Autre Côté. Ce sont des fantômes, et tous deux et Lily vont devenir comme les meilleurs amis du monde, ou plutôt, des deux mondes. Ils aideront Lily à s’échapper du grenier pour réaliser son vœu le plus cher : apporter le coffret contenant les cendres de son père au pied du saule pleureur à la Maison Rouge, là où est enterrée sa mère. Il lui faudra prendre le train, c’est une grande aventure, mais Po et Baluchon seront ses compagnons de route.

Mauvaises passes, Mohamed Al-Azab

Ecrit par Patryck Froissart , le Vendredi, 01 Mars 2013. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Pays arabes, Seuil

Mauvaises passes (Wuqûf mutakarrir), traduit de l’arabe égyptien par Emmanuel Varlet, Seuil, format kindle février 2013, 176 pages . Ecrivain(s): Mohamed Al-Azab Edition: Seuil

 

Nous est familier, dans le roman, l’usage de la troisième personne, qui instaure, entre le personnage « IL » et le narrateur, la distance maximale.

Nous sommes habitués, également, à l’emploi du JE, qui abolit cette distance pour donner l’illusion que le narrateur et le héros sont une seule et même personne.

Mohamed Al-Azab, pour ce roman court et dense, a fait le choix d’une autre perspective, beaucoup moins courante : le narrateur s’adresse au personnage principal en utilisant le TU.

Certes nous connaissons des exemples de romans à la deuxième personne (La Modification, de Michel Butor, ou Un homme qui dort, de George Pérec, pour ne citer que ceux-là). Dans ces exemples, le narrateur s’adresse au lecteur, et l’institue, de gré et de force, héros du récit.

Ce que je crois, Jacqueline de Romilly

Ecrit par Guy Donikian , le Vendredi, 01 Mars 2013. , dans Les Livres, Recensions, Essais, La Une Livres, Editions de Fallois

Ce que je crois, 160 pages, 16 € . Ecrivain(s): Jacqueline de Romilly Edition: Editions de Fallois

 

Certains livres sautent aux yeux dès les premières lignes. Tout se condense dans les premiers mots et tout reste à dire en raison même de ces  mots. Jacqueline de Romilly dans Ce que je crois, publié quelque quatre décennies après son écriture, donne au lecteur du 21ème siècle des sujets de réflexion que le temps n’a pas rendus désuets. Ce sont en effet les événements de mai 68 qui ont déclenché chez l’helléniste ce besoin de dire ce que son « amitié vieille de plusieurs décennies avec la Grèce Antique » a suscité comme questions à l’actualité d’alors, en 1974. Et les éditions de Fallois publient ce texte en 2012.

Des convictions d’abord, comme une antienne : « Je crois d’abord que la vie est belle et mérite d’être aimée. Cela ne veut pas dire que tout y soit rose. Mais ce qui me choque est que l’on n’en poursuive pas les beautés, obstinément ». Jacqueline de Romilly commence sa réflexion par ces belles phrases, en ajoutant qu’elle n’est pas de ces naïfs qui s’obstinent à ignorer la réalité. Elle a eu son lot de difficultés, et c’est précisément ce qui l’a conduite à éprouver autant de joie à vivre.

Bonjour Dinosaure, Dwellstudio

Ecrit par Laetitia Steinbach , le Vendredi, 01 Mars 2013. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Jeunesse

Bonjour Dinosaure, Editions Hélium, livre cartonné avec rabats, février 2013, 9,50 € . Ecrivain(s): Dwellstudio

 

Bonjour Dinosaure est un petit livre-jeu cartonné de format carré qui propose aux enfants, à partir de 2 ans, de faire un petit pas timide dans l’univers des dinosaures. On est loin ici des monstres terrifiants des documentaires pour plus âgés puisqu’au fil des pages on rencontre ces immenses reptiles sous forme de silhouettes aux couleurs pastel et au regard placide (même le Tyrannosaure !). L’auteur étant un studio de design américain, on se trouve ici dans une démarche plus graphique et ludique que réaliste, et les enfants seront enchantés de cette première rencontre préhistorique.

A chaque page, il s’agit de découvrir qui se cache derrière les rabats découpés de la végétation des premiers âges : fougères colorées, rochers gris et lisses, palmiers aux vastes ombelles ; chacun abrite un saurien différent. Les tout petits rencontreront donc en toute sérénité les plus emblématiques des dinosaures : T-Rex, stégosaure, vélociraptor et brachiosaure ; ils se familiariseront aussi avec la chronologie d’une journée puisqu’à chaque double-page correspond un moment (aube, matin, midi et soir). L’enfant observera la course du soleil et le déplacement des ombres ; on pourra aussi lui faire observer la coexistence de nombreuses espèces, elles aussi dissimulées dans l’image : mammifères, amphibiens et papillons jouent dans les rameaux des fougères.