Identification

Les Livres

Solaire, Ian McEwan

Ecrit par Victoire NGuyen , le Lundi, 12 Novembre 2012. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Iles britanniques, Roman, Folio (Gallimard)

Solaire, traduit de l’anglais par France Camus-Pichon, 400 pages, 7,50 € . Ecrivain(s): Ian McEwan Edition: Folio (Gallimard)

 

Le monde selon Michael Beard

 

Il faut reconnaître que Ian McEwan nous présente ici un personnage qui n’a rien pour nous plaire. En effet, Michael Beard a eu tout ce qu’il fallait pour être heureux. En tant que scientifique, ses travaux lui ont permis d’avoir le Prix Nobel. De ce fait il se voyait propulsé au sommet de l’intelligentsia londonienne et du monde. Cependant, il rate tout. Divorcé quatre fois, au moment où s’ouvre l’intrigue, son cinquième mariage bat de l’aile. Michael Beard bien qu’il soit narcissique, est bien conscient de sa chute. Il sait qu’il ne produit plus rien de méritant quant à ses travaux. Il vit sur ses lauriers. Le présent fuit et Michael Beard semble rester sur la touche. Il est présenté comme grossier, lâche et quelque peu irresponsable. Son image d’homme séduisant, intelligent et dynamique appartient désormais à un passé révolu. Lucide et n’étant pas dupe des clameurs du monde, le scientifique vieillissant se rend bien compte de sa transformation vers le pire :

Jim Morrison, Jean-Yves Reuzeau

Ecrit par Guy Donikian , le Dimanche, 11 Novembre 2012. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Biographie, Folio (Gallimard)

Jim Morrison, 425 pages, octobre 2012 . Ecrivain(s): Jean-Yves Reuzeau Edition: Folio (Gallimard)

 

L’inévitable subjectivité d’une biographie peut s’avérer plus que positive. C’est le cas de celle consacrée au chanteur des Doors, Jim Morrison, par Jean-Yves Reuzeau, pour qui cet ouvrage n’est pas un coup d’essai. L’auteur a le double mérite, outre l’écriture, de présenter Jim Morrison comme le poète qu’il fut tout au long de sa courte vie et comme une réelle et profonde solitude. Il eût été facile de mettre l’accent sur la « bête de scène », de montrer d’abord et avant tout les déboires judiciaires qui vont précipiter sa chute, autant de pièges auxquels l’auteur échappe.

Le poète tout d’abord, celui à qui, dès le plus jeune âge, « la lecture s’impose comme une passion dévorante ». Il découvre très tôt Kerouac, Ginsberg, les philosophes présocratiques le passionnent alors qu’il n’a pas vingt ans. Mais ce sont les poètes qui auront rapidement sa préférence, comme Rimbaud et William Blake. Le côté visionnaire du poète français le retiendra longtemps, jusque dans ses chansons. Lui-même se définissait comme « un homme de mots », sans doute l’aspect le plus important qu’il faille aussi retenir de Jim Morrison. Tous les textes des chansons des Doors seront des poèmes, incantatoires souvent, qu’il met en musique aves le groupe.

Toboggan, Gildas Milin

Ecrit par Marie du Crest , le Dimanche, 11 Novembre 2012. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Théâtre, Actes Sud/Papiers

Toboggan, 2012, 78 pages, 16 € . Ecrivain(s): Gildas Milin Edition: Actes Sud/Papiers

 

Le théâtre contemporain est assez souvent simultanément texte et spectacle vivant. C’est le cas avec Toboggan de G. Milin. En effet l’auteur monte sa propre pièce, en assure la scénographie et la lumière dans une production des Bourdons Farouches alors même que le texte sort en librairie.

Celui-ci nous plonge dans une sorte de « sociale-fiction », même si le phénomène des vieux abandonnés de tous, sans protection sociale aucune, qui survivent en devenant délinquants, espérant ainsi aller en prison, existe bel et bien au Japon. Nous pénétrons dans une jungle urbaine qui, sur le plateau, deviendra une lande de sable. La première didascalie de la scène 1 est explicite : « Béton, terrain vague, ordures, désert ». Un gang de vieux malades approchant les 70 ans, au parcours professionnel plus ou moins chaotique (la liste longue des personnages fonctionne comme un CV impitoyable), apparaît dès le début du texte selon un entrelacement. Le nom des personnages les intègre au monde des bêtes ou à celui des Indiens : Loup ; Louve ; Butor étoilé. Ils sont sauvages, ils lynchent sauvagement un homme dans la scène 1,5,15. Ils se nourrissent comme des animaux, dévorant le contenu de boîtes de conserve.

Marche forcée, oeuvres, 1930-1944, Miklós Radnóti

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Samedi, 10 Novembre 2012. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Pays de l'Est, Poésie, Récits, Phébus

Marche forcée, Œuvres, 1930-1944, trad.hongrois et présentation par Jean-Luc Moreau, Editions Phébus, Collection D’aujourd’hui. Étranger, 2000 . Ecrivain(s): Miklós Radnóti Edition: Phébus

 

« La mort, de notre attente, est la rose vermeille ».

Il était une fois un jeune homme qui marchait vers le nord. Il ne mangeait ni ne buvait. Il ne toucha pas au pain que lui jeta un boulanger. Il ne put y toucher. On cassait les bras qui se tendaient. Il était une fois un homme plein d’espoir qui avait pour compagnons de voyage des hommes qui étaient abattus parce qu’ils étaient pieds nus ou parce qu’ils avaient gardé leurs chaussures. Il était une fois un homme qui voulut malgré tout continuer. Il ne pouvait ni manger, ni boire. Ce qui retint son attention, un soir de magnifique coucher de soleil, ce fut un peu de maïs séché, qui était éparpillé sur le sol, et qui l’appelait. Sans manger ni boire. Le cochon qu’il vit au loin voulut bien lui laisser un peu de son modeste repas (bouillie de maïs). Il était une fois un homme qui marchait en direction du nord. Il vit son ami musicien (qui n’avait guère plus de vingt printemps dans ses chaussures – il les avait gardées –) recevoir une balle dans la nuque parce qu’il ne voulait pas se défaire de son violon (dont il se servait pour vivre). Il le vit se relever, marcher en boitant vers un arbre, et s’écrouler, obéissant au chant d’une mitraillette, lequel avait immédiatement suivi ces aboiements : Der springt noch auf (Il remue encore).

Soudain trop tard, Carlos Zanón

Ecrit par Yan Lespoux , le Vendredi, 09 Novembre 2012. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Espagne, Asphalte éditions

Soudain trop tard, (Tarde, mal y nunca, 2009), trad. de l’espagnol Adrien Bagarry, septembre 2012, 234 p. 21 € . Ecrivain(s): Carlos Zanon Edition: Asphalte éditions

 

Dans un quartier populaire de Barcelone, à l’aube, Epi Dalmau fracasse à coups de marteau le crâne de son ami Tanveer. Alors qu’Epi s’enfuit, son frère, Álex, essaie de lui forger un alibi en faisant porter le chapeau à un hypothétique pakistanais, mais aussi de le retrouver alors qu’il est parti rejoindre Tiffany Brisette, son ex-petite amie, pour les beaux yeux rehaussés de tatouages de laquelle il a commis ce crime.

Soudain trop tard est le récit de cette folle journée et de la nuit précédant le meurtre de Tanveer. Les allers-retours entre présent et passé, les sauts d’un personnage à l’autre, donnent au récit de Zanón le caractère de l’urgence et plongent le lecteur dans cette suite ininterrompue d’espoirs déçus, de désespoirs comblés et de rendez-vous manqués. Vivant tous les deux dans le souvenir étouffant d’une mère tyrannique, Epi et Álex se montrent incapables de faire attention à eux-mêmes. Alors, lorsqu’Álex, schizophrène sujet à d’intempestives hallucinations mettant en scène un Donald Duck envahissant, cherche à aider son frère qui vient de commettre un acte fou dans l’espoir de retrouver l’amour d’une Tiffany tout aussi déséquilibrée, il y a fort à parier que l’histoire risque de déraper.