Identification

Critiques

La vie privée, Olivier Steiner

Ecrit par Arnaud Genon , le Mardi, 08 Avril 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Gallimard, L'Arpenteur (Gallimard)

La vie privée, mars 2014, 160 pages, 13,90 € . Ecrivain(s): Olivier Steiner Edition: L'Arpenteur (Gallimard)

 

Le corps et l’esprit


Au début, il y a la mort, il y a un mort. Au premier étage d’une maison de bord de mer, gît Emile. Un vieil homme duquel le narrateur, Olivier, s’est occupé pendant 3 ou 4 ans. Il avait besoin d’un toit. Emile était malade, âgé, il tombait, il avait besoin qu’on le relève… L’un a sauvé l’autre qui n’est pas celui qu’on croit : « Le prodige est qu’en le relevant je me redressais », note le narrateur. Il y a donc un corps, ce corps sur lequel la mort opère son travail : il se refroidit, se raidit, au son d’une sonate de Schubert. Il n’y a que ce corps car Emile, la veille déjà, s’en était détaché : il « regardait le plafond, comme si tout ce qui avait un rapport avec son corps ne l’intéressait plus, ne le concernait plus ». Mais Olivier n’avertit personne. Il attend, au rez-de-chaussée. Un homme. Un autre.

Impurs, David Vann

Ecrit par Zone Critique , le Mardi, 08 Avril 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, USA, Roman, Gallmeister

Impurs, 2013, 288 pages, 23,10 € . Ecrivain(s): David Vann Edition: Gallmeister

La cause littéraire vous présente aujourd'hui un nouvel article de son partenaire Zone Critique

 

L’écrivain américain David Vann, auteur notamment du recueil de nouvelles Legend of a Suicide, nous revient en beauté avec son dernier roman, Impurs, une réflexion sur l’impureté en forme de récit initiatique : Zone Critique recommande chaudement.

Impurs. Avant de lire le livre, on se demande de quelle impureté il s’agit. Quelle est la jauge d’évaluation ? La religion ? La société ? La morale ? L’hygiène ? On sait d’emblée que les personnages seront impurs. Mais par rapport à quoi ? La richesse du roman de David Vann vient de son refus de clairement répondre à cette question. L’impureté n’existe pas en soi. Sans justifier les actes de Galen, le personnage principal, le romancier nous amène vers des horizons troubles où l’on se surprend à comprendre, voire accepter le meurtre d’une mère et la fornication d’une cousine. D’une apparence certainement impure, l’attitude du jeune Galen nous piège parce que narrée de son propre point de vue. On le comprend parce qu’on est dans sa tête.

Tout s’effondre, Chinua Achebe (2ème critique)

Ecrit par Victoire NGuyen , le Lundi, 07 Avril 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Afrique, Roman, Actes Sud

Tout s’effondre, nouvelle traduction de l’Anglais (Nigeria) par Pierre Girard, octobre 2013, 225 pages, 21,80 € . Ecrivain(s): Chinua Achebe Edition: Actes Sud

De son immense œuvre, Tout s’effondre occupe une place à part. Publié en 1958, c’est le roman qui a fait connaître Chinua Achebe et l’a propulsé sur la scène littéraire internationale puisque l’œuvre a été traduite en une cinquantaine de langues et vendue à des dizaines de millions d’exemplaires.

De plus, son intrigue présente l’histoire de la colonisation de l’Afrique par les Européens en adoptant le point de vue africain. Chinua Achebe met en scène un personnage littéraire de première importance, Okonkwo,  car il porte l’histoire de l’Afrique de son apogée à sa chute au travers les vicissitudes de sa propre destinée.

En effet, dès l’ouverture du roman, Okonkwo dont le nom signifie « feu qui dévore tout » jouit d’une position sociale de prestige dans le village ibo d’Umuofia. Il est un riche fermier. Chef de son clan, il surveille ses trois épouses et règle les conduites de ses enfants selon les attentes du clan. Façonné par une société traditionnelle agraire, il respecte les rites des saisons, pratique les sacrifices pour honorer la mémoire de ses ancêtres et attirer la protection des dieux tutélaires du clan. Enfant du clan, il est aussi l’un des sages qui officient à l’établissement des règles pour maintenir le village dans l’observance des traditions.

Ailleurs simple, Cathy Garcia

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) , le Lundi, 07 Avril 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Poésie

Ailleurs simple, Éditions Nouveaux Délits, illustrations Jean-Louis Millet . Ecrivain(s): Cathy Garcia

 

 

« A tous les voyageurs mobiles ou immobiles » avec, de ses propres mots : « un peu de rêve, d’étrange et d’étranger même » – Cathy Garcia signe avec Ailleurs simple un recueil de poèmes à siroter avec succulence, en vers libres et selon son rythme, en suivant ou non le fil anachronique des pages.

La couverture couleur d’argile annonce, si j’ose écrire, la couleur des textes, leurs paysages et leur style. On est en effet dans une poésie comme brute, animale, végétale, minérale, parcourue dans le sens inattendu du poil comme l’est souvent le contre-courant suivi par l’éditrice de la revue et du blog Nouveaux Délits. Une poésie sauvage.

La Havane noir, recueil de nouvelles présenté par Achy Obejas

Ecrit par Victoire NGuyen , le Samedi, 05 Avril 2014. , dans Critiques, Les Livres, Polars, La Une Livres, Nouvelles, Asphalte éditions

La Havane noir, nouvelles présenté par Achy Obejas et traduit de l’Espagnol (Cuba) par Olivier Hamilton, et de l’Anglais (USA) par Marthe Picard, 2013, 312 pages, 22 € Edition: Asphalte éditions

 

La Havane démythifiée


La Havane Noir est un ouvrage de dix-huit nouvelles de longueurs inégales. Elles ont toutes été écrites par des auteurs cubains contemporains ou d’origine cubaine vivant aux Etats-Unis. Cet opus est scindé en quatre parties. Chacune est dotée d’un titre et contient entre quatre et cinq nouvelles qui répondent avec finesse à la problématique posée en filigrane dans le titre des sections.

Achy Obejas a ici le souci de la cohérence. Elle veut mettre en exergue tous les aspects de sa Havane natale. En effet, dès le titre de sa préface Un cœur sauvage, tout est dit. Le fil conducteur du recueil dans sa globalité est donné. Elle n’entend pas présenter ici la Havane fantasmée, désirée ou exotique que les touristes occidentaux ont tant de fois déclamée :