Identification

Critiques

Kumudini, Rabindranath Tagore

Ecrit par Patryck Froissart , le Vendredi, 04 Juillet 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Asie, Roman, Zulma

Kumudini (Yogayog), traduit du bengali (Inde) et présenté par France Bhattacharya, 380 pages, 22 € . Ecrivain(s): Rabindranath Tagore Edition: Zulma

 

Ô Kumudini, longtemps tu brilleras, indubitablement, dans le souvenir des lecteurs de ce chef-d’œuvre !

Les premières pages de ce roman condensent à grands traits la saga séculaire de deux grandes familles rivales, les Ghoshal et les Chatterji, chacune faisant à tour de rôle sa fortune et sa puissance en provoquant la ruine et l’humiliation de l’autre.

Au moment où apparaît le personnage de Kumudini, qui appartient au clan des Chatterji, c’est le parti des Ghoshal qui prend le dessus. Le chef des Ghoshal, Madhusudan, ne se contente pas de savourer la ruine des Chatterji. Il attend, avec la patience d’un fauve à l’affût, l’occasion de venger, par une extrême humiliation, les affronts portés à sa famille à l’époque où les Chatterji dominaient la région.

Au faîte de sa fortune et du respect qu’on porte aux nouveaux riches, il dévoile son plan machiavélique :

Roman Dormant, Antoine Brea

Ecrit par Philippe Chauché , le Vendredi, 04 Juillet 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman

Roman Dormant, Ed. Le Quartanier, avril 2014, 152 pages, 16 € . Ecrivain(s): Antoine Brea

 

« Il est vrai que Dieu t’a fait don du rêve mais qui te dit qu’Il t’a fait là un beau cadeau ? Le rêve est le trône de misère où Dieu s’assoit sur les visages. Le rêve est la froide chambre des reclus que ne pénètrent pas les tueurs à l’aube. Le rêve te fendra le tronc comme l’hiver. En rêve l’homme est un vautour stupide et sale comme il l’est aussi dans l’autre vie ».

Antoine Brea a plus d’un rêve dans son sac à malice, et plus d’une interprétation dans sa vision des songes de Mohamed Ibn Sîrîne, le rêveur des rêveurs, comme l’on dit le voleur des voleurs, qui ne manque pas d’à-propos. Le rêveur est à prendre au sérieux, d’autant plus si c’est un ascète vertueux, comme l’on prend au sérieux Maldoror ou La Divine Comédie, et le sourd (Allez voir le sourd, c’est-à-dire Mohamed Ibn Sîrîne) est là pour lui rappeler que le rêve mène à tout, à condition de bien apprendre à identifier les créatures et ses habitants et de ne pas s’endormir sur ses rêves et ses lauriers, et surtout à veiller à bien se réveiller.

Un homme au singulier, Christopher Isherwood

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 03 Juillet 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Iles britanniques, Roman, Grasset

Un homme au singulier (A single man). Traduction de l'anglais Léo Dilé. Avril 2014. 175 p. 8,20 € . Ecrivain(s): Christopher Isherwood Edition: Grasset

 

Dire à chaque opus d’Isherwood qu’il s’agit d’un chef-d’œuvre va finir par paraître conventionnel. Et pourtant que dire d’autre en tout premier sur ce bijou de roman qu’est « un homme au singulier » ? Un condensé de vie, de douleur, de solitude et d’apaisement nous attend dans ce petit livre.

Une journée, une, dans la vie au crépuscule de George. Il est seul, envahi par le souvenir omniprésent de Jim, mort il y a peu et qui l’a laissé derrière, désemparé. La vie continue certes mais quelle vie ? Ecornée, étrangère à soi, orpheline. On ne se fait pas à la mort de l ‘autre, on vit autour d’une béance, d’un trou infini.

« Et c’est ici, presque tous les matins, que George, arrivé au pied de l’escalier, a cette sensation de se trouver soudain au bord d’une corniche à pic, brutalement creusée, aux arêtes vives – comme si la route avait été emportée par un glissement de terrain. C’est ici qu’il s’arrête pile et sait, avec une acuité à donner la nausée, presque comme pour la première fois : Jim est mort. Est mort. »

Un kilo de culture générale, Florence Braunstein, Jean-François Pépin

Ecrit par Pierrette Epsztein , le Jeudi, 03 Juillet 2014. , dans Critiques, Les Livres, Essais, La Une Livres, PUF

Un kilo de culture générale, février 2014, 1700 pages, 29 € . Ecrivain(s): Florence Braunstein, Jean-François Pépin Edition: PUF

 

 

Un projet pédagogique imposant :


Florence Braunstein et Jean-François Pépin sont les co-auteurs de 1 kilo de culture générale. Ils sont tous deux universitaires. Le titre est certes surprenant pour ce livre-pavé, mais le contenu ne l’est pas moins. C’est un véritable monument de 1700 pages. Le livre est découpé en 24 chapitres qui suivent un fil conducteur en couvrant les fondamentaux de la culture depuis l’origine du monde jusqu’à nos jours. Dans ce livre, nous faisons connaissance avec les civilisations des quatre continents. Projet démesuré pourrait-on penser avant de s’y plonger. En fait, c’est juste un projet ambitieux qui a demandé aux auteurs des années de recherche approfondie.

Les rêves de guerre, François Médéline

Ecrit par Yan Lespoux , le Jeudi, 03 Juillet 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, La Manufacture de livres

Les rêves de guerre, mai 2014, 320 pages, 20,90 € . Ecrivain(s): François Médéline Edition: La Manufacture de livres

Ça commence par quatre pages dans lesquelles les mots s’entrechoquent et résonnent. On est en mars 1944 et deux hommes et une femme viennent de fuir Mauthausen. Quatre pages qui frôlent l’exercice de style agaçant, le tape-à-l’œil du genre « regardez, je suis un vrai écrivain qui joue avec les mots et le rythme et qui va vous forcer, parce que vous n’avez rien compris, à dire que c’est génial ». Quatre pages d’où émerge surtout un fragment de phrase qui sauve l’ensemble et qui en est le cœur : « ils ont tué notre mort » ; quatre pages qui, surtout, vont acquérir leur sens dans les trois cent vingt suivantes.

Car de mars 1944, on passe à novembre 1989. Là, Michel Molina, inspecteur de police lyonnais, trouve dans sa boîte aux lettres deux coupures de presse. La première évoque la mort de Ben Wallace à Yvoire, sur les bords du lac Léman, assassiné en 1969 par Jean Métral. La seconde évoque la mort de Paul Wallace, frère de Ben, assassiné en novembre 1989 par un Jean Métral sorti de prison. Le lien entre les deux affaires, c’est bien sûr Molina lui-même, ami d’enfance des deux frères Wallace. Et l’inspecteur de filer avec « le Vieux », son collègue alcoolique et pêcheur amateur, à bord de la CX de ce dernier pour mettre son nez dans l’affaire et remuer le marigot d’Yvoire tout en faisant ressurgir un passé que tout le monde, lui compris, avait pourtant pris soin de bien enterrer.