Identification

Critiques

Film ist., La pensée visuelle selon Gustav Deutsch, Livio Belloï

Ecrit par Alhama Garcia , le Dimanche, 16 Mars 2014. , dans Critiques, Les Livres, Essais, La Une Livres, L'Âge d'Homme

Film ist., La pensée visuelle selon Gustav Deutsch, juillet 2013, 25 € . Ecrivain(s): Livio Belloï Edition: L'Âge d'Homme

 

Si l’on en croit les « vues » d’un site web bien connu, nous sommes relativement peu nombreux à avoir regardé les quelques extraits disponibles de Film ist. 7-12, de Gustav Deutsch. De quoi s’agit-il, et quel est le sens de l’ouvrage que lui consacrent Livio Belloï et les Editions l’Âge d’Homme ?

Architecte de formation, Gustav Deutsch s’intéresse à partir des années 90 au procédé du found footage, qui consiste à chercher dans l’immense stock d’archives du cinéma depuis ses origines des éléments choisis pour recréer à travers un montage élaboré un sens autre que celui du support dont ils ont été extraits.

Gustav Deutsch n’est pas le seul ni le premier à se lancer dans un tel projet. Le concept de montage est en quelque sorte consubstantiel au cinéma dans sa genèse historique. Le simple fait de coller à la suite deux bobinos de nitrate de cellulose de trois minutes offre au « spectateur » par la succession-juxtaposition des deux fragments un sens supplémentaire à celui des fragments isolés. Très rapidement, les bobinos eux-mêmes ont été coupés pour y intégrer des éléments discontinus mais qui du fait de leur contiguïté créaient une continuité narrative.

Ce qui ne peut se dire, Virginie Lou-Nony

Ecrit par Martine L. Petauton , le Vendredi, 14 Mars 2014. , dans Critiques, Les Livres, Essais, La Une Livres, Récits, Actes Sud

Ce qui ne peut se dire. L’atelier d’écriture à l’épreuve du silence (Essai), janvier 2014, 422 p. 24,80 € . Ecrivain(s): Virginie Lou-Nony Edition: Actes Sud

 

Ecrire… dit Lou-Nony

« Stimuler la racontouze… », Georges Perec

 

Elle a roulé sa bosse, Virginie Lou-Nony, comme experte en littérature, écrivain, et puis… conductrice de bateau un peu ivre, parfois, dans ses 30 années d’atelier d’écriture. Écrire, elle en connaît un bout – souvent, tous les bouts. Elle sait dire qu’avant de lire il a fallu écrire, savez-vous ! et, probablement, qu’en même temps que vivre, il faut écrire…

Son livre solide et charpenté, noir et or ; beau – avec au coin de la couverture un pliage de pages ou un oiseau peut-être – s’il n’y en avait qu’un à lire ces jours-ci, ce serait celui-là. Et, ensuite, le garder sous la main, sous la plume, couvant nos écritures, modestes ou plus professionnelles – tous ! à « La Cause littéraire » ; ailleurs aussi, du reste.

La Trilogie Nostradamus, Mario Reading

Ecrit par Elisa Amaru , le Vendredi, 14 Mars 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Le Cherche-Midi

. Ecrivain(s): Mario Reading Edition: Le Cherche-Midi

 

La Trilogie Nostradamus, Mario Reading

 

Décidément, les récits propulsant un personnage historique au cœur des remuements ésotérico-policiers, ou prétextes à lancer une figure du panthéon hagiographique des lettres, des sciences (ou du plus sordide des faits-divers) sur la piste d’enquêtes tourneboulées, ont le vent en poupe ! Des auteurs comme Henri Lœvenbruck avec l’alchimie (Le Mystère Fulcanelli, Flammarion), Erik Larson avec Marconi et l’invention de la télégraphie sans fil (Les Passagers de la foudre, Cherche-Midi), Francis Huster avec « l’affaire » Xavier Dupont de Ligonnès (Family Killer, Le Passeur Editeur), ou prochainement Pierre-Yves Leprince et le grand Marcel (Les enquêtes de Monsieur Proust, Gallimard) renouvellent sans prétendre à l’exhaustivité les codes du genre.

Triptyque Escalante ou Les autres grecques

Ecrit par Marie du Crest , le Vendredi, 14 Mars 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Amérique Latine, Théâtre

 

 

Les 3 pièces « grecques » de Ximena Escalante sont éditées en France aux éditions le Miroir qui fume

 

La Grèce est pour nous un berceau, celui de la tragédie. Ximena Escalante vient de bien plus loin, du Mexique, poursuivre la parole millénaire d’Euripide, de Sophocle ou d’Eschyle. Selon son propre aveu, elle aime la « matière » mythologique et tous ses possibles. Transformer, entremêler, ouvrir ce que tous les textes anciens, antiques ont dit d’essentiel : « la desolación amorosa, el amor, la pasión y la sexualidad y los conflictos entre allas ». Ses trois pièces (Fedra y otras griegas ; Andrómaca real et Electra despierta) à sujet grec et universel tissent un cycle des voix féminines : fille, sœur, mère, amante. Chaque conflit tragique pour X.

Les déterreurs de trésors, Washington Irving

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 13 Mars 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, USA, Contes

Les déterreurs de trésors (The money diggers) Trad. de l‘anglais (USA) et présentation Thomas Constantinesco et Bruno Montfort. Ed. Rue d’Ulm 15 mars 2014. 125 p. 13 € . Ecrivain(s): Washington Irving

 

Ce petit livre de contes, qui compte deux siècles d’âge, est un bijou parfait de noirceur, d’écriture gothique mais aussi de finesse d’esprit et de drôlerie. Un authentique chef-d’œuvre.

Cinq Récits enchâssés – un personnage d’un récit narre le récit suivant – cinq perles qui prennent place avec une autorité magistrale dans la grande lignée de la littérature américaine. Fils spirituel de Thoreau, nourri d’influences baroques européennes (il rencontra Mary Shelley et Walter Scott lors d’un voyage de jeunesse en Angleterre), on découvre dans cette œuvre que Washington Irving est aussi le père spirituel de Nathaniel Hawthorne ou Edgar Poe.

Récits fantastiques ou à la limite du fantastique – le genre est tenu à distance par l’humour d’Irving (« mais ce sont histoires de bonnes femmes » vient toujours démystifier l’irrationnel) – ces contes sont d’une richesse extraordinaire.