Identification

Critiques

Petits éléments de physique amoureuse, Jacqueline Risset

Ecrit par Arnaud Le Vac , le Lundi, 06 Octobre 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Poésie, Gallimard

Petits éléments de physique amoureuse, 136 pages, 12,10 € . Ecrivain(s): Jacqueline Risset Edition: Gallimard

 

« Quel corps ? Il faudrait dire les corps : le corps qui sent, le corps qui est senti. Plus un troisième, composé des deux premiers – qui circule comme un cygne ? »

Les Petits éléments de physique amoureuse de Jacqueline Risset, avec Sept passages de la vie d’une femme (éd. Flammarion, 1985), L’amour de Loin (idem, 1986) et Les Instants (éd. Farrago, 2000), font de cette femme de lettres singulière et plurielle, vivant à Paris et à Rome, la plus importante poétesse de notre temps (1936-2014). Quelle œuvre poétique et critique, quelle liberté, quelle vie que de l’entendre parler, de la voir sourire, passer de Dante à Rimbaud, de Saint-Augustin à Proust, des troubadours à Pleynet, de l’italien au français, du français à l’italien comme véritable envers de l’histoire contemporaine qui n’attendait qu’à réapparaître sur le devant de la scène européenne et mondiale.

Cet été-là, Jillian Tamaki et Mariko Tamaki

Ecrit par Cathy Garcia , le Lundi, 06 Octobre 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Jeunesse, Canada anglophone

Cet été-là, Ed. Rue de Sèvres, roman graphique jeunesse, lettrage de Jean-Luc Ruault et traduction de l’anglais (Canada) par Fanny Soubiran, mai 2014, 319 p. 20 € . Ecrivain(s): Jillian Tamaki et Mariko Tamaki

 

Cet été-là est un roman graphique pour jeunes adultes, un « YA graphic novel », qui frappe avant tout par la qualité expressive de ses dessins en n&b. Déclinés en vignettes, en pleine page, voire double page, favorisant ainsi des échappées très poétiques, ils en racontent autant, sinon plus, que les textes. Cette alternance bien étudiée donne vraiment du rythme à l’ensemble, dont l’ambiance sonore est également fortement soulignée à la façon des mangas.

Cet été-là, comme tous les autres étés, Rose part avec ses parents pour leur maison au bord du lac à Awago Beach. Là, comme chaque été depuis qu’elle a 5 ans, elle retrouvera l’exubérante Windy, sa voisine et amie de vacances et tous les souvenirs et rituels de l’enfance. Sauf que cet été-là, Rose, surnommée Rosie, a 13 ans et quelque chose a changé, quelque chose d’infime qu’elle ne comprend pas bien, comme une fêlure qui peu à peu va s’agrandir, pas autour d’elle, enfin pas vraiment, mais plutôt en elle.

Mansfield Park, Jane Austen

Ecrit par Victoire NGuyen , le Samedi, 04 Octobre 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Iles britanniques, Roman, Folio (Gallimard)

Mansfield Park, traduit de l’Anglais par Pierre Goubert, juin 2014, 720 pages, 8,40 € . Ecrivain(s): Jane Austen Edition: Folio (Gallimard)

 

Les années d’apprentissages de Miss Price

Les éditions Gallimard, comme toujours, ne cessent de nous surprendre. En automne 2013, elle offre aux lecteurs le deuxième volume des Œuvres romanesques complètes de Jane Austen. Celui-ci apparaît dans la prestigieuse collection de la Bibliothèque de la Pléiade comprenant entre autres récits le non moins célèbre Mansfield Park.

Juin 2014, les éditions Gallimard récidivent et font paraître dans la collection Folio/Classique l’œuvre magistrale de Jane Austen, écrite dans la maturité : Mansfield Park. Cette publication permet aux publics avertis ou néophytes, étudiants ou curieux, de (re)découvrir un classique de la littérature anglaise.

Mansfield Park est publié en 1814, un an après le célèbre Orgueil et Préjugés. Jane Austen relate l’histoire de Fanny Price issue d’une famille pauvre et recueillie à Mansfield Park, la splendide demeure de son oncle et de sa tante, les Bertram. Le roman fleuve de 660 pages relate le parcours de la jeune fille méprisée et mal-aimée de tous à son arrivée à Mansfield Park :

L’incendie, Tarjei Vesaas

Ecrit par Marc Ossorguine , le Samedi, 04 Octobre 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman

L’incendie (Brannen) traduit du norvégien par Régis Boyer (1ère édition Flammarion, 1979), Ed. La Barque, 2014 . Ecrivain(s): Tarjei Vesaas

 

Alors que se poursuit l’engouement éditorial pour les polars du nord, deux éditeurs s’associent, « La Barque » et « L’œil d’or », pour rééditer un des chefs-d’œuvre du norvégien Tarjei Vesaas : L’Incendie. Il est toujours un peu délicat de parler de chef-d’œuvre, car l’on fait plus état d’une opinion que d’une réalité franchement objective, ou même objectivable, pourtant avec L’incendie et Tarjei Vesaas, le lecteur que je suis ne trouve pas d’autres mots pour résumer ou qualifier cette œuvre.

L’écriture de Vesaas peut paraître austère, âpre et rugueuse, mais elle est aussi profondément lyrique, imprégnée d’un imaginaire et d’images qui peuvent hanter le lecteur pendant des années. Les écrits de l’auteur norvégien sont en effet de ceux qui ne font que commencer lorsqu’on les referme après s’être immergé dans leur monde.

Jon est nouveau venu. Où ? Dans un embryon de ville au bord d’un cours d’eau. Dans sa chambre, un téléphone noir, rassurant et inquiétant. Une voix dans le téléphone : Ça vient de chez moi ! Puis le silence. Il descend l’escalier, sort et se laisse emmener par un gamin dans la forêt où le père scie sans cesse, jour et nuit, débitant d’énormes arbres en rondelles lumineuses et odorantes.

Résister ne sert à rien, Walter Siti

Ecrit par Patryck Froissart , le Samedi, 04 Octobre 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Métailié, Italie

Résister ne sert à rien (Resistere non serve a niente), traduit de l’italien par Serge Quadruppani, février 2014, 298 p. 21 € . Ecrivain(s): Walter Siti Edition: Métailié

 

L’auteur annonce d’entrée, en préambule, son parti-pris littéraire, en citant Graham Greene :

Le genre narratif est plus sûr : beaucoup d’éditeurs auraient peur de publier des essais sur ces thèmes.

Il a raison : ces thèmes, le lecteur s’en aperçoit très vite, sont explosifs, et la réalité à laquelle ils réfèrent est de la nature de la bombe à fragmentation.

Walter Siti, connaisseur averti des rouages occultes de la haute finance, aurait pu, c’est évident, tant paraît étendue sa science des mécanismes spéculatifs, choisir d’y consacrer un essai, voire une thèse, volumineuse, qui serait apparue comme un brûlot susceptible de réduire son auteur en cendres.

Il en a fait un roman incendiaire, dont l’acteur principal est Tommaso, le fils unique d’un mafioso italien minable, d’un fusible de l’Organisation qui passe une grande part du temps du récit en prison.