Identification

Critiques

Théorie générale de l’oubli, José Eduardo Agualusa

Ecrit par Martine L. Petauton , le Vendredi, 11 Avril 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Langue portugaise, Roman, Métailié

Théorie générale de l’oubli, traduit du Portugais (Angola) Geneviève Leibrich, février 2014, 171 pages, 17 € . Ecrivain(s): José Eduardo Agualusa Edition: Métailié

 

Il y a la littérature portugaise métropolitaine, magnifique de lumière et de mystère – de « saudade », aussi ; et puis il y a la littérature portugaise africaine – celle des anciennes colonies ; presque une autre langue, une autre lumière, des mystères et de la magie – encore plus. Les deux, une littérature sublime.

Cet Agualusa là – la jeune garde lusitano-africaine – est justement de ce tonneau : éclatant de lumière, larmes et rires, touillant merveilleusement les vieux mythes, les contes, la guerre civile, les coups d’Etat, la peur dans le ciel aveuglant de l’Angola au bord de son indépendance. D’autres y avaient mis la plume, et avec quel talent !

Le cul de Judas de Lobo Antunes nous avait laissé l’impression que la page était tournée pour la littérature, sur le conflit postcolonial. Et revoilà, pourtant, l’Angola, ses rues poussiéreuses, les milices cubaines, la fuite des colons… la guerre, mais autrement, et pas moins réussi.

Shakespeare et les Boys band, Vincent Teixeira

Ecrit par Frédéric Aribit , le Vendredi, 11 Avril 2014. , dans Critiques, Les Livres, Essais, La Une Livres

Shakespeare et les Boys band, éditions Kimé, Collection Détours littéraires, 123 pages, 16 € . Ecrivain(s): Vincent Teixeira

 

« Tant d’hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations endurent quelquefois un tyran seul, qui n’a de puissance que celle qu’ils lui donnent ». Près de 500 ans ont passé depuis que La Boétie dénonçait, dans son célèbre discours, la servitude volontaire des peuples acceptant de se soumettre au joug des tyrannies de tous ordres. Hélas le constat n’a pas beaucoup varié. Se serait même aggravé, à en croire Vincent Teixeira, qui publie un nouvel essai accablant pour dénoncer les mollesses d’époque tristement fardées sous le pire cosmétique qui soit : la culture.

Le pire en effet, car le plus séduisant sans doute : on a les tyrans de son siècle.

De fait, Shakespeare et les Boys band résonne comme un virulent pamphlet qui épingle le navrant conformisme consumériste qu’on a de cesse de vendre en guise de culture, et qui, sous couvert d’« entertainment » généralisé, n’en finit pas de proliférer jusqu’à la nausée, bouchant désormais l’horizon qu’elle était supposée dégager au contraire.

Extorsion, James Ellroy

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 10 Avril 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, USA, Roman, Rivages/Thriller

Extorsion (Shakedown), traduit (USA) par Jean-Paul Gratias, février 2014, 188 p. 13,50 € . Ecrivain(s): James Ellroy Edition: Rivages/Thriller

 

Bon, c’est entendu, James Ellroy c’est James Ellroy. Même quand il s’efforce de faire du James Ellroy jusqu’à plus soif ! Ce qui est assurément le cas dans ce petit opus. Disons qu’il s’agit d’une longue nouvelle plutôt que d’un court roman. Le sujet le montre : Freddy Otash, ex flic pourri de L.A., est au purgatoire et, pour espérer accéder à un meilleur statut, il est condamné à raconter les pires affaires de sa vie de ripou, à l’époque où, avec la complicité d’un tabloïd ignoble intitulé « confidentiel », dans les années 50, il vendait les infos les plus trash sur les célébrités d’alors.

Vous imaginez aisément, enfin au moins ceux et celles d’entre vous qui connaissez bien le « dog », qu’il va s’en donner à cœur-joie dans le style people-trash. Un jour, il va falloir lui dire que les coucheries et perversions sexuelles (réelles et fictionnelles) de Marylin, Marlon, Rock, Jackie, John, Ava, et compagnie, on s’en lasse un peu à la longue. Plus rien ne nous choque dans les « révélations » délirantes du vieux James ou plutôt, à force de nous choquer, ça finit par anesthésier.

A Gambo, Louis-François Delisse

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Jeudi, 10 Avril 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Poésie

. Ecrivain(s): Louis-François Delisse

 

Louis-François Delisse, À Gambo, enterrée au cimetière de Thiais depuis le 3 janvier 2011, avec quatre stèles de Jean-Pierre Paraggio, Collection de l’umbo, Série Passage du Sud-Ouest, février 2013, 8 € (port compris)

(commande et toute correspondance : Jean-Pierre Paraggio 23 rue des Princes 31500 Toulouse ; jeanpierreparaggio@yahoo.fr)

 

En ce court livre, Louis-François Delisse se souvient de son épouse.

Il se souvient de celle qui, n’étant plus, est tout : il se souvient de celle qui se confond – superbement – avec la totalité du monde…

le cercle des douze, Pablo de Santis

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mercredi, 09 Avril 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Amérique Latine, Roman, Métailié

Le Cercle des douze (El enigma de París), traduit (Argentine) par René Solis, mars 2014, 270 pages, 10 € . Ecrivain(s): Pablo de Santis Edition: Métailié

 

Les éditions Métailié rééditent ce roman publié en traduction en 2009, salué par la critique et récompensé par le Prix Planeta-Casa de America en 2007. Dans une ambiance fin-de-siècle savamment reconstituée, l’auteur nous fait pénétrer dans le Cercle des Douze, une association réunissant les plus célèbres des détectives de l’époque.

A l’appel de Craig le plus doué d’entre eux, ils se retrouvent à Paris lors de l’Exposition universelle afin de présenter au monde leurs méthodes et leur art. Comment le jeune Sigmundo Salvatrio, fils de cordonnier argentin, parvient-il à rejoindre la fameuse assemblée ? Une série de coïncidences troublantes ou sa légendaire ténacité l’ont projeté dans cet univers dont il rêve depuis son enfance, en tant qu’assistant et porte-parole de Craig lui-même. Ce dernier est cloué à l’hôpital, mis en cause dans la mort du jeune homme doué qui aurait dû être son futur assistant. Salvatrio recueille les aveux du détective qui le charge de raconter son histoire à son alter ego en France Arzaky et de lui remettre sa canne pour l’Exposition.