Identification

Critiques

L’Autre, Sylvie Le Bihan

Ecrit par Martine L. Petauton , le Lundi, 26 Mai 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Seuil

L’Autre, mai 2014, 200 pages, 16 € . Ecrivain(s): Sylvie Le Bihan Edition: Seuil

 

Un thriller de livre, tenant en haleine son lecteur en quelques heures passées – toutes affaires cessantes – dans ces pages fortes. Un policier ? Que non pas ! Mieux, une enquête fine qui désosse au petit couteau de cuisine (et elle s’y connaît, Sylvie Le Bihan !) une relation, un couple, où l’une – celle qu’on suit, qu’on regarde – est défaite de bout en bout par l’autre. Une histoire de maltraitance conjugale ? d’un genre à part. Une affaire d’emprise ? Il y a de ça, en plus raffiné. Un Vaudou qui marcherait dans la rue ? Eh bien…

Scénario digne d’un film réussi (qui, soyons-en sûrs, naîtra un jour prochain) : une femme moderne (un peu naïve sous des abords délurés), en activité professionnelle porteuse, rencontre… – lecteurs qui tressaillent dès les premiers mots du Petit Chaperon rouge, s’abstenir – un de ces nouveaux séducteurs-trader, plein aux as, avocat d’affaires, comme les rues de La City de Londres en regorgent :

« Des spermatozoïdes vides en costume sombre dans une queue en érection… ils montaient, se bousculaient dans les escaliers, croche-pattes, délits d’initiés, évaluations à l’acide mensonge, coups bas et trahisons. De petits hommes… ».

Les autonautes de la cosmoroute ou Un voyage intemporel Paris-Marseille, Carol Dunlop et Julio Cortázar

Ecrit par Lionel Bedin , le Lundi, 26 Mai 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Amérique Latine, Récits, Gallimard

Les autonautes de la cosmoroute ou Un voyage intemporel Paris-Marseille, traduit de l’espagnol par Laure Guille-Bataillon et Françoise Campo, 281 pages, 25 € . Ecrivain(s): Carol Dunlop et Julio Cortázar

La célébration d’écrivains argentins au salon du livre de Paris en 2014 nous donne l’occasion de nous replonger dans la littérature de ce pays. Et par exemple dans ce récit, pas du tout argentin. Mais au départ un projet original : faire le voyage de Paris à Marseille en camping-car sans quitter l’autoroute une seule fois ; visiter deux parkings par jour en passant toujours la nuit dans le deuxième ; prendre note de toute observation pertinente ; écrire le livre de l’expédition en « s’inspirant peut-être des récits de voyages des grands explorateurs du passé ». Le projet littéraire : « raconter d’une façon tout à fait littéraire, poétique et humoristique, les étapes, événements et expériences divers que va nous offrir sans doute un voyage aussi étrange ». Résultat : Les autonautes de la cosmoroute, Un voyage intemporel Paris-Marseille par Carol Dunlop et Julio Cortázar.

L’autoroute n’est peut-être pas seulement « un ouvrage moderne minutieusement étudié pour permettre à des voyageurs, enfermés dans des capsules à quatre roues, de parcourir (rapidement) un trajet ». Mais qu’allait-il se passer avec une progression au ralenti alors que tout le monde fonce à toute allure ?

L’homme qui n’existait pas, Habib Ayyoub

Ecrit par Claire Mazaleyrat , le Lundi, 26 Mai 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Maghreb, Nouvelles, Barzakh (Alger)

L’homme qui n’existait pas, 165 pages . Ecrivain(s): Habib Ayyoub Edition: Barzakh (Alger)

 

La voix de ceux qui n’existent pas

En sept nouvelles, Habib Ayyoub dresse un portrait saisissant de l’Algérie contemporaine, peuplée d’êtres déclassés, fantasmatiques, sans illusions et pourtant pétris de la matière même des rêves. La nouvelle dont le recueil tire son titre raconte comment un jeune homme, qui n’a plus de nom ni d’identité, mais que le narrateur appellera par commodité Sid Ali, redonnant par le statut de personnage un semblant de réalité à cet homme, perd toute trace d’existence au hasard d’une rencontre amoureuse avec une jeune femme, dont il tombe amoureux, et qui le quittera au petit matin en emportant les documents, papiers d’identité, tous les vestiges de son existence.

Le récit est celui d’une désillusion amoureuse et d’un traquenard, car il s’avère que la jeune femme, apparemment perdue au milieu de nulle part, créature en perdition comme il en tombe parfois dans les rêves d’un jeune homme, est mandatée par les autorités à des desseins administratifs et précis, sinistres comme le système entier dont elle est une émanation mensongère. Sa première apparition pourtant annonce tout l’espoir d’un rendez-vous avec le destin :

Prends-moi, Michel Deville

Ecrit par Marc Michiels (Le Mot et la Chose) , le Lundi, 26 Mai 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Poésie, Le Cherche-Midi

Prends-moi, 5 juin 2014, 134 pages, 14,50 € . Ecrivain(s): Michel Deville Edition: Le Cherche-Midi

 

Scénariste, producteur et dialoguiste, metteur en scène, Michel Deville écrit des poèmes depuis l’âge de 9 ans par goût, règle du jeu, une histoire du Je :

COMME L’ATTENTE DES DERNIERS JOURS !

D’une vie en filigrane, une Femme assoupie sur un lit ou L’indolente de Pierre Bonnard (1899), à Une élégante parvenue à tirer la couverture à elle.

L’auteur est tour-à-tour photographe, réalisateur de trente films.

Il se considère comme un bidouilleur d’images, de mots – pas un poète !

Le titre de son ouvrage Poézies (Collection Points fixes au Cherche-Midi éditeur) en 1990 en est d’ailleurs le postulat de départ.

Poursuivant son chemin réflexif sur le rôle de la poésie, de l’existence, l’auteur se « livre » dans son ouvrage Les Haïkus du loup hilare, aux éditions Atelier des champs, à « L’illustration des images ».

Conte de putes, Laura Gustafsson

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Samedi, 24 Mai 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Pays nordiques, Récits, Grasset

Conte de putes, traduit du finnois par Claire Saint-Germain, mai 2014, 400 p. 20,90 € . Ecrivain(s): Laura Gustafsson Edition: Grasset

Conte de putes est un récit iconoclaste et provocateur que l’on dévore à la fois surpris et réjoui, emporté par l’Odyssée improbable de ses héroïnes et saisi par l’acuité de son propos. Il scelle la rencontre entre une Virginie Despentes nordique et la tradition homérique, entre un univers trash et sombre et les grands mythes originels, de la Bible aux Métamorphoses d’Ovide. Kathy Acker avait ainsi revisité Don Quichotte dans une veine aussi corrosive.

Tout commence dans une Olympe version club-med, par une rivalité virile : pris de rage, Arès émascule le nouvel amant d’Aphrodite, le bel Adonis. La déesse décide alors de chercher ce dernier aux Enfers. Or, à l’aéroport, un groupe de suicidés l’induit en erreur… voilà Aphrodite au beau milieu de la Finlande. Passant par toutes les étapes du star-système, elle est portée aux nues puis bafouée, poursuivie par des hordes de paparazzi, avant de sombrer dans l’oubli. Sa renaissance a lieu dans une prison où elle devient l’étoile d’un show de téléréalité. Entre temps, elle a rencontré deux jeunes femmes, Milla et Kalla, qui deviennent ses acolytes dans sa quête de vengeance. En parallèle, nous sont rapportées les tribulations de ces deux servantes de la déesse dans le domaine de la prostitution, choisie ou subie. L’intervention d’Isis, implacable, vouant Kalla à épouser l’homme qui l’avait violée et qu’elle avait tué, se révèle particulièrement caustique et cruelle.