Identification

Critiques

Contrepoint, Anna Enquist

Ecrit par Victoire NGuyen , le Vendredi, 14 Février 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Pays nordiques, Roman, Babel (Actes Sud)

Contrepoint, traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin, janvier 2014, 226 pages, 7,70 € . Ecrivain(s): Anna Enquist Edition: Babel (Actes Sud)

 

La musique est une thérapie


Pour comprendre ce roman, le lecteur doit avant tout se référer à son titre car il révèle à lui seul le fil conducteur du récit. « Contrepoint » dans le vocabulaire de la musicologie insiste sur l’importance des règles et principes qui régissent une composition. Dans son article pour l’Association Rythmes et Harmonies de l’Ecole de Musique à Mulhouse, Alain Heim définit ce qu’il appelle le « contrepoint » de la façon suivante : « (le contrepoint) ne désigne pas une forme musicale elle-même, mais la manière de la concevoir, de la composer. Le contrepoint est un ensemble de règles et de principes garantissant à une composition une certaine valeur esthétique ».

Le sujet est posé et la trame romanesque peut se poursuivre. En effet, dès l’ouverture du roman, le lecteur assiste au travail du protagoniste féminin, appelé ici « la femme ». Elle essaie de comprendre et d’exécuter une œuvre particulièrement difficile, les variations Goldberg de Bach.

Usage des cendres, Jean-Paul Bota

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Vendredi, 14 Février 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Poésie, Récits

Usage des cendres, précédé de Feuillets du Midi (Chartres Lisbonne Venise), Jean-Paul Bota, Le préau des collines, 2010, 107 pages, 12 €

 

Le voyage, un « pèlerinage vers l’éclat »

 

Peut-on dire le voyage ?

Et le dire tel qu’il se révèle être, lorsque, loin de voyager seul, l’on fait de sa route l’irruption d’un moment d’infini partagé avec un autre, une autre ?

Pour Jean-Paul Bota, le voyage ne peut être séparé de cette façon, propre à l’amour, de cheminer à deux. L’être proche, si proche (être pudiquement nommé par la lettre « H. » ; ses paroles réveillées), devient ce qui est non-séparé-de-soi.

Nos Anges, Jean-Baptiste Predali

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Jeudi, 13 Février 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Actes Sud

Nos Anges, février 2014, 180 p. 19 € . Ecrivain(s): Jean-Baptiste Predali Edition: Actes Sud

 

 

Nos anges vient achever un cycle de trois romans qui se déroulent tous à Borgu-Serenu, ville fictive vouée à la Vierge ressemblant fort à Ajaccio, dans lesquels Jean-Baptiste Predali, écrivain d’origine insulaire exerçant le métier de journaliste, semble chercher la vérité de la Corse en grattant, comme sur un palimpseste, les signes d’un présent marqué par le mouvement nationaliste et ses dérives pour retrouver les couches transparaissant en filigrane. Il s’interroge ainsi sur un peuple de paysans à l’origine, son peuple, dont l’histoire semble enfermée dans une sorte de dialectique d’asservissement et de rébellion, d’élévation, d’ascension, et de chute ou de disgrâce. Un peuple avide de caution divine et de rédemption que ses anges déchus ont conduit à la damnation.

L’année de Richard suivi de Mais comme elle ne pourrissait pas… Blanche-Neige, Angelica Liddell

Ecrit par Marie du Crest , le Jeudi, 13 Février 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Théâtre, Les solitaires intempestifs

L’année de Richard suivi de Mais comme elle ne pourrissait pas… Blanche-Neige, traduction de C. Vasserot , 94 p. 13 € . Ecrivain(s): Angélica Liddell Edition: Les solitaires intempestifs

 

L’autre trilogie : Actes de résistance contre la mort

De Schneewittchen à Blancanieves

 

Y como no se pudriò… Blancanieves est une courte pièce composée de 8 scènes, publiée en Espagne en 2007, faisant partie de la trilogie d’A. Liddell avec l’année Richard et Et les poissons partirent combattre les hommes. Dans l’édition française des Solitaires Intempestifs, elle fait suite à la pièce dont le personnage central est un avatar de Richard III. Comme dans d’autres textes, l’auteure revient à l’enfance, point de fracture entre innocence et plongée dans le Mal. E comme enfant selon son abécédaire :

« Je n’ai pas connu un seul enfant qui soit devenu un bon adulte ».

La Grande Fête sans fin, Jean Hans Arp

Ecrit par Didier Ayres , le Mardi, 11 Février 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Poésie, Arfuyen

La Grande Fête sans fin, janvier 2014, 13,50 € . Ecrivain(s): Jean Hans Arp Edition: Arfuyen

 

Le poème-vie

C’est avec une vraie attente que j’espérais le livre de Jean Arp, recueil de poèmes venus de l’allemand, langue qui est une des langues maternelles du poète. Et ce que l’on sent tout de suite, même en français, c’est la vitalité du rythme et de la prosodie. On n’y sent pas un homme appesanti par l’âge ni sommeillant dans une routine poétique. C’est l’effet de vie, et presque de violence, qui entête le lecteur et je trouve que cette force esthétique un peu iconoclaste va bien aux cinq recueils qui constituent l’ouvrage.

Cela dit il faut expliquer la vie, le caractère vital qui sourd du recueil. Et tout d’abord par l’impression de mouvement, impression que rien n’est statique, que tout est tendu, instable, susceptible de grandir ou de se rompre, de se dilater. J’ai d’ailleurs commencé cette lecture à l’écoute de La Mer de Debussy, et je me dis maintenant qu’il n’y a pas tout à fait de hasard et que cette poésie se rattache peut-être d’avantage à la musique française, et notamment à Erik Satie, avec ses Gymnopédies par exemple.