Identification

Paula T. une femme allemande, Christoph Hein

Ecrit par Stéphane Bret 20.09.16 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Langue allemande, Roman, Métailié

Paula T. une femme allemande, trad. allemand Nicole Bary, 487 pages, 12 €

Ecrivain(s): Christoph Hein Edition: Métailié

Paula T. une femme allemande, Christoph Hein

 

 

Le titre du roman de Christoph Hein est éponyme de celui du film de Fassbinder, Lola une femme allemande. Paula Trousseau, c’est son nom, est une femme qui tombe très tôt victime de l’autoritarisme familial, en proie à un père épouvantable, violent qui ne laisse guère la voix au chapitre dans le cadre étouffant du giron familial. Elle perçoit, très vite, les pires inconvénients du mariage et entrevoit ses conséquences comme un abandon, comme l’entrée dans une prison dont les clés ne se rouvriront pas de sitôt :

« Avec le mariage, j’allais être à nouveau enfermée dans une maison et la seule chose que je serais en droit d’espérer serait le quotidien de la vie conjugale, les enfants, et pour finir la vieillesse et la mort ».

Très rapidement, un impératif s’impose aux yeux de Paula : devenir peintre. Ce projet pour elle, c’est se libérer de Hans, son fiancé, de ses parents, de leur influence, devenir un être autonome. Pour cela, elle passe le concours de l’Ecole des Beaux-arts et s’installe à Berlin, où elle rencontre un monde nouveau, celui des artistes, des élèves de l’Ecole, et qui lui ouvre de nouvelles perspectives. Ainsi éprouve-t-elle la sensation d’être, au moins l’espace de quelques dizaines de minutes, le centre d’intérêt principal ; elle pose nue pour un professeur, Tschäkel, qui lui témoigne des sentiments peu ambigus. Elle rencontre une amie, Sybille, épouse d’un homme en vue, Marco Pariani. Ces fréquentations sont pour Paula Trousseau l’occasion de réfléchir à ses orientations sexuelles et affectives : est-elle homosexuelle ? Sans nier l’attirance qu’elle éprouve pour Sybille et Katharina, une autre amie, sentiments transformés en liaison charnelle avec ces deux femmes, Paula ne bascule pas pour autant vers un choix définitif. Ces mœurs, elle les pratique au nom de la liberté de choisir, au nom de la volonté de s’accomplir. Simone de Beauvoir n’aurait pas renié cette ligne de conduite.

C’est toujours ce désir d’émancipation qui entraîne Paula vers une relation amoureuse avec Wadlschmidt, un des professeurs de l’Ecole, beaucoup plus âgé qu’elle mais qui lui donne l’occasion de s’affirmer comme femme et comme artiste :

« Waldschmidt était ravi lorsque je me défendais, lorsque je faisais preuve d’assurance. Il aimait les femmes fortes, cela me plaisait (…) Mon père et Hans voulaient toujours être les maîtres auxquels je devais me soumettre. Waldschmidt était le premier homme avec lequel je me sentais bien, c’était un partenaire, si bien que je croyais pouvoir l’aimer ».

Paula Trousseau, femme allemande, est bientôt en butte à l’orthodoxie du régime de la RDA, tenant du réalisme socialiste. Elle persévère, renonce aussi à la maternité en laissant la garde de sa fille à Hans, resté à Leipzig, mais finit, au prix fort, par atteindre son idéal de jeunesse : la libre disposition de son destin et de son corps. Le roman de Christoph Hein, très actuel mais s’inscrivant dans le contexte du milieu artistique est-allemand, se déroule comme une fresque en plusieurs parties qui décrirait la volonté d’émancipation d’une  femme : Paula T.

 

Stéphane Bret

  • Vu : 1638

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Christoph Hein

 

Christoph Hein, né en 1944, a écrit une vingtaine de pièces de théâtre. Il est devenu un écrivain de renom avec Invitation au lever bourgeois en 1980 (Alinéa), L’Ami étranger en 1983, traduit en plus de quinze langues. Suivirent trois romans, La Fin de Horn en 1985, Le Joueur de tango en 1989, Le Jeu de Napoléon en 1993, un volume de nouvelles L’Exécution d’un veau en 1994, et de nombreux essais. Il est apparu dans les années 1980 comme une instance morale dans l’ancienne RDA. Ses diverses prises de position et interventions publiques en ont fait l’un des intellectuels allemands les plus en vue.

 

A propos du rédacteur

Stéphane Bret

 

Tous les articles de Stéphane Bret

 

63 ans, réside actuellement à Boulogne-Billancourt, et s’intéresse de longue date à beaucoup  de domaines de la vie culturelle, dont bien sûr la littérature.

Auteurs favoris : Virginia Woolf, Thomas Mann, Joseph Conrad, William Faulkner, Aragon, Drieu La Rochelle, et bien d’autres impossibles à mentionner intégralement.

Centres d’intérêt : Littérature, cinéma, théâtre, expositions (peintures, photographies), voyages.

Orientations : la réhabilitation du rôle du savoir comme vecteur d’émancipation, de la culture vraiment générale pour l’exercice du libre arbitre, la perpétuation de l’esprit critique comme source de liberté authentique."

 

REFERENCES EDITORIALES :

Quatre livres publiés :

POUR DES MILLIONS DE VOIX -EDITIONS MON PETIT EDITEUR 
LE VIADUC DE LA VIOLENCE -EDITIONS EDILIVRE A PARIS
AMERE MATURITE -EDITIONS DEDICACES 
L'EMBELLIE - EDITIONS EDILIVRE A PARIS