Identification

Roman

Puisque mon coeur est mort, Maïssa Bey

Ecrit par Nadia Agsous , le Vendredi, 02 Mars 2012. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Maghreb

Puisque mon coeur est mort, La Tour-d’Aigues, Editions de l’Aube, 2010, 255 p.- 17,80 € 
Editions Barzakh, Alger, avril 2010, pour l’Algérie, 184 p. . Ecrivain(s): Maïssa Bey

Dans la nuit du destin, sur le chemin du retour, un jeune homme est assassiné dans la fleur de l’âge. Il avait à peine vingt ans. Au moment où il s’affale sur le sol, il appelle sa mère : «ya M'ma, ya yemma !» (Ô Mère, ma Mère !).

C’est par cette scène tragique et douloureuse que Maissa, Bey nous introduit dans son dernier roman.

Aïda. Femme. Divorcée. « Sans homme, sans mari ou tuteur légal, ni père ». Enseignant l’Anglais à l’université. Vivant dans un appartement en compagnie de son fils à qui des assassins amnistiés par la loi de la Concorde civile viennent d’ôter la vie.

Douleur. Remords. Culpabilité. Haine. Solitude. Basculement dans la folie. Projet de vengeance. Intention meurtrière…

Mais comment ? Comment ? Comment vivre avec ce vide ? Comment se donner l’illusion de la présence de ce fils unique tant chéri ?

Par l’écriture ! a décidé Aïda. Et chaque jour, la voilà qu'elle « trace sur un cahier d’écolier le chemin – qui  la – mène à l’Absent.

KKK, le grand dragon, Michèle Kahn

Ecrit par Didier Bazy , le Jeudi, 01 Mars 2012. , dans Roman, Les Livres, La Une Livres, publie.net

KKK, le grand dragon, Collection e-styx / fictions numériques, 2011, 85 pages, 2,99 € . Ecrivain(s): Michèle Kahn Edition: publie.net

La littérature sauve aussi l’histoire de l’oubli. Ainsi l’œuvre de Michèle Kahn.

Soit un fait divers de la fin du siècle dernier annoncé en avertissement :

« Le texte qui suit est librement inspiré de faits qui se sont déroulés à Lincoln, Nebraska (USA) de juin 1991 à septembre 1992, et dont les médias se sont fait l’écho. Les noms des personnages ont été modifiés ».

Qui est ce grand dragon ? un prêcheur du KKK, Klu Kux Klan, pis qu’un affreux jojo, un énergumène cinglé qui envoie des colis piégés et des menaces racistes nazillonnes aux nouveaux arrivants de Lincoln, capitale du Nebraska. Il lui suffit que ces nouveaux habitants soit juifs, noirs, homosexuels ou autres. Et sa triste liste du sinistre sire ne s’arrête pas là.

Sa cible : la famille Freund. Harcèlements, invectives, insultes innommables… La surprise cède vite à la peur, l’effroi à la terreur. Mais le pitre satanique ne parvient pas tout à fait à ses fins. D’ailleurs quel est son but ? Oui, quel est votre but Monsieur cucuclan, dragon abject prétendument grand et qui se drape sous un lâche anonymat pour distiller ses perfides poisons cruels ? Dans quel cloaque glauque et négationniste à la petite semaine vous engluez-vous pour soutenir l’holohoax ? (Hoax : very bad blague)

Les champs de Bataille, Dan Franck

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Mercredi, 29 Février 2012. , dans Roman, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Grasset

Les Champs de bataille. 29 février 2012. 280 p. 18 € . Ecrivain(s): Dan Franck Edition: Grasset

Dan Franck signe ici un livre comme on n’en fait plus guère ! Par les temps qui courent, de nivellement de la pensée, d’écrasement des enthousiasmes et d’abandon des idéaux humanistes, ce livre fait figure de pavé dans la mare inerte. Dan Franck tisse une œuvre à la gloire de Jean Moulin (bien sûr !) mais aussi et surtout à la gloire des grands élans qui l’ont porté, de victoire en victoire, au sein de la Résistance Française, jusqu’à la mort. Jusqu’à ce sombre jour, premier de l’été 1943, où des salauds (lequel ? Lesquels ?) l’ont donné au sinistre Barbie. A Caluire, dans la tristement célèbre salle d’attente du Docteur Dugoujon.

René Hardy, grand résistant, responsable du réseau Résistance-Fer, est le suspect N°1, le coupable le plus probable de la trahison. Jugé deux fois, deux fois il est acquitté, en 1947 (Albert Camus lui-même, dans Combat, lui apporta son soutien !) et en 1950. Pourtant le dossier était chargé et les preuves presqu’évidentes ! Opacité de l’histoire … L’affaire Jean Moulin restera sans dénouement. De Gaulle et les anciens de la France libre préfèreront lui offrir le Panthéon plutôt que la vérité !

Dan Franck ne se résout pas à ce choix lâche. Son roman (car ç’en est bien un !) est le roman du troisième procès de René Hardy, le roman du procès qui n’a jamais eu lieu. Un juge, à la retraite, noir sénégalais, rouvre le dossier et « convoque » René Hardy devant son tribunal, très exactement dans sa cuisine !

Le grain dans la meule (1), Malek Ouary

, le Mercredi, 29 Février 2012. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Maghreb

Le Grain dans la meule, Editions Bouchène, janvier 2000, 176 p. - 14,79 euros

Au coeur d’un lieu reculé. A Tighilt. Un village, sur les montagnes de Kabylie (2). Au milieu d’un vaste champ, Tebbiche, le berger des Ath (3) Sammer s’assoupit un long moment. Lors de son sommeil, son troupeau s’introduit dans le champ des Ath Qassy ravageant leur récolte. Afin de sanctionner le berger, Akli, fils de Da (4) Tibbouche, rase le côté droit de la moustache de Tebbiche. Et pendant que ce dernier traverse le village, il fait l’objet de moqueries de la part des villageois. Inconscient de la gravité de la situation, il se met à raconter sa mésaventure avec beaucoup de désinvolture. Mais l’affaire est grave ! "Tragique plaisanterie qui porte en elle la semence dun drame. Dieu fasse quà notre village soit épargnée une nouvelle dette de gorge", se lamente un vieillard.

Vengeance par le sang ! Selon la tradition millénaire. Et "trois jours plus tard () lorsque les villageois entendirent deux coups de feu (...) ils comprirent que lirréparable était accompli."

Pour échapper à la vengeance du clan des Ath Quassy, Idhir, l’assassin de Akli quitte Tighilt pour se réfugier au sud du pays. Mais le sens de l’éthique et du devoir l’oblige à revenir au village pour affronter son destin si tragique soit-il ! Et c’est dans cet état d’esprit qu’Idhir se rend chez ses ennemis.

Quel sort sera réservé à l’assassin du fils ? Da Tibouche appliquera-t-il la loi du talion ? Aura-t-il plutôt recours à une solution de remplacement à la dette du sang ?

La Pile du Pont, Audrey Betsch

Ecrit par Martine L. Petauton , le Mardi, 28 Février 2012. , dans Roman, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Numeriklivres

La pile du pont. Editions Numeriklivres. Format Kindle. 3,99 € . Ecrivain(s): Audrey Betsch Edition: Numeriklivres


Comme un mixte de carnet intime – où on poserait, vlan ! Les petites joies, les petits problèmes, les énormes angoisses – et de blog : ça cause aux autres, c'est geek, versus informatique ; voilà un curieux plat d'écriture, ragoût pas ordinaire ; il se mange sans faim, avec appétit ; des étoiles ; je recommande !

Histoire simple, comme dans un film de  Sautet, infiniment riche par la personnalité de la récitante ; c'est le «  vécu », comme on dit chez les psy, d'une infirmière de Toulouse : «  l'immeuble de briques rouges... la place noire de monde du Capitole... » ; divorcée, un petit bout de Chloe, certains jours, une solitude ronflant comme le vent d'Autan :  « je m'endors sur mon incomplétude ».

Vous et moi, peut-être ? Non, car, en plus,  infirmière de nuit ; la souffrance et la mort pendant que vous rêvez...