Identification

La Maison des chagrins, Victor del Árbol

Ecrit par Marc Ossorguine 13.05.14 dans La Une Livres, Critiques, Actes Noirs (Actes Sud), Les Livres, Espagne, Polars, Roman

La Maison des chagrins (Respirar por la herida) traduit de l’espagnol par Claude Bleton, septembre 2013, 480 pages, 23,50 €

Ecrivain(s): Victor del Arbol Edition: Actes Noirs (Actes Sud)

La Maison des chagrins, Victor del Árbol

 

« Evoquer le passé et le rattacher au présent pouvait être aussi épuisant qu’explorer un labyrinthe dont on ne connaîtrait qu’une partie ».

Pour parler de la Maison des chagrins, c’est d’abord un propos de Goethe qui nous revient. Un propos où il s’étonne et se félicite – à propos de Jacques le fataliste de Diderot – d’être capable d’engloutir une telle portion d’un seul coup. C’est bien ce que l’on peut ressentir après avoir dévoré ces presque 500 pages en quelques heures. C’est qu’il ne sont pas si fréquents les récits et les livres qui vous attrapent et ne vous laissent plus de répit avant la dernière page, voire au-delà. Ce fut le cas pour nous avec La tristesse du Samouraï, cela a de nouveau été le cas avec cette Maison des chagrins.

Il y a quelque chose de désespérant et de vertigineux dans les récits multiples qui se croisent et se lient inextricablement au fil des chapitres. Le titre original insiste sur la blessure que chacun porte et avec laquelle il vit. Blessure par laquelle chacun vit, continue de vivre ou de survivre. Des blessures morales qui sont aussi des blessures physiques qui ont marqué profondément les corps : genou et main mutilés, visage défiguré par une cicatrice, stérilité...

La vie ne laisse personne indemne : accidents, guerres (l’Algérie), dictature (Pinochet et Franco), amours trahis, mais aussi le hasard… ont fait dans les vies de chacun des nœuds impossibles à défaire. Des nœuds dont ils n’est pas sûr que la mort même puisse les trancher.

Dès les premières pages nous voilà embarqués dans un labyrinthe où l’on sent confusément que rien n’est vraiment ce qui semble, que chacun cache quelque chose d’inavouable, pour soi-même comme pour les autres. A tout moment l’on devine ou cherche à deviner ce qu’il y a derrière. Avec maestria l’auteur nous laisse entendre quelques échos, quelques silences, au détour d’une phrase, d’un mot… comme des ombres devinées dans un brouillard fuyant.

On pourrait être tenté de résumer, ou au moins de décrire des ébauches de situations ou de personnages. Mais il ne vaut peut-être mieux pas. Peut-être que La Maison des chagrins fait partie de ces livres dont il ne faut surtout pas raconter l’histoire aux futurs lecteurs pour ne pas le trahir et affaiblir leurs émotions de lecteurs. L’éditeur aurait peut-être même dû ajouter un bandeau interdisant le récit – un peu comme Hitchcock le fit avec Psychose – pour permettre aux lecteurs de se retrouver dans la situation de certain des protagonistes : irrémédiablement pris dans une réalité qui leur échappe, qu’ils l’acceptent ou pas, et bien obligés de faire avec, quel qu’en soit le prix.

Il y a de la noirceur en chacun de ces personnages, la plus noire n’étant bien sûr ni la plus évidente ni la plus sombre, et nous, lecteurs, sommes un peu comme Guzmán, mû par une curiosité perverse sur le comportement difforme des êtres humains. Une difformité due aux blessures qui maintiennent en vie et dont la guérison peut être fatale. Comme dans les tragédies antiques, échapper au destin, que l’on y croit ou pas, est un rêve fou qui se paye au prix fort.

Au départ un banal et tragique accident de voiture et la volonté de comprendre, sinon de réparer. Et puis, une fois qu’un fil est tiré, qu’une porte est ouverte, on ne peut plus rien arrêter de ce qui a commencé bien avant et ne se finira que quand l’heure sera venue. Les mots qu’on aurait pu dire, qu’on aurait dû dire ou taire, auraient-ils eu le pouvoir d’arrêter les choses, de modifier leur cours ? Nous sommes avertis dès le prologue : On a toujours quelque chose à dire quand il n’est plus le temps de le dire. Il ne reste alors plus qu’à agir. Pour le meilleur ou pour le pire. Presque toujours pour le pire.

 

Marc Ossorguine

 

P.S. : Le titre français est tiré d’une des phrases du récit. Il est beau. On peut préférer le titre original. En tout cas, merci au traducteur Claude Bleton qui permet aux non-hispanophones ou aux hispanophones approximatifs de pouvoir se plonger dans de tels univers.


  • Vu : 4121

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Victor del Arbol

Victor del Árbol est né à Barcelone en 1968. Après avoir étudié l'Histoire, il travaille dans les services de police de la communauté autonome de Catalogne. Il est l'auteur de deux romans, dont La Tristesse du samouraï. (Présentation de l’éditeur)

A propos du rédacteur

Marc Ossorguine

 

Lire tous les articles de Marc Ossorguine

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature espagnole (et hispanophone, notamment Argentine) et catalane, littératures d'Europe centrale (surtout tchèque et hongroise), Suisse, littératures caraïbéennes, littératures scandinaves et parfois extrême orient (Japon, Corée, Chine) - en général les littératures non-francophone (avec exception pour la Suisse)

Genres et/ou formes : roman, poésie, théâtre, nouvelles, noir et polar... et les inclassables!

Maisons d'édition plus particulièrement suivies : La Contre Allée, Quidam, Métailié, Agone, L'Age d'homme, Zulma, Viviane Hamy - dans l'ensemble, très curieux du travail des "petits" éditeurs

 

Né la même année que la Ve République, et impliqué depuis plus de vingt ans dans le travail social et la formation, j'écris assez régulièrement pour des revues professionnelles mais je n'ai jamais renié mes passions premières, la musique (classique et jazz surtout) et les livres et la langue, les langues. Les livres envahissent ma maison chaque jour un peu plus et le monde entier y est bienvenu, que ce soit sous la forme de romans, de poésies, de théâtre, d'essais, de BD… traduits ou en V.O., en français, en anglais, en espagnol ou en catalan… Mon plaisir depuis quelques temps, est de les partager au travers de blogs et de groupes de lecture.

Blog : filsdelectures.fr