Identification

Roman

La chienne de l'ours, Catherine Zambon

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Vendredi, 04 Mai 2012. , dans Roman, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Jeunesse, Actes Sud Junior

La Chienne de l’ours, mars 2012, 57 pages, 7,80 € . Ecrivain(s): Catherine Zambon Edition: Actes Sud Junior

 

La Chienne de l’ours contient un aveu qui dépasse tous les autres, un fleuve d’émotions qui déferlent et laissent le souffle coupé. Dans son corps trop grand, trop fort, trop lourd, la jeune narratrice étouffe et renferme des pensées qui l’effraient, des sentiments qui l’affolent, des sensations qui la font vaciller. En une course éperdue, elle va chercher à se perdre, à gagner de la distance sur les vérités qu’elle ne veut pas accepter : « ce je-ne-sais-quoi de honteux qui me rend étrangère à moi-même ».

Laissant derrière elle, la fête de Léo, « l’immense bête cannibale » qu’est le lycée, sa famille, elle disparaît dans la nuit. Elle marche de son pas d’ourse jusqu’à l’épuisement. Elle revient là où ses souvenirs ne la blessent pas, là elle peut être elle-même. Dans la montagne, aux Vergnands, chez la vieille Mme Burridon. « Sèche comme une trique », cette solitaire au grand cœur ne parle pas beaucoup, se contentant d’injurier le monde entier et de servir ses fromages. Dans l’obscurité, la narratrice rencontre Diane, la chienne affectueuse à laquelle elle se confie tout en éclusant une bouteille de whisky. « Mais Diane ne pourra pas me faire oublier ce que je suis. Une chienne, comme elle, mais qui hurle à la mort en silence ». Lorsque sa présence est révélée, l’adolescente se fait d’abord engueuler vertement, puis la fermière l’accueille, attentive et désarmée. Par bribes, la jeune fille nous raconte son histoire et relate sa conversation avec Mme Burridon.

L'orchestre vide, Claire Berest

Ecrit par Sophie Adriansen , le Jeudi, 03 Mai 2012. , dans Roman, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Editions Léo Scheer

L’orchestre vide, janvier 2012, 170 p. 17 € . Ecrivain(s): Claire Berest Edition: Editions Léo Scheer

« Il m’avait rencontrée, et nous sentions tous les deux que cela était irrémédiable » (page 28).

Au hasard d’un festival, Alma fait la connaissance de John, leader d’un groupe de rock. Il lui demande de le suivre et, sans trop savoir pourquoi, comme par défaut – ou défi ? – elle accepte. Cela implique de s’envoler pour l’autre côté de l’Atlantique, et de vivre par, pour, dans la musique.

« La musique devint les jours, la conversation, le repos, l’angoisse » (page 82).

Vivre sur la route, aussi. Car après le studio, la vie se résume à la tournée. Et le confinement, la proximité extrême se meut en road-trip, transit permanent.

« La route est belle, mais le fait de n’habiter nulle part pose la question de l’existence elle-même » (page 140).

Et puis Alma sort de l’ombre : « Alma, je veux ta voix sur l’album […] je veux ta voix française et bizarre, je veux ta voix qui ne sait pas chanter. Et je ne te laisse pas le choix » (page 97). La suite est attendue : John veut qu’Alma l’accompagne sur scène. Et soudain, l’amour, l’aimant change de nature. La scène est un catalyseur, qui propulse les amants dans une inédite solitude sous les feux des projecteurs.

Wiggins et la nuit de l'éclipse, Béatrice Nicodème

Ecrit par Laetitia Steinbach , le Mercredi, 02 Mai 2012. , dans Roman, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Jeunesse, Gulf Stream Editeur

Wiggins et la nuit de l’éclipse, Gulf Stream Editeur, Courants Noirs, mars 2012, 258 p. 13,90 € . Ecrivain(s): Béatrice Nicodème Edition: Gulf Stream Editeur

 

Il en va de même des héros que des chats, ils semblent parfois avoir sept vies et resurgir aux moments les plus inattendus. C’est ainsi que dans ce très bon roman à énigmes de Béatrice Nicodème, nous découvrons que Sherlock Holmes n’est pas mort dans les cascades du Reichenbach, entraînant dans sa chute l’infâme Moriarty, mais qu’il a survécu au travers de son plus fervent disciple, le jeune Wiggins.

Désabusé et éteint par le décès de son ami, le docteur Watson se décharge d’une délicate affaire de chantage auprès de Wiggins, simple garçon des rues malfamées de Whitechapel et employé à l’occasion par le détective comme garçon de courses. Aussi quand le directeur d’un collège huppé fait appel à Watson pour résoudre diplomatiquement une crise au sein de ses jeunes pensionnaires, celui-ci envoie à sa place le jeune homme, bien décidé à faire ses preuves et à honorer la mémoire de son maître. Il s’agit de veiller sur la sécurité de Lowell Summerfield : son père, le juge le plus aristocratique et le plus despotique de la capitale se voit victime d’un maître-chanteur dans un procès médiatique : de son verdict dépend la survie de son fils.

Une année à Venise, Lauren Elkin

Ecrit par Anne Morin , le Dimanche, 29 Avril 2012. , dans Roman, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Héloïse D'Ormesson

Une année à Venise, Avril 2012, trad. USA par Jean Lineker, 334 p. 22 € . Ecrivain(s): Lauren Elkin Edition: Héloïse D'Ormesson

Oscillant entre la terre ferme et l’eau, entre la certitude, les certitudes, une vie toute tracée où n’affleurent même pas les questions, et l’incertitude, les questions sans réponse, le flottement. Entre Charles, son fiancé éditeur américain de l’upper middle class, et Marco, le batelier vénitien qui s’invente une histoire de vengeance, fuyant avenir et passé, Catherine hésite, Catherine balance : « je suis allée à Venise parce que Venise est un libro d’ore. Un livre d’heures. Un livre doré » (p.14).

Au fond d’elle-même, en quête d’elle-même, des failles s’ouvrent, profondes, où elle s’interroge. D’un côté, New York, le nouveau monde, engoncé dans un monolithisme étouffant, de l’autre Venise, l’ancien monde, berceau flottant, épave ? Les deux, peut-être, où passé et avenir se rejoignent, se joignent et se distendent, se distancient.

Doctorante, Catherine s’interroge sur ses racines. Dans une ville qui prend pied sur l’eau, elle ne choisit pas par hasard pour aimer y vivre, le seul quartier ferme : le Dorsoduro. Par l’eau – et Marco servira de passeur –, Catherine et Neva, une Croate en quête de la scuola segreta de ses ancêtres, ré-inventeront une très ancienne synagogue entre immersion et émersion aux magnifiques mosaïques : « Je savais que c’était à Venise, et dans un endroit improbable » dira Neva (p.136).

Les feuilles mortes, Thomas H. Cook

Ecrit par Yan Lespoux , le Samedi, 28 Avril 2012. , dans Roman, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Folio (Gallimard)

Les feuilles mortes (Red Leaves, 2005), traduit (USA) par Laetitia Devaux, 2010, 305 p. 6,95 € . Ecrivain(s): Thomas H. Cook Edition: Folio (Gallimard)

 

Eric Moore est un père de famille sans histoires. Petit commerçant dans une petite ville, il a une femme aimante, Meredith, et un fils de quinze ans, Keith, renfermé, flemmard et mal dans sa peau. Un soir, comme cela lui arrive régulièrement, Keith va faire du baby-sitting et garder Amy, une enfant de huit ans. Le lendemain, Amy a disparu. Les soupçons se tournent bien vite vers Keith qui ne semble pas mettre beaucoup d’énergie à se défendre. Et Eric de voir le doute s’insinuer en lui : et si Keith était coupable ? Et si son bonheur familial n’était qu’une illusion soigneusement entretenue depuis trop longtemps ?

« Les photos de famille mentent » nous dit Eric en ouverture de son récit. Et c’est bien ce que Thomas Cook va s’employer à nous montrer tout au long de ce roman par la voix de son personnage principal. Car derrière le vernis des sourires et des regards attendris se cachent aussi les non-dits, les vilains petits secrets, les frustrations quotidiennes et une amertume parfois tenace.