Identification

Notre quelque part, Nii Ayikwei Parkes

Ecrit par Cathy Garcia 26.08.14 dans La Une Livres, Afrique, Critiques, Les Livres, Roman, Zulma

Notre quelque part, février 2014, traduit de l’anglais (Ghana) par Sika Fakambi, 304 p. 21 €

Ecrivain(s): Nii Ayikwei Parkes Edition: Zulma

Notre quelque part, Nii Ayikwei Parkes

 

Kayo Odamtten est un jeune médecin légiste qui a fait ses études à Londres et qui vient de retourner au pays, c’est-à-dire au Ghana. Sa candidature n’a pas été retenue par les services de police, aussi il travaille sans grand enthousiasme comme manager dans un laboratoire d’analyse biochimique et vit chez ses parents, à Accra, la capitale, tout en espérant mieux, malgré un contexte difficile pour exercer dans son pays.

Pendant ce temps, de mystérieux restes humains sont retrouvés dans la case de Kofi Atta, un cultivateur de cacao à Sonokrom. Le légisse, comme le nomment les villageois, n’a pas su déterminer de quoi il s’agissait réellement : « ça pourrait être n’importe quoi. Personnellement, je pencherais plutôt pour de la matière placentaire, mais en même temps ça me paraît un peu trop gros pour que ce soit ça ». Sonokrom est un petit village situé à quelques heures d’Accra qui sert de rendez-vous discret pour le ministre du Développement des routes et autoroutes avec sa jeune maîtresse, originaire de Tafo, proche de Sonokrom. C’est justement parce que c’est cette fille qui, alertée par l’odeur alors qu’elle poursuivait un oiseau à tête bleue, a découvert ces restes humains dans la case, que Kayo va être recruté de façon plutôt inhabituelle par l’inspecteur principal Donkor.

Donkor est un type tout sauf sympathique, dont l’ambition est à la mesure d’une totale absence de scrupules. Ainsi Kayo, de son vrai nom ghanéen Kwadwo, est chargé, ou plutôt sommé, de faire la lumière sur cette affaire, mais surtout de pondre un rapport du style « Les Experts », une série qu’affectionne l’inspecteur, qui puisse servir la cause de ce dernier aux yeux du ministre, et peu importe la vérité vraie. Voilà donc notre médecin légiste, qui après avoir passé une mauvaise nuit en cellule, part pour Donokor, affublé de Garba, un policier qui lui sert d’aide et de chauffeur. Kayo est content de pouvoir enfin exercer son métier, mais cependant contrarié par les circonstances dans lesquelles il est appelé à le faire. Détenteur de connaissances à la fois venues de l’étranger mais aussi de son éducation, dont il a retenu les bonnes façons de se comporter selon les coutumes de la société rurale de son pays, il va se mouvoir avec pas mal d’aisance et beaucoup de respect entre deux mondes. Il fait ainsi le lien entre sa science et sa technologie et le monde clos du village avec ses traditions ancestrales et un savoir tout aussi ancien mais pas moins efficace. Cela lui vaudra d’être apprécié et soutenu dans son enquête par les habitants du village, particulièrement par Opanyin Poku, dit Yao Poku, le chasseur, mais aussi le féticheur du village, Oduro, et ces deux-là semblent en savoir bien plus sur cette affaire que ce qu’ils en disent. Il faudra donc que Kayo prenne patience et se rende utile, tout en savourant le vin de palme et les bons plats de chez la troublante Akosuoa Darko et sa fille Esi, plus troublante encore, et qu’il écoute surtout jusqu’au bout l’histoire que Yao Poku va lui raconter. « Ah. Peut-être c’est ça l’histoire que tu cherches. Mais ce n’est pas moi qui peux te dire si c’est vrai. Je te raconte une histoire seulement. Sur cette terre ici, nous devons bien choisir quelle histoire nous allons raconter, parce que l’histoire là va nous changer. Ça va changer comment nous allons vivre après ».

Kayo savait qu’il ne pourrait jamais se faire une idée complète et précise de ce qui s’était passé dans la case, avant la fin du délai imparti pour rendre son rapport. « Il commençait même à se dire que l’ultime vérité des choses, comme l’amour, se trouvait hors de portée de toute explication scientifique».

Aussi, une fois sa mission remplie, sa confrontation avec la corruption des pouvoirs en place et ce qu’il avait appris de son séjour à Sonokrom le placent face à un choix qui met au défi son courage et son intégrité, mais plus encore, qui le poussent à décider qui il veut être véritablement. « Les lois des livres et le pouvoir des fusils n’enseigneront jamais les manières de faire avec les humains ».

Notre quelque part dans l’écriture duquel se mêle avec bonheur français classique et langue populaire d’Afrique de l’Ouest, est un bel hommage à l’identité profonde ghanéenne. Nii Ayikwei Parkes nous fait entrer ainsi de façon très originale dans l’intimité de son pays natal, nous fait découvrir, au-delà des travers et problématiques, sa beauté, sa sagesse et sa dimension humaine et donc universelle. C’est un livre rafraîchissant, d’une grande dignité et qui fait du bien.

« Ceux qui ont vécu savent que l’ombre n’est là que pour un temps ; le matin apporte avec lui sa lumière ».

 

Cathy Garcia

 


  • Vu : 2724

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Nii Ayikwei Parkes

 

Romancier, poète du spoken word, nourri de jazz et de blues, Nii Ayikwei Parkes est né au Ghana en 1974. Il partage sa vie entre Londres et Accra. Notre quelque part est son premier roman, très remarqué, finaliste du Commonwealth Prize.

 

A propos du rédacteur

Cathy Garcia

 

Lire tous les articles de Cathy Garcia

 

Rédactrice

Domaines de prédilection : littérature française et étrangère (surtout latino-américaine & asiatique)

Genres : romans, poésie, romans noirs, nouvelles, jeunesse

Maisons d’édition les plus fréquentes : Métailié,  Actes Sud

 

Née en 1970 dans le Var.

Premier Prix de poésie à 18 ans. Premiers recueils publiés en 2001.

A Créé en 2003 la revue de poésie vive NOUVEAUX DÉLITS. http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com

Fin 2009, elle fonde l’association NOUVEAUX DÉLITS :

http://associationeditionsnouveauxdelits.hautetfort.com/

Plasticienne autodidacte, elle compose ce qu’elle appelle des gribouglyphes,  mélange de diverses techniques et de collages. Elle illustre plusieurs revues littéraires et des recueils d’autres auteurs. Travail présenté publiquement depuis fin 2008 et sur le net :

http://ledecompresseuratelierpictopoetiquedecathygarcia.hautetfort.com

Elle s’exprime aussi à travers la photo, pas en tant que photographe professionnelle, mais en tant que poète ayant troqué le crayon contre un appareil photo : http://imagesducausse.hautetfort.com/ Ce qui  a donné lieu à trois Livr’art visibles sur internet dans la collection Evazine :

http://evazine.com/livre_art.htm