Identification

Les Livres

HHhH, Laurent Binet

Ecrit par Stéphane Vinckel , le Mardi, 21 Février 2012. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Grasset

LHHhH, 2010, Grasset 2010 (20,9 €) et LGF 2011 (7,50 €) . Ecrivain(s): Laurent Binet Edition: Grasset


Drôle de titre, drôle de livre.

Le titre renvoie au surnom de Reinhard Heydrich, chef d'Eichmann et bras droit d'Himmler : Himmlers Hirn heisst Heydrich / le cerveau d'Himmler s'appelle Heydrich. Heydrich qu'on surnommait aussi la « bête blonde », le « bourreau de Prague », « l'homme le plus dangereux du IIIè Reich ».

Comment écrit-on l'Histoire se demande l'auteur. Comment couche-t-on sur papier, l'obsession d'une vie, des heures et des heures de lectures, de visites, de films? Laurent Binet écrit sur Heydrich et sur l'attentat dont il fut la cible à Prague en 1942. Et il écrit sur ce qu'il écrit. Cette métafiction et cette réflexion sur comment écrire l'histoire de l'Histoire est passionnante. Professeur de français, il connaît les ficelles du roman : le terme générique -au sens de genre- figure sous le titre : c'est, ici, plus qu'ailleurs, à souligner (souvenez-vous de la polémique sur Jan Karski de Yannick Haenel).

Dès le départ, il nous offre un "contrat de lecture" (rappelez-vous, il est prof de français) et au fil du récit, ou plutôt des récits, il explique ses doutes, ses limites, ses scrupules, sa curiosité, son obsession pour le sujet qui empiète sur sa vie privée.

"Vivez !", Stéphane Hessel/Edouard de Hennezel/Patrice Van Eesel

Ecrit par Valérie Debieux , le Mardi, 21 Février 2012. , dans Les Livres, Recensions, Essais, La Une Livres, Carnets Nord

"Vivez !", Carnets Nord 2012. 96 p. 6 € . Ecrivain(s): Edouard de Hennezel et Patrice Van Eersel Edition: Carnets Nord

 

Entretiens avec Edouard de Hennezel et Patrice Van Eersel


Stéphane Hessel. Quatre-vingt-quatorze ans. Un esprit ouvert, curieux et enthousiaste. Être passionné par la vie. Toujours en activité à donner des conférences ou des interviews ici et là. Edouard de Hennezel et Patrice Van Eersel ont réussi à obtenir un entretien avec celui qui a contribué « à la mise en place d’institutions précieuses comme les Nations Unies, l’unification de l’Europe […] ».

Au fil de cet entretien, Stéphane Hessel expose ses valeurs humaines, ses convictions profondes, sa foi en la vie, et sa chance, dit-il, « a été , dans le milieu du XXe siècle, cruel pour beaucoup, d’avoir connu de grandes douleurs, de grandes souffrances – des tortures -, de fréquents risques de mort… et d’avoir pu sortir de tout cela en étant resté physiquement et psychologiquement intact. [...] Je suis très reconnaissant à la Vie. Je pense que la gratitude vis-à-vis du réel est une des forces sur lesquelles on peut s’appuyer, et qui peut même vous donner la possibilité de faire du bien à d’autres.

L'histoire cachée du nihilisme, Michèle Cohen-Halimi et Jean-Pierre Faye

Ecrit par Yannis Constantinidès , le Lundi, 20 Février 2012. , dans Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres

L’histoire cachée du nihilisme. Jacobi, Dostoïevski, Heidegger, Nietzsche, La Fabrique éditions, 2008, 310 p. 18 € . Ecrivain(s): Michèle Cohen-Halimi et Jean-Pierre Faye

 

Le titre de l’ouvrage est prometteur : il fallait en effet une synthèse sur la notion profondément ambiguë de nihilisme, qui connaît de grandes variations de sens au cours de sa brève histoire. Le lecteur s’attend donc à voir dévoilée cette « histoire cachée » (la formule est de Nietzsche, le « premier parfait nihiliste de l’Europe » (1)). Mais la promesse n’est qu’à moitié tenue, parce qu’il n’y s’agit pas réellement, ou seulement, de faire le récit philosophique des transformations de cette notion équivoque à partir de sa première formulation par l’étrange révolutionnaire Anacharsis Cloots (2). Toute la seconde partie de l’ouvrage, mal raccordée à la première, porte essentiellement sur Heidegger et Nietzsche (ce qui explique sans doute la curieuse inversion chronologique dans le sous-titre) et s’apparente plus à un pamphlet anti-heideggérien qu’à une étude rigoureuse de leurs rapports. D’où, à l’arrivée, un assemblage hybride, aussi trouble que son sujet.

Le livre se divise en deux « partitions », la première composée par Michèle Cohen-Halimi (MCH) et la seconde par Jean-Pierre Faye (JPF), celui-ci signant le prologue et celle-là l’épilogue, dans un esprit de parfaite parité.

Tarja, Jean-Noël Sciarini

Ecrit par Valérie Debieux , le Lundi, 20 Février 2012. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Jeunesse, La Joie de lire

Tarja, 2011, 256 p., 16 € . Ecrivain(s): Jean-Noël Sciarini Edition: La Joie de lire

Le ton est donné au début de l’ouvrage via une citation d’Einstein : « Il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé ».

Tarja est victime d’une rumeur, elle serait une « salope ». Jeune fille de son temps, elle connaît un franc succès auprès de la gente masculine avec, pour douloureux corrélat, une médisance crasse à son égard. Aucun propos insultant ne lui est épargné ; « facebook » sert de plate-forme aux commérages. Qui est donc « Tarja » sur laquelle tout le monde se défoule ? Dès les premières lignes, je me suis attachée à cette jeune fille, forte et fragile à la fois, qui, « du haut » de ses seize ans, va être happée par un monde sans pitié, celui de l’incompréhension, de l’exclusion et de la haine : elle a en effet décidé d’assumer sa grossesse malgré la complice indifférence du « Sénat » de son collège.

Tout est nuancé et écrit en filigrane ; nous avançons avec l’héroïne, nous souffrons avec elle, sans pathos, et nous apprenons à découvrir la vraie personnalité de Tarja. Une merveilleuse amitié la soude à Léon, fidèle et meilleur ami – personnage phare de ce roman qui émeut et séduit tant par sa loyauté que par sa sensibilité puis on se laisse surprendre également par l’amitié « forte et invisible » liant Tarja à Einstein ; au fil des pages, le récit nous rapproche de cette jeune fille qui finit par devenir « notre » meilleure amie et confidente et c’est ce qui fait l’une des forces de ce texte.

Evasion du couloir de la mort, Edward Bunker

Ecrit par Yan Lespoux , le Dimanche, 19 Février 2012. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Nouvelles, Rivages/Thriller

Évasion du couloir de la mort (Death Row Breakout and other stories, 2010), trad. de l’anglais (américain) par Freddy Michalski, Février 2012. 235 p., 20€ . Ecrivain(s): Edward Bunker Edition: Rivages/Thriller

 

Après Stark, roman de jeunesse publié il y a quatre ans, Rivages continue l’édition de textes inédits d’Edward Bunker (mort en 2005). En l’occurrence, Évasion du couloir de la mort est un recueil de six nouvelles – dont celle qui donne son titre au livre – auxquelles s’ajoute en introduction une lettre de Bunker à son éditeur à propos de ces textes qui constitue elle aussi, à sa manière, une nouvelle à part entière. À la différence près que celle-ci est clairement autobiographique.

On retrouvera dans ce recueil les thématiques habituellement abordées par Edward Bunker dans ses romans. Ancien détenu (il a passé pas moins de 18 ans en prison après être passé par différents centres de redressement pour mineurs), Bunker a bien entendu des comptes à régler avec la prison qui est le point central de son œuvre, et ce recueil ne fait pas exception à la règle.