Livres

Identification

Les Livres

La conversation, Jean D'Ormesson

Ecrit par Valérie Debieux , le Mardi, 04 Octobre 2011. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Récits, La rentrée littéraire, Héloïse D'Ormesson

La conversation. 120 p. 15€ . Ecrivain(s): Jean D'Ormesson Edition: Héloïse D'Ormesson


Au travers de cet ouvrage, Jean d’Ormesson nous convie à assister à un dialogue imaginaire entre Napoléon Bonaparte et Jean-Jacques Régis de Cambacérès, un soir du début d’hiver 1803-1804, aux Tuileries. Cette conversation prend place à un moment où Napoléon, seul maître de la France après le coup d’Etat du 18 Brumaire suivi de la proclamation de la Constitution du 22 Frimaire, n’a eu de cesse, depuis lors, de réorganiser le pays [création de la Banque de France, mise sur pied du corps préfectoral, création de Chambres de commerce] et de renforcer son pouvoir intérieur [signature du Concordat et Constitution du 16 Thermidor] et ce, parallèlement aux victoires militaires [Héliopolis, Marengo, Hohenlinden] et la signature de traités de paix avec l’extérieur [Lunéville, Florence, Paris et Amiens (paix rompue l’année suivante)] nécessaires à ses réformes. Il ne reste plus au Premier Consul qu’à régler une seule question pour asseoir définitivement son statut de souverain et garantir la pérennité de son œuvre : celle de sa succession. Le seul titre trouvant grâce à ses yeux sera celui d’empereur avec, pour symbole, l’abeille, et pour principe, la récompense du talent. Ce choix, il souhaite s’en ouvrir auprès du deuxième consul, Cambacérès.

Les Fantômes de Belfast, Stuart Neville

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Dimanche, 02 Octobre 2011. , dans Les Livres, Recensions, Polars, La Une Livres, Iles britanniques, La rentrée littéraire, Rivages/Thriller

Les fantômes de Belfast, (The ghosts of Belfast). Trad. De l’anglais (Irlande) par Fabienne Duvigneau. 410 p. 22€. Août 2011 . Ecrivain(s): Stuart Neville Edition: Rivages/Thriller

 

Il est difficile de composer univers et roman plus noirs que ce livre. La mort, les morts en sont les figures dominantes et ordonnent (au sens littéral du terme, donnent ordre) l’existence et l’action du héros, dans un Belfast « en paix », sauf dans la tête dévastée de l’un de ses tristes anciens héros.

Gerry Fegan fut un tueur de l’IRA dans les années terribles qui ensanglantèrent l’Irlande du Nord et y installèrent une terreur meurtrière pendant des décennies. Pas n’importe quel tueur : une des plus efficaces machines à exécuter les « contrats » de l’organisation. Sang-froid, précision, absence absolue d’états d’âme, une pépite létale pour les chefs de l’IRA.

Aujourd’hui, après les années de prison qui ont suivi la paix de 1998, Gerry est dépressif, ivrogne et surtout hanté par le passé. Ici encore hanté doit être pris au sens le plus fort : il vit entouré, suivi, en permanence par les fantômes de ses victimes de naguère. Policiers, membres de l’UFF (unionistes anti-catholiques), mais aussi victimes par hasard, fauchées par des bombes aveugles ou des contrats bidons. Hanté par cette mère et son bébé déchiquetés par la bombe posée dans une boucherie (effroyable ironie).

La Lanterne d'Aristote, Thierry Laget

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Dimanche, 02 Octobre 2011. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Gallimard, La rentrée littéraire

La Lanterne d’Aristote, 321 pages, 19 €. . Ecrivain(s): Thierry Laget Edition: Gallimard

« Je croyais m’être introduit dans un roman : j’en ai vu un, ouvert sur un lutrin. »

Ainsi, le narrateur de La Lanterne d’Aristote pénètre-t-il pour la première fois dans la bibliothèque dont il est chargé de dresser l’inventaire ; et avec lui, le lecteur entre dans une œuvre où les livres abondent et chantent en chœur, où le rêve le dispute à une réalité plus amère mais tenue à distance, où le livre commence à s’écrire à mesure que se fait l’exploration des ouvrages anciens.

Le cadre serait idéal pour un roman gothique et assurément l’auteur doit en être amateur : un château et ses souterrains, une tour soi-disant inhabitée mais souvent éclairée, une comtesse froide au nom précieux, Azélie, des domestiques au passé douteux, des morts inexpliquées, et bien sûr des livres, des livres encore et encore. Sur ce décor, se joue une pièce aux accents de vaudeville de campagne puisque notre héros bibliophile tombe amoureux des différentes personnes qu’il rencontre dans les environs : la comtesse, une jeune historienne de l’art, une marchande des quatre saisons, une veuve mystérieuse, une bibliothécaire sexy – et oui. Mais l’amour s’échappe et finalement le salut demeure dans les manuscrits et les vieilles pierres.

Chaque fois l'éternité, Roland Tixier

Ecrit par Martine L. Petauton , le Samedi, 01 Octobre 2011. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Poésie, Le pont du change

Chaque fois l’éternité, Editions Le Pont du Change, 12 €, 62 p. juillet 2011 (réédition) . Ecrivain(s): Roland Tixier Edition: Le pont du change

En poésie, quand les mots, le rythme, le balancement servent à tout : les images, les sons, les odeurs aussi… il peut y avoir du lyrique, du romantique, du grandiose et parfois du grandiloquent, de l’hermétique aussi – ce qui n’enlève rien au bonheur qu’on prend à cet art particulier des mots…

Et puis, il y a aussi, de temps à autre, des petits livres rares et précieux, comme celui-ci, et ses cinq vers, qui, d’entrée, résument le tout :


« fin juin en ville

ailleurs les blés

le temps de l’enfance

les grandes vacances

chaque fois l’éternité »

Deux enfants, Pierre Vavasseur

Ecrit par Sophie Adriansen , le Vendredi, 30 Septembre 2011. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Récits, Editions du Moteur

Deux enfants, Editions du Moteur, septembre 2011, 42 pages, 9,50 euros . Ecrivain(s): Pierre Vavasseur Edition: Editions du Moteur

On ne met pas longtemps à comprendre qui sont les deux enfants. François et son papa forment un tandem improbable, tendre et extrêmement touchant, lorsque la mère qui gérait le foyer avec autorité s’en va retrouver un autre homme. A moins que, finalement, il ne s’agisse des deux parents, bien moins adultes que leur fils ?

Car le petit François prend la situation en main, avec l’instinct qui pousse l’être humain, même jeune, à combler le manque lorsqu’il prend conscience de celui-ci.

« Nous avons repris le cap. La gare est au bout de la rue. Le restaurant sur la droite. Il s’appelle Le Terminus. La dernière fois qu’il a mangé ailleurs, c’était pour son mariage. Quant à moi, ça ne m’est jamais arrivé. Je ne sais pas comment on fait pour manger au restaurant. J’ai que dix ans » (p.16).

L’écriture de Pierre Vavasseur, simple et émouvante, regorge d’images. En quelques lignes, on est propulsé plusieurs décennies en arrière, dans une époque, un décor, un mode de vie dépeints avec une grande justesse. Les dialogues sont une merveille, comme si l’économie de mots aussi était nécessaire lorsqu’on est dans le besoin.