Identification

Sous l’œil de Dieu, Jerome Charyn

Ecrit par Didier Smal 05.12.16 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Rivages/noir, Polars, Roman, USA

Sous l’œil de Dieu, février 2016, trad. anglais (USA) Marc Chénetier, 288 pages, 9 €

Ecrivain(s): Jerome Charyn Edition: Rivages/noir

Sous l’œil de Dieu, Jerome Charyn

 

Auteur ultra-prolifique, avec plus de cinquante volumes à son actif, principalement des romans et quelques recueils de nouvelles, Jerome Charyn (1937) est considéré comme l’un des piliers de la littérature américaine de la seconde moitié du vingtième siècle, célébré tant par ses pairs que par la critique, celle-ci n’hésitant pas à le qualifier de « Balzac américain contemporain ». En France, il a même reçu le titre de Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres. Tout cela est très engageant, et quelques excellents souvenirs de lecture, s’ils ne corroborent pas exactement toutes les louanges reçues, font foi que Charyn fait partie des auteurs qui comptent.

C’est donc avec une délectation anticipée qu’on ouvre Sous l’œil de Dieu (2012), dernière en date des histoires suivant un des personnages clés de l’œuvre de Charyn, Isaac Sidel, un flic new-yorkais ayant, au fil des romans dont il est le héros, gravi les échelons jusqu’à devenir Maire de la Grosse Pomme et, dans le présent roman, s’attaquer à la Maison Blanche. Il a en effet été choisi pour assurer la vice-présidence de J. Michael Storm, le président élu, et celui-ci, sombrant peu à peu, s’apprête à endosser le rôle de dirigeant de la nation la plus puissante du monde.

Bien évidemment, cela ne peut se produire sans embûches diverses, la pègre comme le CND (Comité National Démocrate) s’en mêlant, ainsi qu’un tueur à gages prétendant être l’œil de Dieu (d’où le titre), plus des rumeurs potentielles sur une relation pédophilique avec Marianna Storm (une gamine de douze ans qui adore Sidel autant que celui-ci l’adore, mais en tout bien tout honneur) et une plongée dans le passé criminel de New-York au travers d’un immeuble mythique, l’Ansonia, et du successeur désigné d’Arthur Rothstein, un certain David Pearl.

Tout cela serait passionnant si l’on parvenait seulement à s’attacher à l’un ou l’autre personnage, si l’on n’avait pas l’impression fâcheuse que Charyn complexifie à dessein son intrigue, entremêlant les fils narratifs sans qu’on voie très bien où il veut en venir – sauf à la fin du roman, bien sûr. Attention, que les choses soient claires : Charyn maîtrise son art, c’est le moins qu’on puisse dire, et le puzzle s’élabore peu à peu avec beaucoup d’intelligence – mais un peu trop peut-être, justement. Charyn ne laisse pas le lecteur respirer, qui est sans cesse sollicité, prié de garder le moindre fait, la moindre information (et il y en a, mazette, il y en a !…) en mémoire afin de ne pas perdre le fil.

Entre les manigances des démocrates, celles du président sortant, celles d’un roi de la pègre névrosé qui ne sort jamais de son repère (ou alors en pantoufles et pull bouffé aux mites), sans parler de l’armée qui s’en mêle discrètement, elle qui veut installer une base aux portes de New-York, on se dit que le pauvre Sidel devrait avoir le tournis et, à l’image du lecteur peu habitué à pareille accumulation, demander une pause. Une pause destinée par exemple à approfondir tel ou tel sujet, car là est probablement le plus gros problème de ce roman : à trop vouloir accumuler d’éléments narratifs en moins de trois cents pages, Charyn n’en développe aucun jusqu’au bout, n’approfondit pas des sujets qui pourraient être passionnants et donneraient à eux seuls suffisamment à penser à un Sidel surhomme et tout à fait irréel dans L’œil de Dieu ; en particulier, une attention plus grande aurait pu être accordée à l’histoire de la pègre new-yorkaise – mais il est vrai que Nick Tosches s’y est déjà attelé avec son très bon roman, Le Roi des Juifs.

Quoi qu’il en soit, on réservera ce roman-ci aux inconditionnels de Charyn, les autres risquant de toute façon de passer à côté d’un certain nombre de références, entre autres celles faites à la fille du personnage principal, cette Marilyn qui, dingue, donna son titre à un roman d’une tout autre trempe que celui-ci.

 

Didier Smal

 


  • Vu : 1573

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Jerome Charyn

 

Né de parents juifs russo-polonais et Jerome Charyn a passé son enfance dans un quartier du Bronx, à New York, au sein d'une famille pauvre, son père était ouvrier fourreur, puis fabricant d'ours en peluche. Auteur de plus de trente romans, récits, essais, contes pour les enfants, nouvelles, Jerome Charyn vit maintenant surtout à Paris après avoir vécu à San Francisco et enseigné à l’université de Stanford. Aujourd'hui il enseigne l'esthétique du cinéma et du roman policier aux étudiants de l'Université américaine, tout en retournant de temps en temps à New-York.

Michael Chabon le décrit comme étant « l’un des plus importants écrivains de la littérature américaine.”

Le New York Newsday dépeint Charyn comme « un Balzac américain contemporain » et le Los Angeles Times le décrit comme étant « d’entre tous les écrivains américains, absolument unique. »

 

A propos du rédacteur

Didier Smal

Lire tous les articles de Didier Smal

 

Didier Smal, né le même jour que Billie Holiday, cinquante-huit ans plus tard. Professeur de français par mégarde, transmetteur de jouissances littéraires, et existentielles, par choix. Journaliste musical dans une autre vie, papa de trois enfants, persuadé que Le Rendez-vous des héros n'est pas une fiction, parce qu'autrement la littérature, le mot, le verbe n'aurait aucun sens. Un dernier détail : porte tatoué sur l'avant-bras droit les deux premiers mots de L'Iiade.