Livres

Identification

Les Livres

Pensées en désuétude, Fanny Cosi

Ecrit par Arnaud Genon , le Jeudi, 06 Octobre 2011. , dans Les Livres, Recensions, Biographie

Pensées en désuétude, éditions Edilivre A Paris, 2010, 172 pages. . Ecrivain(s): Fanny Cosi

La quatrième de couverture de Pensées en désuétude inscrit le projet de Fanny Cosi dans la lignée de Nathalie Sarraute, plus précisément dans ce que l’auteur d’Enfance appelait  « tropismes » à savoir ces « mouvements indéfinissables qui glissent très rapidement aux limites de la conscience [, qui] sont à l'origine de nos gestes, de nos paroles, des sentiments que nous manifestons, que nous croyons éprouver et qu'il est possible de définir [et qui] paraissent encore constituer la source secrète de notre existence. » (Le langage dans l'art du roman, 1970).

Ces « pensées » fragmentaires tentent donc de saisir des instants, des sensations, des sentiments, des ressentis, les états d’âme d’un « moi » éclaté, parcellaire, qui cherche à rassembler ou à perdre – on ne sait pas, on hésite –, les parcelles éparses de ce qui constitue une identité, de ce qui enracine le « je », le détermine. Fanny Cosi y expose, comme pour s’en défaire, les déchirures, les fractures d’une vie. Les drames, les pertes. Pour s’en sauver. « J’écris sans doute pour me raccrocher à la vie… Me rapprocher de moi. M’aime. Je. » On y trouve aussi l’évocation du « sentiment amoureux », du désir, des fantasmes…

Nation Pigalle, Anne Plantagenet

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mercredi, 05 Octobre 2011. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Stock

Nation Pigalle, 2011, 493 p. 22,50 € . Ecrivain(s): Anne Plantagenet Edition: Stock

A une France en quête d’identité, Nation Pigalle renvoie la représentation d’un quartier cosmopolite, où les classes sociales et les personnages les plus divers se côtoient, où les strates temporelles viennent se télescoper. Un joyeux bazar. Plus joyeux pour les uns que pour les autres. Cela dépend du train de vie que l’on peut se permettre. Or, dans ce Pigalle, des personnages privilégiés croisent une concierge esseulée et un poète SDF.

La mère de Timothée a mis le feu à son appartement, à l’angle de l’avenue Trudaine et de la rue des Martyrs. C’est le déclencheur d’une série de remises en question, de mini cataclysmes venant ébranler le quotidien. Timothée va-t-il enfin quitter sa femme pour Gaia ? Va-t-il renouer avec ses fils ? Surgit ensuite la traductrice Louisa, voisine de la vieille dame suicidaire, que la fumée imprégnée va peu à peu obliger à sortir de chez elle, rencontrant une amante passionnée et une nouvelle vocation pour le porno. Elan de vie et de désir qui la pousse dans les bras de son mari avec d’autant plus d’ardeur.

On sait d’emblée, dans ce roman choral, que les différents protagonistes vont finir par se rencontrer et leurs histoires par s’entremêler. On l’attend même. De ces portraits réalisés d’un souffle surgissent quelques trouvailles précieuses, des moments invraisemblables, des questionnements inévitables.

Vers la mer, Anne-Sophie Stefanini

Ecrit par Sophie Adriansen , le Mercredi, 05 Octobre 2011. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Jean-Claude Lattès, La rentrée littéraire

Vers la mer, août 2011, 235 p. 17 € . Ecrivain(s): Anne-Sophie Stefanini Edition: Jean-Claude Lattès

A la veille de son premier voyage de femme, Laure, tout juste majeure, retrouve à Paris sa mère. C’est ensemble qu’elles feront le début du chemin, à Nice que leurs routes se sépareront. C’est ce qui est prévu, mais la vie enseigne que le meilleur moyen de faire surgir l’inattendu est de planifier les choses.

La route sera donc jalonnée d’incidents et de rencontres, parmi lesquelles – les plus importantes d’entre toutes – celle d’une mère avec sa fille, celle d’une fille avec sa mère, et celle d’une mémoire familiale.

« Catherine avait un passeport qu’elle n’avait pas acheté sur un marché de Constantine. Elle avait hérité d’une nationalité orgueilleuse qui pouvait aller partout et prétendait tout voir, tout connaître, tout dominer. Elle possédait de l’argent invisible, sur un compte sécurisé, disponible dans toutes les villes du monde, toutes celles où Slimène était allé en dissimulant les billets de plusieurs devises dans ses chaussettes. Laure, quoi qu’elle fasse, serait bientôt comme elle, une femme établie, qui voyagerait sans crainte, un billet dans sa poche. Mais si elle rencontrait Slimène sur ce banc, elle serait séduite et voudrait lui ressembler comme elle croyait pouvoir revivre l’excitation et l’éblouissement des exploratrices d’un autre siècle » (page 154).

La conversation, Jean D'Ormesson

Ecrit par Valérie Debieux , le Mardi, 04 Octobre 2011. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Récits, La rentrée littéraire, Héloïse D'Ormesson

La conversation. 120 p. 15€ . Ecrivain(s): Jean D'Ormesson Edition: Héloïse D'Ormesson


Au travers de cet ouvrage, Jean d’Ormesson nous convie à assister à un dialogue imaginaire entre Napoléon Bonaparte et Jean-Jacques Régis de Cambacérès, un soir du début d’hiver 1803-1804, aux Tuileries. Cette conversation prend place à un moment où Napoléon, seul maître de la France après le coup d’Etat du 18 Brumaire suivi de la proclamation de la Constitution du 22 Frimaire, n’a eu de cesse, depuis lors, de réorganiser le pays [création de la Banque de France, mise sur pied du corps préfectoral, création de Chambres de commerce] et de renforcer son pouvoir intérieur [signature du Concordat et Constitution du 16 Thermidor] et ce, parallèlement aux victoires militaires [Héliopolis, Marengo, Hohenlinden] et la signature de traités de paix avec l’extérieur [Lunéville, Florence, Paris et Amiens (paix rompue l’année suivante)] nécessaires à ses réformes. Il ne reste plus au Premier Consul qu’à régler une seule question pour asseoir définitivement son statut de souverain et garantir la pérennité de son œuvre : celle de sa succession. Le seul titre trouvant grâce à ses yeux sera celui d’empereur avec, pour symbole, l’abeille, et pour principe, la récompense du talent. Ce choix, il souhaite s’en ouvrir auprès du deuxième consul, Cambacérès.

Les Fantômes de Belfast, Stuart Neville

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Dimanche, 02 Octobre 2011. , dans Les Livres, Recensions, Polars, La Une Livres, Iles britanniques, La rentrée littéraire, Rivages/Thriller

Les fantômes de Belfast, (The ghosts of Belfast). Trad. De l’anglais (Irlande) par Fabienne Duvigneau. 410 p. 22€. Août 2011 . Ecrivain(s): Stuart Neville Edition: Rivages/Thriller

 

Il est difficile de composer univers et roman plus noirs que ce livre. La mort, les morts en sont les figures dominantes et ordonnent (au sens littéral du terme, donnent ordre) l’existence et l’action du héros, dans un Belfast « en paix », sauf dans la tête dévastée de l’un de ses tristes anciens héros.

Gerry Fegan fut un tueur de l’IRA dans les années terribles qui ensanglantèrent l’Irlande du Nord et y installèrent une terreur meurtrière pendant des décennies. Pas n’importe quel tueur : une des plus efficaces machines à exécuter les « contrats » de l’organisation. Sang-froid, précision, absence absolue d’états d’âme, une pépite létale pour les chefs de l’IRA.

Aujourd’hui, après les années de prison qui ont suivi la paix de 1998, Gerry est dépressif, ivrogne et surtout hanté par le passé. Ici encore hanté doit être pris au sens le plus fort : il vit entouré, suivi, en permanence par les fantômes de ses victimes de naguère. Policiers, membres de l’UFF (unionistes anti-catholiques), mais aussi victimes par hasard, fauchées par des bombes aveugles ou des contrats bidons. Hanté par cette mère et son bébé déchiquetés par la bombe posée dans une boucherie (effroyable ironie).