Identification

Articles taggés avec: Mahdi Yasmina

Selfies pour la planète, Bénédicte Nemo, éditions Cipango (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Jeudi, 02 Décembre 2021. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Jeunesse

Selfies pour la planète, Bénédicte Nemo, éditions Cipango, septembre 2021, 48 pages, 18 €

La relation de l’homme à l’animal n’a cessé de rapprocher celui-ci de celui-là : de sauvage à domestique puis de familier à apprivoisé (Jean-Luc Guichet)

 

Animalia

Dans ce magnifique livre-jeunesse au format de 29,1 x 22 cm, Bénédicte Nemo, née à Dakar en 1972, diplômée de l’École nationale supérieure des Arts décoratifs de Paris, a portraituré avec virtuosité une vingtaine de jeunes personnes en présence d’animaux de leur choix. L’illustratrice cite en exergue Darwin qui abolit les hiérarchies entre l’homme et l’animal. Des enfants et des adolescent(e)s se sont prêtés à un exercice littéraire ainsi qu’à des séances de pose. Ils ont collaboré avec l’illustratrice comme modèles pour constituer des cabinets de portraits où les œuvres sont logées cadre à cadre. B. Nemo a saisi les visages et le buste de filles et de garçons en compagnie d’herbivores, de carnivores, domestiques ou sauvages, au sein de leur milieu naturel – forêt, plaine, jungle, montagne, océan, fleuve.

Les Deux Géants, Régis Lejonc, Martin Jarrie (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Vendredi, 19 Novembre 2021. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Jeunesse

Les Deux Géants, Régis Lejonc, Martin Jarrie, éditions HongFei, octobre 2021, 44 pages, 18,90 €

 

 

Dans le Cosmos

Ce bel album de format conséquent, 25 cm x 34 cm, relié et intitulé Les Deux Géants, a été réalisé par Régis Lejonc (né en 1967, auteur, récompensé du Prix Sorcières en 2018 et 2020) et Martin Jarrie (né en 1953, illustrateur reconnu internationalement, ayant reçu en 2013 la « Mention » Prix Fiction). Deux étranges figures animées traversent le ciel de jour et de nuit, en un cycle complet, les pieds en bas, les pieds en haut, aux antipodes, la tête dans la stratosphère, sans jamais se rencontrer et sans interruption. Et l’univers en est parfois tout bouleversé ! Le texte a été écrit par Régis Lejonc il y 20 ans, à la manière d’une comptine, d’un poème en prose composé de phrases très courtes. La mise en page soignée, esthétique, confère au conte féérique une grande autonomie.

Nouveau Départ (La saga des Cazalet, IV), Elizabeth Jane Howard (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Vendredi, 12 Novembre 2021. , dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres

Nouveau Départ (La saga des Cazalet, IV), Elizabeth Jane Howard, La Table Ronde/Quai Voltaire, octobre 2021, trad. anglais, Cécile Arnaud, 624 pages, 24 €

 

Un petit empire

Elizabeth Jane Howard poursuit le quatrième volume de sa saga familiale, dans un style narratif qui s’immobilise souvent dans la contemplation et la description de détails d’une infinie préciosité. La plupart des membres de la famille Cazalet s’installent à Londres : les trois frères, Hugh le veuf, père de Polly, Simon et Williams ; Edward le sensuel, père de Louise, Teddy et Lydia, et Rupert, le revenant, père de Clarissa, Neville et Juliet. Seule reste à Home Place, avec « sa rocaille et ses roses », la Duche, car le Brig va décéder. Et tapis ici, les rancœurs, les rejets, les maladies, la décrépitude et la mort. Les récits rétrospectifs permettent de se familiariser ou de retrouver chacun des personnages, lesquels régressent ou évoluent, au caractère plutôt conservateur, dans l’après-guerre, de 1945 à 1947, au milieu des démobilisés, des disparus, d’« un million de personnes sans logis ». D’où l’importance de la nourriture, des objets chers et chéris, comme ce « petit mouchoir de dentelle blanc », symbolisant l’ancrage affectif au milieu de la pénurie d’un Londres dévasté.

Toutes ces vies que je n’aurai jamais, Vincent Labay (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Jeudi, 21 Octobre 2021. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Essais

Toutes ces vies que je n’aurai jamais, Vincent Labay, éditions Conspiration, septembre 2021, 250 pages, 20 €

 

Dépersonnalisation. Déréalisation

C’est par la négative « je ne serai jamais » que Vincent Labay appréhende différentes trajectoires normées, normatives, ou quelquefois bizarres. V. Labay livre aux lectrices et lecteurs 62 vies rêvées, réalistes ou fantasmées. Entre l’errance artistique d’« un oiseau de nuit », l’instabilité et la paisible existence « d’homme au foyer », quelle est la meilleure solution ? Pour quel choix opter ? Ce à quoi l’auteur répond : « À quoi bon exister puisque c’est absurde ? ». Mieux vaut côtoyer la mort que « cet ennui généralisé ». Sans doute, en sous-texte, il y a tout ce que Labay a accompli, tenté d’accomplir, ou raté. Il effectue un vaste balayage de l’Histoire, avec des dates précises, des moments-clés, il bluffe sur sa vie privée, met au monde une quantité d’enfants, brode sur sa descendance, son curriculum vitae.

L’histoire d’Erika, Ruth Vander Zee, Roberto Innocenti (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Vendredi, 15 Octobre 2021. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Histoire, Jeunesse, USA

L’histoire d’Erika, Ruth Vander Zee, Roberto Innocenti, éditions D’Eux, septembre 2021, trad. anglais, Christiane Duchesne, 24 pages, 14 €

 

Déportation


Ruth Vander Zee, née près de Chicago, longtemps enseignante puis suppléante, a écrit deux livres à succès, Erika’s Story et Mississipi Morning. Après une première version intitulée L’étoile d’Erika, sortie en 2003, France Leduc et Yves Nadon, des éditions canadiennes D’eux, ont jugé important de publier à nouveau ce grand album jeunesse, avec un tout nouveau graphisme et une nouvelle traduction de Christiane Duchesne. L’histoire est terrible en soi : une femme confie un secret douloureux, ayant été lancée nourrisson hors d’un train en route vers un camp de la mort nazi en 1944, élevée par quelqu’un qui a risqué sa propre vie pour sauver la sienne. L’histoire d’Erika est illustrée par Roberto Innocenti, né près de Florence en 1940, affichiste et graphiste, dont l’œuvre plastique a été couronnée du Prix Hans Christian Andersen en 2008.