Identification

Articles taggés avec: Durry Jean

Une histoire populaire du football, Mickaël Correia (par Jean Durry)

Ecrit par Jean Durry , le Lundi, 11 Février 2019. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Histoire, La Découverte

Une histoire populaire du football, mars 2018, 413 pages, 21 € . Ecrivain(s): Mickaël Correia Edition: La Découverte

 

Le Football est devenu l’archétype d’un « Sport-spectacle » avec toute son attractivité et tous ses excès : le poids écrasant de l’argent et de toutes les tentations qu’il engendre ; le déchaînement incontrôlé, sinon incontrôlable, des multitudes qu’il traîne et des soi-disant « supporters ».

De tout cela, Mickaël Correia prend volontairement le contre-pied : qu’il en soit remercié.

Dans son introduction, le principe est clairement énoncé : « A rebours des critiques radicales du sport qui décrivent sans nuance le football comme un nouvel “opium du peuple” et considèrent avec hauteur les millions de personnes qui se passionnent pour ce sport comme une masse indistincte d’aliénés, ce livre invite à découvrir ce qu’il y a de subversif dans le football et à s’intéresser à toutes celles et ceux qui en ont fait une arme d’émancipation. Au cours de l’histoire et aux quatre coins du monde, le football a été en effet le creuset de nombre de résistances à l’ordre établi […] Ce livre […] se penche aussi bien sur les footballeurs contestataires et en marge que sur le football institutionnel et professionnel […] L’ouvrage fait le pari que le football reste avant tout et malgré tout un formidable levier pour reprendre le pouvoir sur nos corps et nos vies ».

Les Origines Sportives du Cinéma, Georges Demenÿ (par Jean Durry)

Ecrit par Jean Durry , le Lundi, 04 Février 2019. , dans La Une Livres, Critiques, Arts, Les Livres, Histoire

Les Origines Sportives du Cinéma, Somogy Editions d’Art, INSEP, 2017, 240 pages, 35 € . Ecrivain(s): Georges Demenÿ

 

De haut niveau.

L’intérêt des Editions Art Somogy pour le thème du sport, manifesté par exemple dès 1996 avec l’édition de L’affiche de sport dans le monde, de François et Serge Laget, s’exprime ici de la façon la plus pertinente. Une maquette impeccable soutient un texte aussi nourri que précis.

L’équilibre noir et blanc d’une mise en page esthétique met en valeur la qualité exceptionnelle des documents réunis. En hommage à André Drevon et à son travail pionnier des années 1990 ainsi qu’à Pierre Simonet, fondateur de l’iconothèque de l’INSEP – Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance –, sont donc resitués la trajectoire et l’apport de Georges Demenÿ – fin visage, lorgnons, moustache et barbiche. L’équipe conduite par Patrick Diquet, s’appuyant sur la restitution des images menée de longue haleine par Stéphane Dabrowski, ainsi que sur les recherches de Christophe Meunier pour la préparation du présent ouvrage, s’est de propos délibéré inscrite dans les pas et le sillage de Drevon, reprenant volontairement les jalons qu’il a posés et le titre même donné en 1994 au film qu’il avait consacré à Demenÿ.

Bicyclettres, Jean-Acier Danès (par Jean Durry)

Ecrit par Jean Durry , le Mercredi, 30 Janvier 2019. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Récits, Voyages, Seuil

Bicyclettres, janvier 2018, 221 pages, 17 € . Ecrivain(s): Jean-Acier Danès Edition: Seuil

 

 

« Pour célébrer mes dix-huit ans […] j’ai conduit ma bicyclette vers des lectures que j’affectionne – ou leurs auteurs. Cela m’est apparu comme un bon socle pour rentrer dans l’âge adulte. Durant deux ans […] pédaler a signifié rendre visite à mes écrivains, à mes œuvres préférées […]. A la grâce de voyages pleins d’aléas et de rencontres, j’ai voulu écrire ces pages comme un carnet de [route], riche d’un désir que la littérature avait fait naître ».

Partant le plus souvent de Lyon, ne faisant qu’un avec sa fidèle « Causette », Jean-Acier Danès a rendu en première instance visite au Cimetière sétois et à Paul Valéry. « Au retour, en zigzaguant à bicyclette sur la ligne blanche tracée sur l’asphalte de la route, j’ai décidé de suivre les lignes noires des livres que j’aimais ».

Le sport et la Grande Guerre, Paul Dietschy (par Jean Durry)

Ecrit par Jean Durry , le Mercredi, 23 Janvier 2019. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Histoire

Le sport et la Grande Guerre, Editions Chistera, septembre 2018, 482 pages, 21 € . Ecrivain(s): Paul Dietschy

 

Dans le flot, la marée, des publications générées par le centenaire du dénouement de la première Guerre mondiale, celle-ci aura été l’une des dernières. Or le sujet justifiait effectivement d’être traité en profondeur. C’est le mérite des jeunes Editions Chistera d’avoir permis à Paul Dietschy, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Franche-Comté, de donner une forme définitive au travail qu’il a mené depuis une décennie et de le rendre accessible au public.

Nul doute que la période 1910-1918 ait marqué un moment dans la reconnaissance du fait sportif par la société française. Et ce n’est pas un paradoxe si une bonne moitié de l’ouvrage est consacrée à l’analyse du sport tel qu’il s’inscrivait dans le paysage et la vue de l’hexagone avant la déclaration du conflit. Car pour l’auteur, la Grande Guerre a permis et favorisé le développement des pratiques sportives, mais non pas une explosion inattendue ou peu prévisible par son ampleur ; il diffère en cela de Michel Merckel dont le 14-18, le sport sort des tranchées : Un héritage inattendu de la Grande Guerre avait défriché le terrain en 2012 (éditions Le Pas d’oiseau, 2ème édition revue et augmentée en 2013).

Le garçon qui courait, François-Guillaume Lorrain

Ecrit par Jean Durry , le Mercredi, 07 Mars 2018. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Récits, Sarbacane

Le garçon qui courait, janvier 2017, 232 pages, 15,50 € . Ecrivain(s): François-Guillaume Lorrain Edition: Sarbacane

 

Un des moments inoubliables des Dieux du Stade de Leni Riefenstahl : le crâne rond aux cheveux coupés entièrement courts, il martèle son ombre sur le sol à petites foulées implacablement régulières et les gouttes de sueur se détachent l’une après l’autre de son visage. Sur la plus haute marche du podium du marathon des Jeux Olympiques de Berlin 1936, tandis que monte au mât le drapeau du Japon, Son Kitei baissera obstinément la tête [tout comme son compatriote Nam, troisième derrière l’Anglais Harper], précédant de 32 années les Tom Smith et John Carlos révoltés des Jeux de Mexico.

En vérité, il s’appelle de naissance Shon Kee-Chung et il est Coréen. Mais depuis 1919 la Corée n’existe plus aux yeux du monde, rayée, phagocytée par l’envahisseur nippon en constante expansion sur l’Asie du Sud-Est. Ce sont cette histoire et cette douleur dont s’est nourri François-Guillaume Lorrain en romançant avec finesse la destinée réelle du petit garçon de 7 ans qui, détalant à toutes jambes pour échapper comme son aîné d’un lustre Hyo-Dong aux sommations de leur poursuivant en uniforme, prend à peine conscience qu’il a rejoint puis dépassé son grand frère. Ainsi « ce petit bonhomme court sur pattes » qui « jusque-là n’aimait rien tant que la lenteur » se révèle-t-il à lui-même.