Identification

Articles taggés avec: Genon Arnaud

Vivian Maier, À la surface d’un miroir, Paulina Spucches (par Arnaud Genon)

Ecrit par Arnaud Genon , le Lundi, 17 Janvier 2022. , dans La Une Livres, Arts, Les Livres, Recensions

Vivian Maier, À la surface d’un miroir, Paulina Spucches, éditions Steinkis, novembre 2021, 151 pages, 22 €

 

 

Vivian Maier, en peinture

Dans les quelques publications récentes autour de Vivian Maier (catalogue de l’exposition au Musée du Luxembourg, essais biographiques de Françoise Perron et de Ann Marks qui retracent sa vie et interrogent son œuvre), le livre de Paulina Spucches occupe une place particulière. Il s’agit d’un roman graphique, le premier livre de la jeune autrice, âgée de 21 ans, qui a découvert le travail de Maier lors d’une exposition à San Sebastian en 2019. Elle créé ici un dialogue inattendu mais bienvenu entre l’art photographique, celui de Vivian Maier et la bande-dessinée, mais aussi entre le biographique et la fiction, raison pour laquelle le livre n’a pas été approuvé par la succession de Vivian Maier, la collection Maloof ou la galerie Howard Greenberg.

Vivian Maier, en toute discrétion, Françoise Perron (par Arnaud Genon)

Ecrit par Arnaud Genon , le Mercredi, 12 Janvier 2022. , dans La Une Livres, Arts, Les Livres, Recensions

Vivian Maier, en toute discrétion, Françoise Perron, Éditions Loco, septembre 2021, 228 pages, 19 €

Sur les traces de Vivian Maier

Exposée au Musée du Luxembourg (septembre 2021/février 2022) ainsi qu’à la Galerie Les Douches aux côtés d’Hervé Guibert (novembre 2021/février 2022), Vivian Maier a été l’une des photographes les plus en vue de ces derniers mois. Il est ainsi logique qu’elle ait fait par ailleurs l’objet de plusieurs publications parmi lesquelles le livre de Françoise Perron, Vivian Maier, en toute discrétion. Jusqu’à maintenant, les admirateurs de la nounou photographe avaient dû se contenter, en France, du livre de Gaëlle Josse, Une femme en contre-jour (Notabilia, 2019), un portrait flou, impressionniste, qui n’apportait pas grand-chose de plus que le très beau documentaire réalisé par John Maloof et Charlie Siskel, Finding Vivian Maier, dont l’auteure s’était trop largement inspirée.

Françoise Perron s’est basée, elle, sur de nombreux témoignages recueillis en France et à Chicago ainsi que sur une bibliographie étoffée afin de tenter de percer les secrets d’une des photographes les plus talentueuses de son temps mais aussi une des plus mystérieuses figures de l’histoire de la photographie : « Vivian Maier n’accepta jamais de parler d’elle ou de sa famille. Elle mit toujours un coup d’arrêt à toute velléité de quiconque prétendait violer son intimité ».

La mort écrite de Flaubert, Nécrologies, Marina Girardin (par Arnaud Genon)

Ecrit par Arnaud Genon , le Lundi, 06 Septembre 2021. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Essais, Editions Honoré Champion

La mort écrite de Flaubert, Nécrologies, Marina Girardin, éditions Honoré Champion, mai 2021, 464 pages, 68 € Edition: Editions Honoré Champion

 

Les nécrologies de Flaubert ou la fondation d’un mythe littéraire

Que nous disent les nécrologies d’un écrivain ? En quoi ces textes qui annoncent la mort, qui déplorent, qui célèbrent, qui retracent la vie et l’œuvre permettent-ils d’assister « à la naissance […] d’un véritable mythe littéraire » ? C’est à ces questions que répond la riche étude de Marina Girardin, qui a réuni une centaine d’articles nécrologiques dédiés à Gustave Flaubert. Ils sont ici classés chronologiquement et selon leur genre : « Nécrologies », « Les dépêches et reportages d’obsèques », ou encore « Les portraits, témoignages et commentaires ». Cet ensemble met en lumière la manière dont s’opère « une transformation de la relation critique : par sa mort, l’écrivain devient auteur ».

La vie sans savoir, Christophe Etemadzadeh (par Arnaud Genon)

Ecrit par Arnaud Genon , le Mercredi, 23 Juin 2021. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Arléa, Roman

La vie sans savoir, Christophe Etemadzadeh, janvier 2021, 398 pages, 21 € Edition: Arléa

 

Du côté de chez Etemadzadeh.

En 2006, dans Zardosht et autres pièces du puzzle (Gallimard), Christophe Etemadzadeh évoquait déjà la figure paternelle dans un récit autobiographique qui avait été salué par la critique. Quinze ans plus tard, dans La vie sans savoir, l’auteur revient sur les douze premières années de son enfance lilloise et sur ceux qui l’ont entouré, parmi lesquels son père qui fera « ce que font les autres hommes : boire, fumer, refaire le monde, jouer aux échecs, tromper sa femme », qui quittera la maison et dont le narrateur n’entendra plus parler pendant longtemps.

Dès les premiers mots, Christophe Etemadzadeh inscrit son texte dans la lignée des autobiographies les plus classiques : « Je suis né en septembre 1975, à Lille, de Zardosht Etemadzadeh et de Catherine B ». L’état-civil de ses parents ayant été déclaré, le pacte signé, le narrateur peut se lancer dans le récit de sa vie, même si du tout début de sa vie, il n’a rien à dire : « Si je me fie aux souvenirs qui m’appartiennent en propre, il ne s’est rien passé au cours de mes deux premières années ».

Aussi riche que le roi, Abigail Assor (par Arnaud Genon)

Ecrit par Arnaud Genon , le Lundi, 08 Mars 2021. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Roman, Gallimard

Aussi riche que le roi, Abigail Assor, janvier 2021, 208 pages, 18 € Edition: Gallimard

 

Le MaRock d’Abigail Assor

Dans Le jour du Roi (Seuil, 2010), Abdellah Taïa relatait la relation entre deux amis marocains à la fin des années 80, Omar et Khalid, l’un pauvre, l’autre riche, se déchirant pour aller baiser la main du Roi qui devait défiler devant leur école. Se dessinait, à travers leur histoire, le gouffre existant entre les différentes classes sociales (Rabat vs Salé) qui ne cesse de se creuser au Maroc depuis plusieurs décennies. Aussi riche que le roi, le premier roman d’Abigail Assor, nous plonge dans le Maroc de la capitale économique, Casablanca, du milieu des années 90. Ici le contraste social existe au sein même de la ville, entre le beau quartier de la colline d’Anfa où se trouvent les énormes villas retranchées derrière des murs infranchissables, et les quartiers populaires de Hay Hassani ou Hay Mohammadi où les immeubles délabrés jouxtent les bidonvilles.