Identification

Articles taggés avec: Mahdi Yasmina

Un espiègle canari, Michel Piquemal, Pascale Maupou Boutry (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Jeudi, 06 Mai 2021. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Jeunesse

Un espiègle canari, Michel Piquemal, Pascale Maupou Boutry, éditions Cipango Jeunesse, mars 2021, 32 pages, 15 €

Chants et couleurs d’un pays lointain

Les éditions Cipango publient le tout dernier album-jeunesse créé par Michel Piquemal et Pascale Maupou Boutry, un conte situé dans l’Inde ancienne et traditionnelle. Ce livre carré de 24,5 cm propose des images colorées autour d’un récit venu d’un pays lointain. Sur la couverture cartonnée, un enfant avenant s’amuse d’un canari. En ouvrant l’ouvrage, l’on rentre de suite dans un bleu turquoise, velouté, parsemé de très légers linéaments noirs, le bleu turquoise de l’Océan Indien. Au dos de la couverture, ne subsiste qu’une plume dorée dans l’étendue sidérale. Le livre, comme la cage ouverte de la première page, va laisser libre cours à une subtile fable philosophique.

Un puissant sultan, esthète, amoureux des oiseaux, est berné par son chambellan, un grand vizir peu scrupuleux. Sa passion pour les chants d’oiseaux de compagnie lui coûte une fortune, des sommes importantes d’argent qu’il paye sans sourciller. Cependant, il existe des choses que l’on ne peut acheter ni même acquérir de force : l’amitié, la confiance, la liberté.

Confusion, La saga des Cazalet, tome III, Elizabeth Jane Howard (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Vendredi, 30 Avril 2021. , dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres

Confusion, La saga des Cazalet, tome III, Elizabeth Jane Howard, La Table Ronde, Quai Voltaire, mars 2021, trad. anglais, Anouk Neuhoff, 512 pages, 23 €

Confusion est le troisième tome de La saga des Cazalet, après Étés anglais et À rude épreuve, d’Elizabeth Jane Howard (1923-2014). Polly et Clary Cazalet, les deux cousines, ont maintenant 17 ans. Polly (fille de Hugh Cazalet) affronte la mort de sa mère, Sybil Veronica. Durant cette période de guerre mondiale, de 1942 à 1945, les corps et les cœurs sont souffrants, la population endure des pénuries de médicaments, de nourriture, de chauffage, les bombardements, les seules consolations restantes se bornant à préserver l’unité familiale.

Elizabeth Jane Howard approche de très près ses créatures de papier, qu’elle dote d’organicité, en décrivant les sanies des bébés et des vieillards, les soins successifs sans fin, les maladies, l’acné juvénile, les larmes, la perte entière des dents, l’amputation des membres des rescapés. Les conversations sont longues, les échanges, surprenants, les dialogues entre les jeunes filles, circonstanciés, intelligents et d’une certaine maturité. Les femmes sont vouées à l’économie ménagère ; la société de consommation du tout jetable n’ayant pas encore envahi les mœurs. Néanmoins, elles travaillent, occupant principalement des métiers du tertiaire.

Le ciel sans boussole, Watson Charles (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Vendredi, 23 Avril 2021. , dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres

Le ciel sans boussole, Watson Charles, éditions Moires, Coll. Lachésis, février 2021, 127 pages, 15 €

 

Ayiti

Le ciel sans boussole, le premier roman du poète Watson Charles, né en 1980, commence comme une balade américaine, où deux amis, Jackson et Rodrigue, parient sur le hasard des chiffres qui peuvent porter chance. En votant, par exemple, le numéro de loterie 66, un avatar du nombre 666 qui, dans l’Apocalypse, est le « Nombre de la Bête ». Ces deux compagnons de route, originaires d’Ayiti (Haïti), organisent des paris de dés clandestins, au milieu de processions religieuses et de fêtes. Entre les ventes d’« objets religieux », des plats locaux préparés à base de « haricots rouges », de « cabri », de « pain patate », un étrange personnage s’immisce dans la foule. L’ambiance ressemble à celle de la cour des Miracles, du parvis de Notre-Dame de Paris de Victor Hugo, où « bondées, les allées sont peuplées de gueux et de truands ». Sauf que cela se passe à « Belle Fontaine » et que ce n’est pas Esmeralda qui retient l’attention, mais un « ancien (…) croque-mort ».

Le philosophe sans maître, Ibn Tufayl (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Jeudi, 15 Avril 2021. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Rivages poche, Essais

Le philosophe sans maître, Ibn Tufayl, Traduit de l’arabe par Etienne-Marc Quatremer, février 2021, 215 pages, 9,10 €

 

Le philosophe autodidacte

Le philosophe sans maître ou Le Philosophe autodidacte est un « chef-d’œuvre de la philosophie arabo-andalouse » (Brenet), écrit par Abu Jaafar Ebn Tophail ou Ibn Tufayl (en arabe : ابن طفيل), né en 1110 à Wadi-Asch, aujourd’hui Guadix, et mort en 1185 à Marrakech, présenté ici dans la traduction d’Étienne Marc Quatremère (1782-1857). L’ouvrage commence par une allégeance à l’Islam, et d’emblée place le texte sous l’égide de la révélation et de la mystique.

Dans Le philosophe sans maître, l’exemple de l’homme aveugle, qui apprend par la seule force de son intelligence le nom et la qualité de ce qui l’entoure, est une théorie aristotélicienne de la reconnaissance des espèces et de leur classification. Une fois guéri, l’aveugle « trouvera toutes choses exactement conformes aux idées qu’il s’en était formées » (Tufayl). Bien entendu, cette faculté de connaissance ne s’obtient que grâce à « la contemplation », et ne parvient qu’avec « l’union », traduit en arabe par « la familiarité avec Dieu », la « sainteté parfaite ».

Dis, comment te défends-tu ?, Françoise de Guibert, Clémence Pollet (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Jeudi, 08 Avril 2021. , dans La Martinière Jeunesse, La Une Livres, Critiques, Les Livres, Jeunesse

Dis, comment te défends-tu ?, Françoise de Guibert, Clémence Pollet, février 2021, 96 pages, 12,90 € Edition: La Martinière Jeunesse

 

De la sauvegarde

Une grenouille peu commune aux taches mordorées (dendrobate souvent venimeuse) apparaît sur la couverture d’un blanc de neige de cet élégant album-jeunesse quadrangulaire de 19 x 20 cm. Au dos de l’ouvrage, une énigmatique boule hérissée de pics stagne près d’une branche de corail, en fond marin. Françoise de Guibert et Clémence Pollet ont réalisé ce manuel de sauvegarde, artistique et pédagogique, Dis, comment te défends-tu ?, employant le tutoiement envers les animaux.

Le jeune public, dès l’âge de 4 ans, va comprendre les spécificités des spécimens montrés, les plus menus d’entre eux souvent attaqués par de plus volumineux. Les granivores, les fructivores, les herbivores se trouvent menacés par des carnivores. A contrario des insectes minuscules, par exemple des fourmis, ou une tempête d’insectes, peuvent constituer un danger.