Identification

Seuil Jeunesse

La Grande Galerie des monstres, Aude Le Pichon (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Mardi, 07 Janvier 2020. , dans Seuil Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Jeunesse

La Grande Galerie des monstres, Aude Le Pichon, octobre 2019, 88 pages, 18 € Edition: Seuil Jeunesse

 

La chimère et l’enfant

Ce très bel album jeunesse de grand format, doté d’un titre intrigant, La Grande Galerie des monstres, et d’une couverture picturale, annonce une sorte de musée imaginaire de l’épouvante et du surnaturel. Trente-sept espèces de prodiges monstrueux sont répertoriées. L’enfant trouvera ainsi plusieurs catégories de créatures extraordinaires, réparties selon les continents, les croyances et les époques – de l’antiquité au monde contemporain –, issues de cultures diverses. Comme l’indiquent le sommaire et la typologie de fantaisie, ces monstres sont soit multiples, hybrides ou uniques. L’ouvrage s’ouvre sur la chimère, qui est sans doute l’archétype de l’animal fabuleux, ici une bête tricéphale, à la fois lion, chèvre et serpent, sculptée à Arezzo, 380-360 av. J.-C.

La visite de la grande galerie commence donc par cette rencontre et se termine par la représentation contemporaine d’une fresque murale urbaine. La chimère, qui est aussi une hallucination et une vanité, se trouve au cœur de l’admirable recueil de Baudelaire, Petits Poèmes en prose, Chacun sa chimère, qui débute ainsi :

Un Petit air de Printemps, Carles Porta (par Myriam Bendhif-Syllas)

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 16 Mai 2019. , dans Seuil Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Jeunesse

Un Petit air de Printemps, mars 2019, 48 pages, 13,90 € . Ecrivain(s): Carles Porta Edition: Seuil Jeunesse

 

Les Contes de la vallée ouvrent leur chapitre du printemps. Les deux aventures précédentes s’y croisent et amènent un nouvel élan à ce monde enchanté, toujours aussi plein d’humour, de poésie et de fantaisie. Dans la vallée secrète, le renouveau de la nature n’a d’égal que l’activité de ses habitants.

L’ami Ticky revient de son séjour d’hiver et découvre que, dans son arbre maison, un voisin s’est installé. Il s’agit de Maximilien, le fameux musicien. Observant de l’extérieur ses amis en compagnie de ce nouveau venu, Ticky se méprend. Il se croit oublié, abandonné. En réalité, c’est tout le contraire, la joyeuse compagnie est en train de préparer une fête surprise pour le retour de l’oiseau migrateur.

Croisant la ballerine Tête d’Oignon sur son radeau, Ticky se joint à elle et se laisse aller au gré du courant. Ils pénètrent dans la partie la plus reculée de la forêt, celle où aucun habitant de la vallée ne se rend jamais. Leur chemin croise celui de l’Ogre qui se réjouit de faire de Ticky son dîner.

Monstres et Merveilles, Cabinets de curiosités à travers le temps, Alexandre Galand et Delphine Jacquot (par Myriam Bendhif-Syllas)

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Lundi, 04 Mars 2019. , dans Seuil Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Jeunesse, Albums

Monstres et Merveilles, Cabinets de curiosités à travers le temps, novembre 2018, 48 pages à rabats, 19,90 € . Ecrivain(s): Alexandre Galand et Delphine Jacquot Edition: Seuil Jeunesse

 

 

Voilà un album géant dans tous les sens du terme, un beau-livre curieux et facétieux, qui montre bien que la littérature jeunesse s’adresse aux petits et… aux autres sans limite d’âge ! Le très grand format et la sublime illustration de couverture captivent dès le premier regard : à quoi correspondent ces drôles de collections qui montent jusqu’au plafond, mêlant squelettes, coquillages, poupées étranges et masques issus de toutes les cultures ? Comment se fait-il qu’un éléphant côtoie un chef indien, un tableau d’Arcimboldo et des animaux empaillés ?

Eh bien, cet ouvrage nous présente les cabinets de curiosités nés à la Renaissance et se transformant, tout en se poursuivant jusqu’à nos jours, au gré de nos découvertes et de nos questionnements. Un livre sublime et précieux pour rassembler des merveilles.

Une histoire des images pour les enfants, David Hockney, Martin Gayford, Rose Blake (par Ivanne Rialland)

Ecrit par Ivanne Rialland , le Mercredi, 13 Février 2019. , dans Seuil Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Iles britanniques, Jeunesse

Une histoire des images pour les enfants, septembre 2018, trad. anglais Céline Delavaux, 128 pages, 18,50 € . Ecrivain(s): David Hockney, Martin Gayford, Rose Blake Edition: Seuil Jeunesse

 

Une histoire des images pour les enfants est la version jeunesse, écourtée à peu près des deux tiers, d’Une histoire des images parue chez Solar en 2017. Le principe reste similaire : de courts chapitres mettant en scène une discussion entre l’artiste David Hockney et le critique d’art Martin Gayford. L’approche mêle les différents arts visuels pour offrir non pas une histoire de la peinture mais une réflexion sur la création et la perception des images mettant en valeur l’évolution des techniques de représentation, des peintures rupestres aux images numériques.

Le dispositif de la conversation a l’intérêt de donner de la vie aux réflexions proposées et de faciliter la lecture en aérant le texte. Martin Gayford joue nettement le rôle du comparse : ses répliques, synthétiques, fournissent au lecteur quelques éléments d’histoire de l’art, tandis que David Hockney, dans des textes plus développés, commente les images reproduites en s’appuyant sur sa propre pratique artistique. Les œuvres de David Hockney sont ainsi relativement nombreuses dans l’ouvrage et leur analyse par l’artiste intéressera sans nul doute les amateurs du peintre.

Bonjour Monsieur Froid, Contes de la vallée, Carles Porta (par Myriam Bendhif-Syllas)

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 10 Janvier 2019. , dans Seuil Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Jeunesse

Bonjour Monsieur Froid, Contes de la vallée, novembre 2018, trad. anglais Elsa Whyte, 48 pages, 13,90 € . Ecrivain(s): Carles Porta Edition: Seuil Jeunesse

Après Les Feuilles volantes, album loufoque et poétique, découvert en septembre et ouvrant Les Contes de la vallée, Carles Porta nous offre une nouvelle intrigue rocambolesque et magique. Un personnage inédit y rejoint la petite troupe des habitants de la vallée cachée : Monsieur Froid.

Avec sa drôle de bouille, sans traits, sans yeux, sa dégaine tout en longueur et ses jambes interminables, Monsieur Froid, Maximilien de son prénom, fait un curieux échalas. Depuis son enfance, il se passionne pour la musique et se fait rapidement rejeter par ses proches et les gens de son milieu. En réalité peu de personnes, aucune au final, ne semblent apprécier le style fort singulier du trompettiste à base de « TINC BLIN TUT » et de « TUT FANN BOO ».

Monsieur Froid s’en va, et suite à diverses mésaventures, atterrit en plein hiver au cœur de la vallée secrète. Pris en charge par la petite ballerine à tête d’oignon – qui définit à elle seule le monde de Porta –, il trouve refuge dans un arbre mort, à la forme étrange, et il finit recouvert de multiples couches de vêtements pour ne pas mourir de froid. Ainsi costumé, le nez dans une chaussette, il effraye Yula, la petite louve et se sauve lorsque les autres habitants se mettent en tête de faire déguerpir ce monstre, en se déguisant eux-mêmes en un ver de terre gigantesque.