Identification

Articles taggés avec: Mahdi Yasmina

Le monde secret d’Adélaïde, Elise Hurst (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Vendredi, 04 Juin 2021. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Jeunesse

Le monde secret d’Adélaïde, Elise Hurst, Éditions D’Eux, avril 2021, trad. anglais, Christiane Duchesne, 32 pages, 13 €

 

Un monde flottant

Le monde secret d’Adélaïde est le titre du livre-jeunesse d’Elise Hurst, dont la couverture, au format conséquent de 31cm par 24,5cm, propose deux tableaux brossés avec souplesse, en léger flouté, au recto et au verso de l’album. Deux tonalités également, l’une nocturne, où une hase vêtue de rouge écarlate veille sous un ciel étoilé, et l’autre plus diurne, où le Léporidé prend le thé avec en vue des buildings.

Une grande ville, voire une mégalopole, peut-être New-York, Canberra ou Sydney, est peuplée d’animaux reprenant les postures, les us et coutumes des humains, buvant un café, se dépêchant le matin, travaillant, créant, etc. Ainsi, des lapins, des lièvres, un singe, un éléphant, des chats, des ours et des oies, une kyrielle d’animaux voisinent étrangement parmi des femmes et des hommes aperçus dans les foules. Les mammifères, les carnivores et les herbivores de tous horizons se côtoient en paix, anthropomorphisés, genrés, s’envolant même parfois !

Le voyage de Nerval, Denis Langlois (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Vendredi, 28 Mai 2021. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Roman

Le voyage de Nerval, Denis Langlois, éditions La Déviation, avril 2021, 232 pages, 18 €

Perambulation

Le séjour du narrateur Denis Langlois au Liban commence par le dit d’un poète arabe : « Ne sois pas fou comme les amandiers, ni sage comme les grenadiers ». Dès lors, « La montagne druze du Chouf » résonne de mythes ardents, ainsi que « ces vallées du Hauran à la fois humides et poudreuses où s’extravasent les rivières qui arrosent la plaine de Damas ». Comme dans Les Métamorphoses d’Ovide, des fleurs de sang, des « anémones écarlates », nées des amours enflammés d’Aphrodite et d’Adonis, poussent dans les vallées et les montagnes du pays du cèdre, en souvenir de leur passage. Le Voyage en Orient de Nerval fait écho au voyage de Denis Langlois, un séjour hanté par des écrivains prestigieux, façonnant un « Orient (…) encore magique ». Le tutoiement est la voix d’adresse au grand poète décédé tragiquement, dont la présence se dédouble, s’invoque, se décante en un tutoiement admiratif, compassionnel et aussi critique. Plus concrètement, le tu interpelle la complicité du poète. L’emploi du « tu » est parfois motivé par une notion de solidarité sociale, mais également par une locutionalité de type proverbial, et une formule en « Appel aux citoyens » évoquant le tutoiement « républicain », tentative échouée de suppression du vouvoiement lors de la Révolution (voir Brunot, 1967).

Comme si de rien n’était, Alina Nelega (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Vendredi, 21 Mai 2021. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Pays de l'Est, Roman

Comme si de rien n’était, Alina Nelega, éd. des femmes-Antoinette Fouque, avril 2021, trad. roumain, Florica Courriol, 304 pages, 22 €

 

Transylvanie, entre gel et dégel

La narration du roman d’Alina Nelega, Comme si de rien n’était, suit la chronicité de l’existence de Cristina et de son amie Nana, scolarisées dans un lycée réservé aux enfants de l’élite roumaine, de 1979 à 1989. L’intrigue se déroule principalement en Transylvanie, dans la Roumanie des dix dernières années du régime des époux Ceausescu, couple autour duquel est déployé le culte de la personnalité, décliné à travers les médias et la culture. Des sanctions brutales sont employées contre quiconque tente de passer la frontière et de s’enfuir. La surveillance, la justification d’un quelconque acte considéré comme subversif, sont les oukases de la morale en place, suivis de mises en demeure terrorisantes. Les palpitations amoureuses naissantes entre les deux adolescentes transcendent le contexte dramatique des petites gens, que l’on laisse mourir à l’hôpital, prolétaires qui habitent des immeubles « puant la cigarette et la moisissure ».

Un espiègle canari, Michel Piquemal, Pascale Maupou Boutry (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Jeudi, 06 Mai 2021. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Jeunesse

Un espiègle canari, Michel Piquemal, Pascale Maupou Boutry, éditions Cipango Jeunesse, mars 2021, 32 pages, 15 €

Chants et couleurs d’un pays lointain

Les éditions Cipango publient le tout dernier album-jeunesse créé par Michel Piquemal et Pascale Maupou Boutry, un conte situé dans l’Inde ancienne et traditionnelle. Ce livre carré de 24,5 cm propose des images colorées autour d’un récit venu d’un pays lointain. Sur la couverture cartonnée, un enfant avenant s’amuse d’un canari. En ouvrant l’ouvrage, l’on rentre de suite dans un bleu turquoise, velouté, parsemé de très légers linéaments noirs, le bleu turquoise de l’Océan Indien. Au dos de la couverture, ne subsiste qu’une plume dorée dans l’étendue sidérale. Le livre, comme la cage ouverte de la première page, va laisser libre cours à une subtile fable philosophique.

Un puissant sultan, esthète, amoureux des oiseaux, est berné par son chambellan, un grand vizir peu scrupuleux. Sa passion pour les chants d’oiseaux de compagnie lui coûte une fortune, des sommes importantes d’argent qu’il paye sans sourciller. Cependant, il existe des choses que l’on ne peut acheter ni même acquérir de force : l’amitié, la confiance, la liberté.

Confusion, La saga des Cazalet, tome III, Elizabeth Jane Howard (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Vendredi, 30 Avril 2021. , dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres

Confusion, La saga des Cazalet, tome III, Elizabeth Jane Howard, La Table Ronde, Quai Voltaire, mars 2021, trad. anglais, Anouk Neuhoff, 512 pages, 23 €

Confusion est le troisième tome de La saga des Cazalet, après Étés anglais et À rude épreuve, d’Elizabeth Jane Howard (1923-2014). Polly et Clary Cazalet, les deux cousines, ont maintenant 17 ans. Polly (fille de Hugh Cazalet) affronte la mort de sa mère, Sybil Veronica. Durant cette période de guerre mondiale, de 1942 à 1945, les corps et les cœurs sont souffrants, la population endure des pénuries de médicaments, de nourriture, de chauffage, les bombardements, les seules consolations restantes se bornant à préserver l’unité familiale.

Elizabeth Jane Howard approche de très près ses créatures de papier, qu’elle dote d’organicité, en décrivant les sanies des bébés et des vieillards, les soins successifs sans fin, les maladies, l’acné juvénile, les larmes, la perte entière des dents, l’amputation des membres des rescapés. Les conversations sont longues, les échanges, surprenants, les dialogues entre les jeunes filles, circonstanciés, intelligents et d’une certaine maturité. Les femmes sont vouées à l’économie ménagère ; la société de consommation du tout jetable n’ayant pas encore envahi les mœurs. Néanmoins, elles travaillent, occupant principalement des métiers du tertiaire.