Identification

Essais

Pourquoi je hais l'indifférence, Antonio Gramsci

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 10 Janvier 2013. , dans Essais, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Italie, Rivages poche

Pourquoi je hais l’indifférence, traduit de l’italien, préfacé et annoté par Martin Rueff, 2012, 205 p. 8,65 € . Ecrivain(s): Antonio Gramsci Edition: Rivages poche

 

Lire Gramsci est naturellement un moment important pour la compréhension de l’histoire de la pensée au XXème siècle, de l’histoire du mouvement social et du communisme européen. Et pourtant le bonheur que procure la lecture de ce livre particulier n’a pas grand-chose à voir avec cela. On y trouve rassemblés des textes divers, portant sur les sujets de prédilection d’Antonio Gramsci : les valeurs humaines, la fonction de la culture, les vertus de l’homme privé, la grandeur des humbles. On y trouve surtout une écriture stupéfiante comparée aux grands textes du genre : à la fois très belle et totalement décalée par rapport aux « écrits politiques ». Loin de Lénine, de Mao, du Che, la petite chanson d’Antonio Gramsci fait entendre sa différence radicale.

Point de leçon de socialisme, point de credo révolutionnaire, point de méthode de prise de pouvoir ni de dictature du prolétariat ! Non. Des textes qui parlent de l’amour des hommes et le cœur de Gramsci se confond magnifiquement avec son intelligence. Gramsci aime le genre humain, authentiquement, pas comme « masse » de manœuvre. Il aime les hommes, les femmes du peuple un par un, dans leurs qualités personnelles, leur dévouement, leur labeur, leur humilité. Il aime la morale individuelle, la capacité des humbles à s’entraider, à se soutenir dans la misère, malgré la misère.

La chasse spirituelle, Arthur Rimbaud

Ecrit par Eddie Breuil , le Jeudi, 13 Décembre 2012. , dans Essais, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Léo Scheer

La Chasse spirituelle, décembre 2012, 448 p. 25 € . Ecrivain(s): Arthur Rimbaud Edition: Léo Scheer

 

Deux livres en un, l’emballage en ayant fait naître un second.

Pour le contenu d’abord. Jean-Jacques Lefrère est très appréciable pour le travail de documentation qu’il mène dans ses différents travaux, et cet ouvrage mérite de servir de référence sur l’affaire de La Chasse spirituelle, qui a fait l’actualité en 1949. Les sources de M. Lefrère sont variées, et il le doit semble-t-il, entre autres, au regretté François Caradec et à Pascal Pia. La Chasse spitiruelle est ce célèbre faux produit par deux comédiens souhaitant prendre leur revanche sur des personnalités ayant égratigné leur représentation d’Une Saison en enfer. M. Lefrère rapporte l’histoire chronologiquement, montrant comment le faux a été divulgué, contesté par Breton (dont l’image est peut-être un peu trop sombre dans l’ouvrage), puis l’amusante tentative qui s’ensuivit pour démêler le vrai du faux, à savoir les réunions organisées entre les divers protagonistes, certains refusant d’admettre, malgré les aveux des comédiens, que le texte pourrait être un faux, et réclamant la réapparition du manuscrit. Parmi les anecdotes peu connues, on apprend que François Mauriac a failli se trouver parmi les piégés, et on découvre une parodie de l’affaire : la revue Le rassemblement avait en écho révélé l’affaire du faux Platon composé par Diogène Laërce (p. 176 et suivantes).

La mariée mécanique. Folklore de l'homme industriel, Marshall McLuhan

Ecrit par Victoire NGuyen , le Jeudi, 06 Décembre 2012. , dans Essais, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Canada anglophone

La mariée mécanique. Folklore de l’homme industriel, trad. Anglais Canada Emilie Notéris, Editions ERE, 2012, 172 p. 30 € . Ecrivain(s): Marshall McLuhan

 

L’autre histoire de l’Amérique


Il est évident que cet ouvrage, La mariée mécanique. Folklore de l’homme industriel, est un essai extrêmement pertinent et intéressant pour l’étude de la communication et de la manipulation de notre temps moderne. Marshall McLuhan a institué une méthodologie pour décrypter et décoder les effets et impacts de la communication de masse. Partant du principe que « Le message c’est le médium », il entend par là que le contenu n’affecte pas réellement le public comme on a coutume de le penser. Pour lui, c’est le canal de transmission qui orchestre l’impact émotionnel, psychologique et visuel sur les consommateurs potentiels. Il donne une place prépondérante aux médias. Ces derniers « éduquent » la masse et lui insufflent « un ordre » de pensée de type subliminal.

Essai sur l'exotisme, une esthétique du divers, Victor Segalen

Ecrit par Christian Massé , le Lundi, 03 Décembre 2012. , dans Essais, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Le Livre de Poche

Essai sur l’exotisme, une esthétique du divers, Livre de poche/ Essais . Ecrivain(s): Victor Segalen Edition: Le Livre de Poche

 

A vingt-six ans, Victor Segalen rapporte de Tahiti les éléments d’un livre qui retrace le déclin de la race maorie : les Immémoriaux. Ce Breton, médecin de la marine française, s’est libéré d’une emprise familiale et religieuse contraignante : il vient de découvrir l’œuvre de Gauguin ! Naît en lui une sorte de rébellion contre Pierre Loti et son exotisme : Il n’a fait que rendre des impressions de voyage, il en donne, à revendre. Il a dit ce qu’il a vu, ce qu’il a senti en présence des choses et des gens inattendus dont il allait chercher le choc. A-t-il révélé ce que ces choses et ces gens pensaient en eux-mêmes, et d’eux ? Segalen dénonce ses « mains prostitueuses » Segalen est un voyageur-né. D’emblée, il prévient vouloir écarter le cocotier, le chameau, le casque colonial, la peau noire sous le soleil torride. Il rappelle la définition du préfixe ex : tout ce qui est « en dehors » de l’ensemble des faits de conscience actuels, quotidiens, tout ce qui n’est pas notre « Tonalité mentale » coutumière. Comme dit à rebours Montesquieu : – Il faut que j’épuise le sujet ! Précisément : son livre n’est pas une certitude, mais une recherche qui, d’ailleurs, ne sera pas achevée…

Dictionnaire érotique de l'argot, Georges Lebouc

Ecrit par Patryck Froissart , le Mercredi, 28 Novembre 2012. , dans Essais, Les Livres, Recensions, La Une Livres

Dictionnaire érotique de l’argot, Editions Avant-propos, 2012, 16,95 € . Ecrivain(s): Georges Lebouc

 

J’ai eu le pépin pour ce livre aux pages de papier glacé agréables au toucher qui m’a séduit a priori par la qualité de son édition, par son titre, et par l’illustration suggestive de sa couverture.

La marchandise est indiscutablement racoleuse : dans toute librairie où elle se met en vitrine, elle vous joue son pousse-au-vice sans que le libraire ait besoin de se transformer en barbillon et d’envoyer sa caissière, qu’il a évidemment recrutée pour son physique de corvette gironde ballottée de première, faire son persil comme une vulgaire ambulante sur le macadam du trottoir de sa boutique pour y lever les clilles.

Une fois qu’il a sorti ses carrés de soie, n’importe quel micheton peut l’embarquer, et l’enflure alors a toute liberté de se la farcir à domicile ou sur un banc public sans pour autant passer pour un Mozart de la fourrette.

Et si c’est une bombasse qui l’emballe, rien ne l’oblige à se l’envoyer à la maison tire-bouton : ce n’est pas parce qu’elle en prendra son fade dans le métro ou dans la salle d’attente de son gynéco qu’on la soupçonnera d’être de la garde nationale !